PUBLICIDAD

Marruecos

La Russie menace les Lituaniens au sujet du blocus de Kaliningrad

L'Estonie dénonce une violation de l'espace aérien au plus fort de la tension balte
Vladimir Putin

PHOTO/FILE  -   Le président russe Vladimir Poutine

"Il y aura des conséquences", telle est la menace projetée par le secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie, Nikolaï Patrouchev, mardi, à l'issue d'une visite dans la ville de Kaliningrad, soumise à un blocus de marchandises par la Lituanie et la Pologne, les deux États membres de l'OTAN qui l'entourent. La ligne ferroviaire reliant Kaliningrad au reste du territoire russe, qui passe par le Belarus et la Lituanie, a fait l'objet d'une coupure de marchandises telles que le charbon, l'acier et les produits de luxe en raison des sanctions décidées contre la Russie au sein de l'Union européenne.

Le gouvernement lituanien a commencé à restreindre le passage de ces marchandises sanctionnées le 18 juin, ce qui, selon les autorités de Kaliningrad elles-mêmes, affecte déjà 50 % des importations de la région. Le gouverneur de la ville, Anton Alijanov, a prévenu que Moscou pourrait prendre des mesures "assez évidentes" qui seraient "extrêmement douloureuses" pour la Lituanie, comme cela s'est déjà produit. Patrushev a annoncé que "la Russie répondra à ces actions hostiles" et que "leurs conséquences auront un impact négatif sérieux sur la population de la Lituanie".

AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO - El secretario del consejo de seguridad de Rusia, Nikolai Patrushev, en la IX conferencia de Moscú sobre seguridad internacional en Moscú, Rusia, el jueves 24 de junio de 2021
AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO - Le secrétaire du conseil de sécurité de la Russie, Nikolai Patrushev, lors de la 9ème conférence de Moscou sur la sécurité internationale à Moscou, Russie, jeudi 24 juin 2021

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a également dénoncé les actions de la Lituanie, déclarant qu'"ils se comportent de manière agressive" et que "leur comportement franchit les limites de l'inamical et est contraire au droit international : il est agressif et hostile".

Le Kremlin a convoqué l'ambassadeur de l'UE à Moscou, Markus Ederer, qui a déclaré que les mesures prises par la Lituanie ne sont dues qu'aux sanctions de l'UE contre la Russie : "La Lituanie ne prend pas de mesures unilatérales, elle applique les sanctions de l'UE", a-t-il déclaré à l'agence de presse russe RIA Novosti, la même agence qui a affirmé que ce blocus est un "casus belli".

PHOTO/AP - Maria Zakharova, portavoz del Ministerio de Asuntos Exteriores ruso
PHOTO/AP - Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des affaires étrangères

De son côté, la Première ministre lituanienne, Ingrida Simonyte, a assuré que Vilnius ne cherchait pas à faire monter la tension avec la Russie car "il n'y a pas de blocus avec Moscou" et que "les sanctions sont simplement entrées en vigueur pour certains biens inclus dans le soi-disant paquet de sanctions".

La plainte de l'Estonie concernant la violation de son espace aérien par la Russie ajoute à la tension dans la Baltique au sujet de Kaliningrad. Le ministère estonien des Affaires étrangères a affirmé qu'un hélicoptère russe a survolé sans autorisation l'espace aérien du pays à un endroit situé dans le sud-est le 18 juin. "L'Estonie considère qu'il s'agit d'un incident extrêmement grave et regrettable qui provoque sans aucun doute des tensions supplémentaires et qui est totalement inacceptable", a déclaré un communiqué officiel.

Dans la proclamation, l'Estonie a également exprimé sa solidarité avec la Lituanie face aux dernières menaces de Moscou : "La Russie doit cesser de menacer ses voisins et se rendre compte que le prix de l'agression de la Russie contre l'Ukraine est vraiment élevé". Dans le même temps, il a demandé le retrait des troupes russes d'Ukraine

Les autorités russes ont également pris pour cible l'Allemagne dans le cadre de ces tensions, l'accusant de créer des plans d'autonomie sur le territoire russe, selon Patrushev. "La tentative des organisations contrôlées par l'Allemagne de créer une autonomie allemande dans la province de Kaliningrad a été neutralisée", a déclaré le secrétaire du Conseil de sécurité russe.  Patrushev a également affirmé que la Pologne recueillait des informations à Kaliningrad dans le but de susciter le mécontentement de la population de la ville. 

AFP/ MICHELE TANTUSSI  -   El canciller alemán Olaf Scholz (izq.) conversa con la ministra alemana de Asuntos Exteriores, Annalena Baerbock, al inicio de una reunión del gabinete de seguridad en la Cancillería de Berlín
AFP/ MICHELE TANTUSSI - Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) s'entretient avec la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock au début d'une réunion du cabinet de sécurité à la Chancellerie à Berlin.

Face à ce qui est considéré comme des "menaces", Patrushev a demandé "des mesures supplémentaires pour renforcer les forces et les équipements qui garantissent la sécurité de nos frontières face à l'émergence de nouvelles menaces dues à l'entrée de la Finlande et de la Suède dans l'OTAN".