PUBLICIDAD

Iberdrola

La Russie met en garde Londres contre de nouvelles "provocations" et s'engage à réagir

Sur la présence d'un destroyer britannique à proximité de la péninsule de Crimée
el destructor Tipo 45 de la Marina Real Británica HMS Defender filmado desde un avión militar ruso en el Mar Negro Ministerio de Defensa de la Federación Rusa/Handout vía REUTERS

Ministerio de Defensa de la Federación Rusa/Handout vía REUTERS  -   Le destroyer Type 45 de la Royal Navy britannique HMS Defender filmé depuis un avion militaire russe en mer Noire.

La Russie a mis en garde Londres contre de nouvelles "provocations", comme l'approche d'un destroyer britannique de la péninsule annexée de Crimée mercredi, et a déclaré qu'elle ne tarderait pas à réagir.

"Nous faisons appel au bon sens et au respect du droit international, mais si cela ne nous aide pas, nous pouvons riposter", a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Riabkov, à l'agence de presse Interfax.

La flotte de la mer Noire de la marine russe a tiré des coups de semonce sur le destroyer britannique "HMS Defender" au sud du cap Fiolent, en Crimée, mercredi, après que l'équipage n'a pas réagi aux appels de la partie russe à se retirer.

Gráfico animado muestra la dirección del destructor Tipo 45 de la Marina Real Británica HMS Defender frente a la costa de la península de Crimea en el Mar Negro Marinetraffic/Handout via REUTERS
Marinetraffic/Handout via REUTERS-Un graphique animé montre la direction du destroyer Type 45 de la Royal Navy britannique HMS Defender au large des côtes de la péninsule de Crimée, dans la mer Noire.

Londres a tenté de minimiser l'incident en soulignant que le navire empruntait "un passage innocent dans les eaux territoriales ukrainiennes, conformément au droit international" et qu'il n'a entendu aucune salve d'avertissement de la part de la partie russe.

Dans le même temps, le ministère de la défense a indiqué que le destroyer, que la flotte de la mer Noire suivait depuis le 14 juin, "a été averti à l'avance de l'utilisation possible d'armes au cas où il violerait la frontière de l'État russe."

Alors que Moscou considère que la bande de mer entourant la Crimée, dont l'annexion en 2014 n'a pas été reconnue internationalement, le Royaume-Uni estime qu'elle appartient à l'Ukraine.

El presidente ruso, Vladímir Putin, el comandante en jefe de la Armada rusa, Nikolái Yevmenov, y el general coronel de las fuerzas terrestres rusas, Aleksandr Dvornikov Sputnik/Alexei Druzhinin/Kremlin vía REUTERS
Sputnik/Alexei Druzhinin/Kremlin vía REUTERS-Le président russe Vladimir Poutine, le commandant en chef de la marine russe Nikolai Yevmenov et le colonel général des forces terrestres russes Aleksandr Dvornikov.

Riyabkov a insisté sur le fait que l'intégrité territoriale de la Russie est inviolable et que le pays défendra ses frontières par toutes les méthodes possibles, "diplomatiques, politiques ou, si nécessaire, également militaires".

Le diplomate a également mis en garde ceux qui cherchent à violer la frontière de la Russie sous le prétexte de la "libre navigation en mer".

L'incident avec le destroyer britannique, selon Riyabkov, est "très grave" et de tels actes à l'avenir peuvent entraîner des conséquences très graves pour ceux qui planifient de tels incidents et tentent ensuite de les mettre à exécution.

El destructor Tipo 45 de la Marina Real Británica HMS Defender llega al puerto de Odessa, Ucrania, en el Mar Negro el 18 de junio de 2021 REUTERS/SERGEY SMOLENTSEV
REUTERS/SERGEY SMOLENTSEV-Le destroyer Type 45 de la Royal Navy britannique HMS Defender arrive dans le port d'Odessa, en Ukraine, dans la mer Noire, le 18 juin 2021.

Le commandant en chef de la marine russe, Nikolai Evmenov, a également qualifié l'incident de "provocation grossière" et de violation de tous les droits internationaux. "La partie britannique devrait mener une enquête approfondie et rendre un verdict sur les actions du capitaine (du destroyer)", a-t-il déclaré.

Parallèlement, le Royaume-Uni est prêt à ce que ses navires de guerre continuent à naviguer dans les eaux proches de la Crimée, illégalement annexée par la Russie en 2014, malgré l'incident avec la marine russe en mer Noire, a déclaré jeudi le ministre de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales, George Eustice. 

El secretario de Medio Ambiente británico, George Eustice AFP/HOLLIE ADAMS
AFP/HOLLIE ADAMS-Secrétaire britannique à l'environnement, George Eustice

Le ministère britannique de la défense a démenti les affirmations de Moscou selon lesquelles sa marine aurait tiré des coups de semonce sur le destroyer britannique "HMS Defender" au sud de la péninsule de Crimée, et a déclaré qu'il s'agissait d'un exercice militaire. 

S'exprimant sur la chaîne Sky, Eustice a insisté sur le fait qu'aucun tir d'avertissement russe n'avait été effectué sur le HMS Defender, mais il a admis que des "exercices d'artillerie" avaient lieu dans la région.