PUBLICIDAD

Marruecos

La Russie met sa menace à exécution et coupe le gaz à la Finlande qui ne paie pas en roubles

Il y a tout juste une semaine, la société énergétique russe Inter RAO a cessé de fournir de l'électricité au marché finlandais
AP/DMITRY LOVETSKY  -   Instalación rusa de gas

AP/DMITRY LOVETSKY  -   La Finlande est le troisième pays de l'UE, après la Pologne et la Bulgarie, à ne plus recevoir de gaz russe

La société finlandaise d'énergie Gasum a confirmé samedi que le géant gazier russe Gazprom a coupé ses approvisionnements en gaz, comme annoncé vendredi, pour n'avoir pas satisfait à la demande du groupe d'État russe de payer en roubles.

Avec cette décision, la Finlande perd son principal fournisseur de gaz naturel, puisque Gazprom fournit environ 92 % de tout le gaz consommé dans le pays nordique, principalement dans l'industrie forestière et la transformation chimique.

La Finlande a importé environ 2,2 milliards de mètres cubes de gaz naturel en 2021, pour un coût de 927,5 millions d'euros, alors que ce combustible ne représente que 5 % de toute l'énergie consommée dans le pays nordique.

Selon Gasum, le plus grand distributeur de gaz naturel liquéfié (GNL) des pays nordiques, dans les prochains mois, il approvisionnera ses clients en gaz naturel provenant d'autres fournisseurs par le biais du gazoduc Baltic Connector.

Elle a également indiqué que son réseau de stations-service continuera à fonctionner normalement.

AP/FRANCK ROBICHON - La primera ministra de Finlandia, Sanna Marin
AP/FRANCK ROBICHON - La Première ministre finlandaise, Sanna Marin

Dans le but de réduire la dépendance à l'égard du gaz russe, la Finlande et l'Estonie ont convenu il y a un mois de louer conjointement un terminal flottant de gaz naturel liquéfié (GNL) cet automne, où sera stocké le gaz apporté par des navires en provenance d'autres pays producteurs de gaz.

La Finlande est le troisième pays de l'UE, après la Pologne et la Bulgarie, à cesser de recevoir du gaz russe parce qu'elle ne veut pas se plier aux exigences de Moscou, qui demande à ses clients de payer en roubles pour tenter d'enrayer l'effondrement de sa monnaie.

Dans le cas de la Finlande, qui a officiellement demandé son adhésion à l'OTAN mercredi, ignorant les menaces du Kremlin, l'interruption des livraisons de gaz russe vient s'ajouter à l'interruption des livraisons d'électricité.

Il y a tout juste une semaine, la société énergétique russe Inter RAO a cessé de fournir de l'électricité au marché finlandais, invoquant des "problèmes de réception des paiements" dus aux sanctions européennes, bien que plusieurs experts du pays nordique mettent cette décision sur le compte de raisons politiques.