PUBLICIDAD

Marruecos

La Somalie, fer de lance d'Erdogan en Afrique de l'Est

L'aide de la Turquie au pays dans la crise du coronavirus s'inscrit dans le cadre d'une relation plus large ; Ankara s'est bien positionnée dans les secteurs stratégiques de la Somalie
Le président somalien Abdullahi Mohamed, "Farmajo", (à gauche) est reçu par son homologue turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) au complexe présidentiel d'Ankara le 26 avril 2017

PHOTO/ADEM ALTAN  -   Le président somalien Abdullahi Mohamed, "Farmajo", (à gauche) est reçu par son homologue turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) au complexe présidentiel d'Ankara le 26 avril 2017

Ventilateurs, kits de test, fournitures médicales, masques, combinaisons de protection... Tout ce matériel se trouvait à bord d'un avion en provenance de Turquie qui a atterri il y a un peu plus d'une semaine sur une base aérienne à l'extérieur de Mogadiscio, la capitale de la Somalie. C'est le deuxième envoi d'aide humanitaire que le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan envoie au pays de la Corne de l'Afrique dans le cadre de la crise actuelle du coronavirus. Le premier est arrivé à la mi-avril.

Le président turc a publiquement salué cette manœuvre de diplomatie publique, par laquelle son pays tente de redorer son blason au niveau international. « Des ventilateurs fabriqués localement en Turquie donneront un nouveau souffle à la Somalie », a déclaré le président turc sur son compte Twitter officiel. « La conscience et les capacités de notre nation sont au service des peuples opprimés et des nations dans le besoin », a déclaré Erdogan dans son tweet.  

L'engagement de la Turquie en Somalie n'est pas nouveau. Ankara a été, au cours de la dernière décennie, l'un des principaux partenaires stratégiques du pays africain. Au cours des dernières années, ce territoire a fait des progrès notables dans de nombreux domaines. La refondation de ses institutions démocratiques et la mise en œuvre de projets de développement ont été rendues possibles, au moins en partie, grâce à l'aide fournie par Erdogan.

El presidente de Turquía, Recep Tayyip Erdogan, asiste a la inauguración de la nueva Embajada de Turquía en Mogadiscio el 3 de junio de 2016
AP/FARAH ABDI - Le président turc Recep Tayyip Erdogan assiste à l'ouverture de la nouvelle ambassade de Turquie à Mogadiscio le 3 juin 2016
Quelques données 

Depuis la visite officielle du président en 2011, l'Agence turque de coopération et de coordination, le Croissant-Rouge turc et diverses organisations non gouvernementales du pays eurasiatique ont mobilisé d'importantes sommes d'argent qui ont été investies dans des projets de coopération internationale sur le terrain. Selon les données fournies par le ministère turc des Affaires étrangères, le volume total de l'aide humanitaire envoyée en Somalie s'élève à un milliard de dollars.   

Le flux de capitaux entre les deux pays ne se limite pas à la coopération et au développement. La Turquie se positionne comme un partenaire important de la Somalie, avec des chiffres qui ont augmenté ces dernières années. En 2019, le commerce bilatéral a dépassé pour la première fois les 200 millions de dollars. Quant à l'investissement turc dans le pays de la Corne de l'Afrique, il atteint jusqu'à 100 millions de dollars. 

: Foto tomada el 3 de junio de 2016 que muestra la entonces recién inaugurada Embajada turca en Mogadiscio
AFP/ MOHAMED ABDIWAHAB - : Photo prise le 3 juin 2016 montrant l'ambassade de Turquie à Mogadiscio, alors nouvellement ouverte
Pénétration dans des secteurs clés 

Au-delà de ce que les chiffres froids peuvent refléter, il y a des faits qui sont représentatifs de l'influence considérable qu'Erdogan a acquise en Somalie. Le port et l'aéroport de Mogadiscio, la capitale, sont notamment exploités par des sociétés turques. Ce n'est pas un hasard, par exemple, si parmi les compagnies aériennes opérant à l'aéroport international d'Aden Adde, les deux seules qui ne sont pas basées en Afrique de l'Est sont Turkish Airlines et Qatar Airways, selon le répertoire de l'aéroport lui-même sur son site web. Il faut rappeler que le Qatar est l'un des principaux alliés géopolitiques d'Ankara, comme l'atteste le conflit en Libye.

Terminal del puerto marítimo de Mogadiscio (Somalia)
REUTERS/FEISAL OMAR - Terminal du port maritime de Mogadiscio, Somalie

Dans les mois à venir, les bonnes relations entre les Turcs et les Somaliens devraient se renforcer encore. En janvier dernier, le président somalien Abdullahi Mohamed, alias « Farmajo », a officiellement invité les entreprises turques à se joindre à l'exploration de ses eaux territoriales à la recherche d'hydrocarbures. La course au pétrole somalien a déjà commencé et la Turquie va probablement jouer dur pour obtenir une bonne part, comme elle le fait déjà précisément en Libye et, par extension, dans toute la zone de la Méditerranée orientale. 

Sur un plan strictement militaire, la Turquie est implantée dans le pays africain depuis septembre 2017. A cette date, le camp TURKSOM, situé près de Mogadiscio, a été inauguré. Cette base est le point de départ de la mission intergouvernementale connue sous le nom d'« African Eagle », en vertu de laquelle les deux gouvernements tentent de lutter contre l'insurrection armée du groupe djihadiste Al-Chabab, qui opère dans le sud du pays et dans le nord du Kenya.

Oficiales militares turcos desfilan durante la ceremonia de apertura de la base militar turca en Mogadiscio, Somalia 30 de septiembre de 2017
REUTERS/FEISAL OMAR - Des officiers militaires turcs défilent lors de la cérémonie d'ouverture de la base militaire turque à Mogadiscio, Somalie 30 septembre 2017

En théorie, le travail des soldats turcs qui y sont déployés s'est réduit à la formation des soldats de l'armée somalienne, une fonction similaire à celle exercée par les troupes de différents pays européens - dont l'Espagne - sur la base de Koulikoro au Mali, dans le cadre de l'EUTM Mali. 

Il est paradoxal que la Turquie, qui, dans les guerres syrienne et libyenne, combat aux côtés de combattants appartenant à des groupes djihadistes, comme Hayat Tahrir al-Sham ou l'armée nationale syrienne, soit chargée de former les troupes des forces armées d'un pays où le plus grand défi sécuritaire consiste, précisément, à arrêter l'un des groupes les plus actifs et les plus importants associés au réseau Al-Qaïda dans le monde.

Soldados del Gobierno somalí
PHOTO/REUTERS - Soldats du gouvernement somalien
L'Afrique de l'Est comme théâtre géopolitique 

La Somalie, en tout cas, n'est qu'une pièce du réseau d'alliances géostratégiques qu'Erdogan tente de construire à partir de son territoire national. La sous-région de l'Afrique de l'Est est une zone que le président turc a à son ordre du jour. Le fait d'avoir de l'influence sur ce projet lui permettrait d'être un contrepoids important à certains de ses rivaux géopolitiques.  

L'Égypte est l'un d'entre eux. Actuellement, le Caire et Ankara ont des intérêts conflictuels sur plusieurs fronts. Sur la question de la prospection en Méditerranée, le gouvernement d'Abdelfatah al-Sisi s'est positionné aux côtés de la Grèce et de Chypre, et n'a pas reconnu la validité des accords qu'Erdogan a signés avec Fayez Sarraj, chef du gouvernement d'unité nationale (GNA) de Tripoli, fin 2019.

Dans le conflit libyen, des divergences apparaissent également. Al-Sisi a été l'un des plus importants soutiens du maréchal rebelle Khalifa Haftar, dont l'Armée de libération nationale (ANL) s'oppose au GNA de Sarraj. 

El expresidente de Sudán Omar al-Bashir recibe a Erdogan en el aeropuerto de Jartum, Sudán, el 24 de diciembre de 2017
REUTERS/MOHAMED NURELDIN - L'ancien président soudanais Omar al-Bashir rencontre Erdogan à l'aéroport de Khartoum, au Soudan, le 24 décembre 2017

À cet égard, outre la Somalie, le Soudan peut jouer un rôle très important. Jusqu'à la chute du dictateur Omar al-Bachir, Ankara et Khartoum étaient des alliés très proches, grâce surtout à la bonne volonté du dirigeant africain envers les Frères musulmans. Cependant, avec la transition politique réussie pour le moment et le nouveau gouvernement d'Abdallah Hamdok, leurs relations restent à définir.

De même, la pénétration de la Turquie en Afrique de l'Est peut également représenter un défi pour l'Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis. Le royaume wahhabite, par exemple, n'est qu'à quelques centaines de kilomètres du territoire national somalien. Comme l'Égypte, les deux monarchies soutiennent Haftar en Libye pour éviter le risque de croissance des Frères musulmans. 

Si la Turquie est capable de se renforcer à court terme dans des pays comme la Somalie, le Soudan ou même l'Ethiopie, face à l'Egypte en raison du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) construit sur le Nil, elle remportera une victoire stratégique majeure.