PUBLICIDAD

Iberdrola

La Russie met en garde contre les "graves conséquences" si les États-Unis ignorent les demandes de sécurité

Washington répondra par écrit à ces demandes la semaine prochaine. Pendant ce temps, l'OTAN renforce ses positions en Europe de l'Est
AP/MARTIAL TREZZINI

AP/MARTIAL TREZZINI  -   Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, à droite, et le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Ryabkov, à gauche, assistent à une réunion avec le secrétaire d'État américain Antony Blinken.

Bien que la récente réunion entre Antony Blinken et Sergey Lavrov se soit terminée sans aucun accord sur la situation actuelle en Ukraine, les deux diplomates ont plaidé pour le maintien du dialogue bilatéral.

Au cours de la réunion, le secrétaire d'État a annoncé que la Russie recevrait une réponse à ses demandes de sécurité la semaine prochaine. En outre, il a de nouveau condamné le déploiement militaire de la Russie près de la frontière ukrainienne. "Si Poutine le voulait, il pourrait attaquer l'Ukraine par le sud, l'est et le nord", a-t-il déclaré. Comme M. Biden l'a averti à plusieurs reprises, M. Blinken a déclaré que l'agression russe en Ukraine provoquerait une "réponse unie, rapide et sévère".

En revanche, M. Lavrov a insisté sur le fait que la Russie n'avait "aucun projet d'attaque contre l'Ukraine". Lors de la conférence de presse qui a suivi, le chef de la diplomatie russe a accusé l'Occident de promouvoir l'"hystérie" et l'OTAN de "fomenter la russophobie". Le ministre a souligné les manœuvres militaires de l'OTAN en Europe de l'Est et les livraisons d'armes à l'Ukraine.

AP/ALEX BRANDON  -   El Secretario de Estado Antony Blinken saluda al Ministro de Asuntos Exteriores ruso Sergey Lavrov antes de su reunión, el viernes 21 de enero de 2022, en Ginebra, Suiza
AP/ALEX BRANDON - Le secrétaire d'État Antony Blinken salue le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov avant leur rencontre, vendredi 21 janvier 2022, à Genève, en Suisse.

Commentant la réponse de Washington aux demandes de sécurité de la Russie, le ministère des affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que "continuer à ignorer les préoccupations juridiques de la Russie aura les conséquences les plus graves", rapporte l'agence de presse russe TASS. "Elle peut être évitée si Washington répond positivement à nos projets d'accords sur les garanties de sécurité", ajoute la note du ministère.

Washington continuera à rejeter les demandes russes

Moscou a demandé à plusieurs reprises de limiter l'expansion et les activités militaires de l'OTAN à ses frontières. La réponse des États-Unis, comme l'a révélé un responsable du département d'État au Washington Post, "continuera à ne pas répondre aux demandes de la Russie de suspendre la politique de la porte ouverte de l'OTAN".

Le fonctionnaire, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a également indiqué que "la réponse écrite de l'administration Biden comprendra des propositions américaines en matière de sécurité et démontrera l'intérêt de Washington à poursuivre le dialogue", ajoute le journal américain.

AFP/OLIVIER HOSLET - La vicesecretaria de Estado de EEUU, Wendy Sherman (2ª izq.), el secretario general de la OTAN, Jens Stoltenberg (3ª izq.), el viceministro de Asuntos Exteriores de Rusia, Alexander Grushko (3ª dcha.) y el viceministro de Defensa ruso, coronel general Alexander Fomin (2ª dcha.), asisten al Consejo OTAN-Rusia
AFP/OLIVIER HOSLET - La secrétaire d'État adjointe américaine Wendy Sherman (2e à gauche), le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg (3e à gauche), le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexander Grushko (3e à droite) et le vice-ministre russe de la Défense le colonel général Alexander Fomin (2e à droite) participent au Conseil OTAN-Russie.

Lors du sommet du Conseil OTAN-Russie à Bruxelles la semaine dernière, les États-Unis ont déjà exprimé leur rejet des demandes de Moscou. "Nous n'allons pas accepter que l'OTAN ne puisse pas s'étendre davantage", a déclaré la secrétaire d'État adjointe américaine Wendy Sherman. En réponse, la délégation russe a fait remarquer qu'elle n'accepterait pas que l'OTAN puisse s'étendre davantage.

La Russie, outre le retrait des forces étrangères dans les pays voisins, a exigé un "retour à la configuration de 1997", demandant l'expulsion de la Bulgarie et de la Roumanie de l'OTAN, rapporte le Moscow Times. Sofia et Bucarest ont toutes deux condamné les déclarations de Moscou, les qualifiant d'"inacceptables" et rappelant qu'il s'agit de pays souverains. "Nous avons pris notre décision de devenir membre de l'OTAN il y a longtemps", a souligné le Premier ministre bulgare Kiril Petkov.

L'Alliance renforce sa position dans l'Est du continent

Alors que la Russie attend la réponse des États-Unis, plusieurs pays de l'OTAN ont commencé à envoyer des troupes et du matériel militaire en Europe orientale. Ces actions renforcent la structure de l'Alliance et protègent Kiev, mais font également monter les tensions avec Moscou.

L'Espagne a décidé d'envoyer les navires de guerre Blas de Lezo et Meteoro en mer Noire. Le gouvernement de Pedro Sánchez a également proposé ses avions de chasse pour un déploiement en Bulgarie. À cet égard, Madrid n'exclut pas non plus d'augmenter le nombre de troupes espagnoles dans la région. Selon les chiffres du ministère de la défense, l'Espagne a déjà déployé plus de 300 soldats de l'armée en Lettonie.

PHOTO/NATO  -   El secretario General de la OTAN, Jens Stoltenberg
PHOTO/NATO - Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg

À cet égard, le Royaume-Uni a envoyé 30 troupes d'élite et 2 000 armes antichars en Ukraine. Des avions de surveillance britanniques ont également été signalés en train de voler en territoire ukrainien. Toutefois, malgré les fournitures militaires britanniques, Londres et Moscou pourraient tenir des discussions diplomatiques en février, selon le Times.

Entre-temps, la ministre allemande de la défense, Christine Lambrecht, a annoncé que Berlin enverra un hôpital de campagne en Ukraine en février. "Nous sommes du côté de Kiev", a réaffirmé M. Lambrecht.

L'Allemagne a toutefois empêché l'Estonie d'envoyer un soutien militaire d'origine allemande en Ukraine, selon le Wall Street Journal (WSJ). Tallinn, comme les autres républiques baltes, a promis à Kiev d'envoyer des renforts face à une éventuelle agression russe.

PHOTO/BERND VON JUTRCZENKA  -  Olaf Scholz.
PHOTO/BERND VON JUTRCZENKA - Le chancelier allemand Olaf Scholz

Berlin, contrairement à d'autres pays, a refusé d'envoyer des armes directement à l'Ukraine. "L'Allemagne n'a pas soutenu l'exportation d'armes létales ces dernières années", a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz lors d'une conférence de presse.

Bruxelles prépare des sanctions contre la Russie, Kiev les approuve

L'Union européenne a annoncé qu'elle était prête à sanctionner rapidement Moscou en cas de nouvelle agression contre l'Ukraine. Le train de sanctions a été négocié entre Bruxelles, Londres et Washington, et affecterait les relations commerciales et économiques avec la Russie.

"Le coup attendu est d'une telle ampleur que, selon les mêmes sources, Bruxelles a également préparé des plans d'urgence pour atténuer les dommages que subirait inévitablement aussi l'économie européenne", rapporte Bernardo de Miguel, journaliste d'El País depuis Bruxelles. Les responsables de l'UE ont également souligné qu'une attaque russe contre l'Ukraine "serait une réponse au plus grand défi sécuritaire auquel l'Europe est confrontée depuis la fin de la guerre froide".

AFP/GENYA SAVILOV  -   El presidente ucraniano Volodymyr Zelensky
AFP/GENYA SAVILOV - Le président ukrainien Volodymyr Zelensky

Kiev a déjà adopté un décret imposant des sanctions à plusieurs entreprises russes. Les entreprises concernées sont les sociétés de construction Lenpromtransproyekt et Geozemstroy, ainsi qu'une compagnie d'assurance russe, Insurance Business Group.