PUBLICIDAD

Iberdrola

La Somalie déclare une "guerre totale" au groupe djihadiste Al Shabaab

Le président somalien a annoncé qu'il était déterminé à affaiblir le groupe terroriste, dans sa première déclaration après l'attentat de l'hôtel Hayat
Hassan Sheikh Mohamud

REUTERS/FEISAL OMAR  -   Le président de la Somalie, Hassan Sheikh Mohamud

Premières déclarations du président somalien, Hassan Sheikh Mohamud, suite à l'attaque du groupe terroriste Al Shabaab contre l'hôtel Hayat, qui a fait 21 morts et 117 blessés, selon le ministère somalien de la Santé, l'attaque la plus meurtrière depuis la prise de fonction du président en juin dernier. Dans son premier discours public, Hassan Sheikh a déclaré une "guerre totale" contre Al Shabaab, qu'il accuse de prendre pour cible des civils innocents, en violation des règles de la société. 

"Al Shabaab est comme un serpent mortel dans vos vêtements, il n'y a pas d'autre solution que de le tuer avant qu'il ne vous tue", a annoncé le président dans son discours à Villa Somalia, où il a également souligné qu'il fera tout son possible pour affaiblir les terroristes qui contrôlent déjà une grande partie des zones rurales du centre et du sud de la Somalie.

L'attaque a eu lieu vendredi dernier à l'hôtel Hayat, dans la capitale Mogadiscio. Après avoir tiré dans les locaux et déclenché des charges dans les environs, les terroristes se sont barricadés pendant plus de 24 heures jusqu'à ce que les autorités somaliennes parviennent à y mettre fin et à sauver les otages.  

Le porte-parole adjoint du Secrétariat général des Nations unies, Farhan Haq, a condamné "fermement" l'attaque terroriste et a exprimé ses condoléances aux familles des victimes. "Le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations constitue l'une des menaces les plus graves pour la paix et la sécurité internationales", indique le communiqué, tout en saluant la réaction rapide des forces de sécurité somaliennes, y compris des premiers intervenants.

Policía Somalia
AFP/HASSAN ALI ELMI  -   Le général Abdi Hassan Hijar, commissaire de la police somalienne, annonce la fin d'un siège meurtrier de 30 heures mené par les djihadistes d'Al-Shabaab à l'hôtel Hayat de Mogadiscio, le 21 août 2022

Il ne s'agit toutefois pas de la seule attaque perpétrée par Al Shabaab dans le pays pendant le mandat de Hassan Sheikh en tant que président de la république. Dans ses discours durant son mandat entre 2012 et 2016, Hassan Sheikh a constamment appelé à la lutte contre le terrorisme dans la Corne de l'Afrique, sans toutefois exclure des négociations à l'avenir.  

Pour l'instant, la lutte contre Al Shabaab se poursuit avec la mission dite de transition de l'Union africaine (ATMIS) entre le Gouvernement somalien et l'Union africaine, lancée en février dernier. ATMIS remplace la mission précédente, AMISON, après 15 ans d'opérations contre les terroristes. Cette nouvelle mission est venue précisément dans l'intention de redoubler d'efforts dans la lutte contre le terrorisme, le plus grand combat auquel la Somalie est actuellement confrontée.

Hotel Hayat
REUTERS/FEISAL OMAR  -   Vue de l'extérieur de l'hôtel Hayat après une attaque d'Al Shabaab liée à Al Qaeda qui a duré plus de 30 heures et a fait de nombreux morts et des dizaines de blessés à Mogadiscio, en Somalie, le 21 août 2022

Le groupe Al Shabaab est la filiale d'Al Qaeda dans la Corne de l'Afrique qui cherche à établir un régime ultraconservateur en Somalie. Bien que ses troupes aient été expulsées de la capitale du pays en 2011 par les forces de l'Union africaine (UA), le groupe djihadiste continue d'avoir une présence étendue dans les zones rurales de la Somalie. 

L'Éthiopie et le Kenya, les autres pays de la région, ont également signalé plusieurs attaques au cours de cette décennie. Concernant le pays abyssin, Al Shabaab a profité de l'instabilité créée depuis 2020, date du début de la guerre civile entre le TPLF et le gouvernement fédéral éthiopien, en menant des attaques à proximité des frontières entre les deux pays. Le gouvernement éthiopien a évalué à plus de 200 le nombre de membres présumés du groupe terroriste somalien. De son côté, le Kenya a enregistré en août une attaque présumée d'Al Shabaab qui a fait cinq morts parmi les policiers kenyans dans le nord-est du pays.