La Russie rompt avec l'OTAN et ouvre un nouveau chapitre dans ses relations avec l'Occident

Le chef de la diplomatie russe, Sergei Lavrov, annonce le démantèlement de l'ambassade de Russie auprès de l'alliance atlantique
Sergei Lavrov

AFP/FABRICE COFFRINI  -   Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, à la Conférence des Nations unies sur le désarmement, le 25 février 2020 à Genève

Bien qu'elle n'ait pas fait partie " de facto " de l'alliance atlantique au cours de ses plus de sept décennies d'histoire, Moscou a maintenu une coopération étroite dans les domaines d'intérêt commun avec l'OTAN de la fin des années 1990 jusqu'en 2014. Toutefois, la nation eurasienne a rompu les ponts avec la coalition militaire après des années d'innombrables frictions et une longue liste d'intérêts divergents.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a déclaré lundi que l'ambassade du pays auprès de l'OTAN suspendrait ses activités à partir du 1er novembre "en réponse aux actions de l'organisation". Cette décision unilatérale ouvre un chapitre nouveau et incertain dans les relations de la Russie avec les puissances occidentales.

M. Lavrov a ajouté que les bureaux de liaison militaire et de renseignement de l'OTAN à Moscou seront également fermés, et que les accréditations du personnel seront retirées dans un délai d'un mois. Le diplomate chevronné a toutefois reconnu que la date prévue pour la mise en œuvre de la mesure pourrait prendre "quelques jours de plus". M. Lavrov a également déclaré que les contacts entre l'alliance atlantique elle-même et la Russie pourraient avoir lieu par l'intermédiaire de l'ambassade de Russie en Belgique. 

Le ministre des Affaires étrangères, en poste depuis 2004 et l'un des hommes forts de Vladimir Poutine, a déclaré que cette décision faisait suite à l'expulsion, mercredi, de huit diplomates de la mission russe auprès de l'OTAN, soupçonnés d'avoir commis des actes d'espionnage contre l'organisation. En outre, l'alliance atlantique a réduit de 20 à 10 le nombre de membres auxquels la Russie pouvait donner accès à son quartier général.

Jens Stoltenberg
PHOTO/AFP  -  Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg

Un membre anonyme de l'OTAN a admis que les membres de la délégation russe "étaient des agents de renseignement non déclarés", selon The Guardian. Ces faits ont été censurés par le secrétaire général de l'Alliance atlantique, le Norvégien Jens Stoltenberg, qui a averti que l'OTAN devait être attentive aux mouvements de la Russie. Pour Stoltenberg lui-même, les relations occidentales avec Moscou sont au plus bas depuis la fin de la guerre froide.

M. Lavrov a évité l'autocritique et a imputé à l'organisation la responsabilité du manque de compréhension : "Tout cela confirme que l'OTAN n'est pas intéressée par un dialogue sur un pied d'égalité ou par un travail commun. Par conséquent, nous ne voyons pas la nécessité de continuer à agir comme si un changement était possible à l'avenir, car l'OTAN a déjà déclaré l'impossibilité de tels changements. 

"La politique de l'OTAN à l'égard de la Russie devient de plus en plus agressive. La prétendue menace russe est exagérée afin de renforcer l'unité interne de l'organisation et de donner l'impression qu'elle est nécessaire dans la situation géopolitique actuelle", peut-on lire dans une déclaration du ministère des affaires étrangères de l'OTAN, qui considère l'alliance militaire comme "un bloc anti-russe".

Malgré les déclarations sévères du ministre russe des Affaires étrangères lors de la conférence de presse confirmant la rupture, l'OTAN n'avait encore reçu " aucune communication officielle " à ce sujet. La porte-parole de l'OTAN, Oana Lungescu, a déclaré que l'alliance avait "pris note" des intentions du Kremlin.

Vladímir Putin
PHOTO/AFP  -  Le président russe Vladimir Poutine
Intérêts concurrents

La coopération entre l'OTAN et Moscou a débuté en juin 1994, après l'éclatement de l'Union soviétique, avec l'adhésion de l'OTAN au programme de Partenariat pour la paix piloté par Washington, dans le cadre duquel la Russie a déployé des forces de maintien de la paix dans les Balkans à la fin des années 1990. Ce n'est toutefois qu'en 1997 que des relations bilatérales ont été établies par la création du Conseil permanent OTAN-Russie.

Dans ce mémorandum, les parties ont accepté de cesser de se considérer comme des adversaires et se sont engagées à maintenir "une paix durable et inclusive dans la région euro-atlantique sur les principes de la démocratie et de la sécurité coopérative". Des aspirations qui ont commencé à s'estomper avec l'arrivée de Poutine au Kremlin deux ans plus tard.

La coopération militaire, axée sur la lutte contre le terrorisme et la réduction des armes nucléaires, a été maintenue au cours de la première décennie du XXIe siècle. Non seulement cela, mais elle a été renforcée par la création en 2002 d'un nouveau conseil bilatéral qui a permis à Moscou d'intervenir dans l'alliance en tant que membre virtuel. Toutefois, les intérêts ont commencé à diverger dès que Poutine a lancé une stratégie extérieure visant à restaurer le rôle de superpuissance de la Russie.

Les liens de Moscou avec l'OTAN sont devenus un handicap. Une interprétation qui est devenue évidente lorsque l'OTAN a annulé les sommets bilatéraux officiels du Conseil en août 2008 après l'action militaire russe en Géorgie, où les chars russes sont entrés pour soutenir les séparatistes en Ossétie du Sud, région dont l'armée de Poutine a expulsé les forces géorgiennes et lancé une offensive contre les quartiers de Tbilissi. Les deux parties ont commis des "crimes de guerre", selon Human Rights Watch.

Crimea
PHOTO/Service de presse de l'état-major des forces armées ukrainiennes via REUTERS  -  Des chars des forces armées ukrainiennes sont vus lors d'exercices à un endroit inconnu près de la frontière de la Crimée annexée par la Russie, en Ukraine, dans cette image distribuée par le service de presse de l'état-major des forces armées ukrainiennes le 14 avril 2021

À ce jour, les membres de l'OTAN ont exigé de la Russie qu'elle revienne sur sa reconnaissance des régions d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud en tant qu'États indépendants, un conflit historique où Moscou veut affirmer son influence à tout prix.

Mais c'est l'annexion de la péninsule de Crimée en février 2014 qui a été l'événement qui a fait basculer les relations OTAN-Russie. Cette action militaire visait à atténuer les expressions du nationalisme ukrainien et à rétablir l'autorité du Kremlin après la chute du président pro-russe Ianoukovitch. L'occupation se poursuit aujourd'hui malgré les demandes des puissances occidentales pour une restitution du territoire à Kiev.

"Les inquiétudes que suscitent la poursuite des activités militaires déstabilisatrices et la rhétorique agressive de la Russie vont bien au-delà de l'Ukraine", déclare l'OTAN. L'alliance atlantique s'inquiète des "activités militaires provocatrices de la Russie, de la Baltique à la mer Noire, de sa rhétorique nucléaire irresponsable et agressive, et de sa posture militaire". Ainsi que la croisade du Kremlin contre la dissidence, avec l'exemple de l'empoisonnement puis de l'arrestation d'Alexei Navalny.

L'OTAN a adopté une double approche à l'égard de la Russie, comme le reconnaît l'organisation, fondée sur les principes de dissuasion et de défense. Cependant, la rupture unilatérale formalisée de Moscou oblige les puissances occidentales à mettre en œuvre une réponse coordonnée.