PUBLICIDAD

Marruecos

La Russie renforce sa collaboration spatiale avec l'Arabie saoudite, les Émirats, l'Égypte, le Kenya et la Tunisie

La Russie renforce sa collaboration spatiale avec l'Arabie saoudite, les Émirats, l'Égypte, le Kenya et la Tunisie
Le traité de partenariat stratégique et de coopération signé par Vladimir Poutine et le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi est entré en vigueur le 10 janvier et sera prolongé par un accord spatial

PHOTO/Kremlin-Alexei Druzhinin  -   Le traité de partenariat stratégique et de coopération signé par Vladimir Poutine et le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi est entré en vigueur le 10 janvier et sera prolongé par un accord spatial

L'Agence spatiale fédérale russe (Roscosmos) a prévu pour le 20 mars le décollage d'une fusée russe Soyouz du cosmodrome de Baïkonour, une immense installation située en République du Kazakhstan, que le Kremlin a louée au gouvernement de Kasim-Yomart Tokayev, président du pays depuis mars 2019.

Le jour choisi pour le lancement coïncide avec la date de commémoration du 65ème anniversaire de la fête de l'indépendance de la Tunisie, qui, ce jour-là, mettra dans l'espace sa première plateforme spatiale, qui se veut le précurseur de futures initiatives financées par le gouvernement du Premier ministre Hichem Mechichi. 

Premier satellite du continent africain à s'envoler dans l'espace en 2021, il s'appelle Challenge ONE et est un nanosatellite de la société industrielle tunisienne Telnet appartenant au magnat Mohamed Frikha. Groupe d'affaires dédié au développement de produits électroniques pour les télécommunications, l'aéronautique et l'énergie, Challenge ONE est devenu une réalité grâce à la collaboration de la société russe Sputnix, spécialisée dans les composants et les technologies pour les microsatellites.

Desarrollado por el grupo empresarial tunecino Telnet del magnate Mohamed Frikha (derecha), Rusia pondrá en órbita el nano satélite Challenge ONE (centro) el 20 de marzo, fecha del 65 aniversario de la Independencia
PHOTO/Telnet - Développé par le groupe d'affaires tunisien Telnet du magnat Mohamed Frikha (à droite), le nano-satellite Challenge ONE (au centre) sera mis en orbite par la Russie le 20 mars, date du 65e anniversaire de l'indépendance du pays.

Challenge ONE est un Cubesat pesant 3 kilos et mesurant 30x10x10 centimètres, dont l'objectif est de valider les technologies qu'il intègre, avec l'intention de déployer une future constellation de 30 nano-satellites, qui devrait être mise en orbite à partir de 2023.

Organisé par GK Launch Services, le bras commercial de Roscosmos, 17 autres plateformes spatiales de différents pays voyageront à bord de la fusée russe, dont le petit dispositif environnemental DMSat-1 des Émirats arabes unis. Pesant seulement 15 kilos, le nanosatellite sera placé en orbite à 730 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre pour déterminer la qualité de l'air sur le territoire du pays, notamment au-dessus de Dubaï, la ville la plus peuplée des Émirats.

Las negociaciones para alcanzar un acuerdo en materia espacial entre Rusia y Egipto están capitaneadas por el director ejecutivo de la Agencia Federal Espacial de Rusia, Dimitri Rogozin (derecha), y el embajador de Egipto en Moscú, Ihab Nasr
PHOTO/Roscosme - Les négociations en vue d'un accord spatial entre la Russie et l'Égypte sont dirigées par le PDG de l'Agence spatiale fédérale russe Dmitry Rogozin (à droite) et l'ambassadeur égyptien à Moscou Ihab Nasr.
Pour en savoir plus sur la qualité de l'air dans les Émirats

La petite plate-forme DMSat-1 est le résultat d'un accord signé en 2016 entre la municipalité de Dubaï et le Centre spatial Mohammed bin Rashid pour développer un nanosatellite équipé d'instruments permettant de réaliser des observations multispectrales dans les bandes du visible et du proche infrarouge. L'objectif est de détecter et de surveiller le volume des aérosols et les quantités de gaz à effet de serre dans l'atmosphère des Émirats.

Les données fournies par le DMSat-1 compléteront les données collectées par le réseau de stations de surveillance de la qualité de l'air exploitées par le ministère du changement climatique et de l'environnement des EAU, et seront utilisées pour localiser les principales sources de pollution dans le pays, une tâche promue par le Ministre Thani bin Ahmed al-Zeyoudi.

SIMBA es un proyecto italo-keniata para rastrear el comportamiento y la migración de las aves y mamíferos acogidos en los Parques Nacionales de Kenia
PHOTO/Roscosme - SIMBA est un projet italo-kényan visant à suivre le comportement et la migration des oiseaux et des mammifères hébergés dans les parcs nationaux du Kenya.

DMSat-1, comme la plupart des autres nano satellites, sera lancé dans l'espace à partir d'une structure développée pour l'occasion par la société russe NPO Lavochkin, dont le satellite d'observation optique Najm-1 d'Arabie Saoudite, dont on ne sait pas grand-chose d'autre.

Un autre petit satellite qui volera sur le Soyouz sera le SIMBA, une initiative internationale visant à suivre le comportement et la migration de la faune dans les parcs nationaux du Kenya.

Un projet conjoint entre l'université La Sapienza de Rome, l'université de Tel Aviv en Israël et l'université de Nairobi au Kenya, des capteurs de suivi ont été placés auparavant sur des animaux de différentes espèces et tailles, des oiseaux aux grands mammifères tels que les lions, les girafes et les éléphants.

El cohete Soyuz emplazará en órbita los pequeños ingenios espaciales desde unas estructuras desarrolladas por la sociedad rusa NPO Lavochkin. En la imagen, un nano satélite en el momento de ser colocado en uno de los dispensadores que luego se instalarán a bordo del lanzador
PHOTO/Roscosme - La fusée Soyouz lancera le petit vaisseau spatial en orbite à partir de structures développées par la société russe NPO Lavochkin. Sur la photo, un nano-satellite placé dans l'un des distributeurs qui seront plus tard installés à bord du lanceur
L'Egypte veut coopérer avec la Russie

L'Égypte n'envoie aucun satellite à bord du lanceur Soyouz, mais finalise les pourparlers avec la Russie en vue de conclure un accord bilatéral sur la coopération scientifique et technologique dans l'espace.

Cet accord s'inscrit dans le cadre du traité de partenariat stratégique et de coopération signé en octobre 2018 entre Vladimir Poutine et le Président égyptien Abdel Fattah al-Sisi, qui n'est entré en vigueur que le 10 janvier dernier en raison de retards dans sa ratification par le pays du Nil.

Les équipes de négociation sont dirigées par le Directeur exécutif de l'Agence spatiale fédérale russe (Roscosmos), Dimitri Rogozin, et l'ambassadeur d'Égypte à Moscou, Ihab Nasr. Les deux hommes ont déjà mis au point les détails des clauses d'un accord visant à faciliter la présence de l'Agence spatiale égyptienne (EgSA) et l'accès des scientifiques égyptiens aux programmes spatiaux russes. 

El ministro de Cambio Climático y Medio Ambiente de Emiratos, Thani bin Ahmed Al-Zeyoudi, con la secretaria de Estado de Comercio de España, Xiana Méndez, en una reunión que mantuvieron entre ambos en el mes de febrero
PHOTO/MICT - Le Ministre du changement climatique et de l'environnement des EAU, Thani bin Ahmed Al-Zeyoudi, avec la Secrétaire d'État espagnole au commerce, Xiana Méndez, lors d'une rencontre entre les deux en février.

Le gouvernement du Caire souhaite qu'un groupe de pilotes militaires égyptiens soit formé comme astronautes en Russie afin qu'ils puissent, dès que possible, voyager dans une capsule Soyouz vers la Station spatiale internationale. Compte tenu de la longueur du processus de sélection en Égypte et de la phase d'entraînement en Russie, la présence d'astronautes égyptiens dans l'espace pourrait ne pas se concrétiser avant 2023 au plus tôt.