La Russie se mobilise aux frontières de l'Afghanistan

Le Kremlin a annoncé qu'il allait mener des exercices militaires aux frontières avec les pays d'Asie centrale que sont le Tadjikistan et l'Ouzbékistan
portavoz-rusia-dmitry- peskov

 -  

La situation en Afghanistan continue de se dégrader. La violence et la désintégration de ce pays d'Asie centrale ont atteint un tel point que, pendant la célébration de l'Aïd Al Adha, trois roquettes ont frappé près du palais présidentiel alors que le président afghan Ashraf Ghani et d'autres membres du gouvernement priaient pour la fête musulmane de la fin du jeûne. Le gouvernement de Kaboul a accusé les talibans d'avoir perpétré l'attentat pendant une période aussi importante pour les musulmans, mais les insurgés ont nié toute responsabilité.

Daesh a finalement revendiqué la responsabilité de l'attaque du palais présidentiel. Ce groupe terroriste est passé maître dans l'art de profiter des situations de crise dans différents pays pour perpétrer des attentats et se renforcer, comme il l'a fait en Irak et en Syrie. L'Afghanistan est le terreau idéal pour la réapparition de groupes extrémistes tels que Daech.

ataque-palaci-presidencial-afganistán

La situation dans ce pays d'Asie centrale est si dévastatrice que la Russie, qui avait initialement minimisé la progression rapide des talibans dans la région, a exprimé son inquiétude. Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré aux médias que la situation en Afghanistan était "très alarmante", ajoutant que "c'est un sujet de préoccupation pour nous".

"Nous sommes, avec nos partenaires de l'Organisation du traité de sécurité collective et les pays limitrophes de l'Afghanistan, en contact permanent et nous suivons certainement l'évolution de la situation. Jusqu'à présent, seules des nouvelles alarmantes nous parviennent de là-bas", a déclaré Peskov. Le porte-parole du Kremlin a toutefois évité de commenter le point de vue du président russe Vladimir Poutine sur le rôle déstabilisateur joué par les talibans en Afghanistan et son soutien à leur égard à la table des négociations.

ataque-palacio-kabul-afganistan

La violence dans ce pays d'Asie centrale a commencé à toucher ses voisins également, et la Russie en est consciente. Le ministère russe de la défense a indiqué que plusieurs unités de chars russes stationnées au Tadjikistan sont arrivées à la frontière avec l'Afghanistan pour effectuer une série d'exercices militaires en août. Dans une déclaration officielle, le Kremlin affirme que "des chars russes de la base 201 au Tadjikistan ont effectué un déplacement de 200 kilomètres du champ militaire de Liaur au champ militaire de Jarb Maidon, à la frontière avec l'Afghanistan".

La Russie a également annoncé qu'elle effectuerait des exercices militaires en Ouzbékistan, dans la région de Surjan Daria, une zone frontalière avec l'Afghanistan. Les exercices auront lieu du 30 juillet au 10 août et, selon le ministère russe de la défense, ils impliqueront 1 500 soldats russes et ouzbeks. La mobilisation de chars et de soldats vers la frontière afghane, sous prétexte d'effectuer des exercices militaires, coïncide avec l'avancée des talibans dans le pays d'Asie centrale, qui ont réussi ces dernières semaines à prendre le contrôle de plusieurs postes frontaliers avec le Tadjikistan et l'Ouzbékistan.

maniobras-militarres-rusas-frontera-afganistán

En avril dernier, le président américain Joe Biden a annoncé le retrait de toutes les troupes américaines de ce pays d'Asie centrale, mettant ainsi fin à leur "mission". À la suite de cette nouvelle, l'OTAN a suivi les mêmes traces que les États-Unis et a annoncé le retrait de toutes les troupes internationales d'Afghanistan. Face au vide de pouvoir que ce retrait a laissé dans les rangs de l'armée nationale afghane, les talibans ont lancé une offensive en mai dans le but de reprendre leur part de pouvoir dans le pays. Les insurgés affirment désormais contrôler 85 % de l'Afghanistan.

ashraf-ghani-presidente-afganistán

Pendant ce temps, les négociations entre le gouvernement de Kaboul et les talibans sont dans l'impasse. Le week-end dernier, des représentants du gouvernement et des dirigeants du groupe d'insurgés se sont à nouveau rencontrés à Doha pour reprendre les pourparlers de paix. La réunion s'est terminée sans aucun rapprochement et le propre médiateur du Qatar, Mutlaq al-Qahtani, s'est dit désespéré que les deux parties se soient "à peine mises d'accord" pour essayer "d'éviter les pertes civiles". Le gouvernement de Kaboul et les talibans s'accusent mutuellement de "perdre du temps" alors que les combats et la violence s'intensifient dans le pays.