La souveraineté espagnole s'installe en Méditerranée

Explication historique de l'appartenance en Espagne de certains îlots au large des côtes d'Afrique du Nord
Une photographie prise depuis la ville marocaine de Fnideq montre une vue générale de l'enclave de Ceuta

AFP/FADEL SENNA  -   Une photographie prise depuis la ville marocaine de Fnideq montre une vue générale de l'enclave de Ceuta

La bataille entre le Sahara occidental et le Maroc a rouvert la question de la souveraineté espagnole en Afrique du Nord.

Cependant, à part les villes typiques de Ceuta et Melilla, quelles autres enclaves l'Espagne possède-t-elle en Méditerranée ? Ces enclaves, appelées "places de souveraineté", sont les îles et les rochers au large des côtes d'Afrique du Nord, qui sont toujours maintenus en raison de leur énorme importance géostratégique.  Ce sont : les îles Chafarinas, l'île d'Alborán, le Peñón de Vélez de la Gomera, les îles Alhucemas et l'île de Perejil.  Mais depuis quand, comment et pourquoi appartiennent-ils à l'État espagnol ?

La Constitution ne fait aucune référence à ces territoires, à l'exception des grandes villes - Ceuta et Melilla - les villes mineures ne sont pas mentionnées dans les statuts d'autonomie. À l'exception de la Isla de Alborán, qui appartient à la municipalité d'Almería, les autres territoires sont dans un "vide juridique". Le Maroc continue de revendiquer ces enclaves jusqu'à ce jour, tout comme les deux villes autonomes de Ceuta et Melilla.

Cet article passe brièvement en revue les raisons pour lesquelles ces lieux de souveraineté appartiennent au Royaume d'Espagne. Bien que la présence hispanique au Maghreb soit très importante, cet article ne traitera que des événements survenus depuis les Rois Catholiques (15ème siècle).

1. Rois Catholiques (1492-1516)

À la fin du XVe siècle, la conquête de la côte du Maghreb par les Rois Catholiques (RRCC) a commencé, amorçant ce que l'historiographie islamique a appelé "la guerre de trois cents ans". Cette longue et permanente guerre d'usure entre chrétiens et musulmans couvre la période entre 1497 et 1782, où les territoires sont passés constamment d'une main à l'autre.

La conquête est motivée par des raisons religieuses, défensives et économiques. La CCRR était déterminée à expulser les musulmans de la péninsule ibérique, et la conquête de l'Afrique du Nord comme dernière phase de la Reconquête. Tout d'abord, la reine Isabelle Ire de Castille a voulu récupérer l'"Hispania Transfretana", les territoires appartenant à la province romaine "la Baetica" qui étaient situés de l'autre côté du détroit de Gibraltar. Ensuite, Isabella voulait venger le christianisme pour la prise de Constantinople en 1453 par les Ottomans. La reine fantasme sur la possibilité d'avancer le long de la rive sud de la Méditerranée, d'occuper l'Égypte et de reconquérir les Lieux Saints. Pour atteindre cet objectif, la soi-disant "guerre contre le Maure" des XVe et XVIe siècles a été déclenchée par l'esprit épique et glorieux qui l'enveloppait. On croyait qu'un chrétien devait aller combattre l'infidèle afin d'élargir sa foi et de servir son maître, qu'il soit maure, arabe ou turc (De Bunes, 1995). Par le biais de taureaux, Alexandre VI, le pape espagnol de la famille Borgia, a accordé la conquête de l'Afrique aux Rois Catholiques, et l'a transformée en croisade, une entreprise "sainte". C'est le Pape lui-même qui leur a donné le titre de "Rois Catholiques", et qui a donné des fonds pour soutenir cette guerre.

La côte maghrébine ayant été la principale source de danger militaire et de menaces pour la péninsule pendant des siècles, le RRCC a voulu dominer les deux côtes du détroit afin de défendre les royaumes espagnols contre de futures attaques, ainsi que pour garantir la sécurité des routes commerciales le long de la Méditerranée.

Les dernières motivations se trouvent dans une noblesse espagnole avide de grandeur, d'aventure et de grand butin, ainsi que dans la nécessité de divertir une classe militaire et politique qui avait perdu son importance à la fin de la Reconquête. Les classes urbaines et commerciales se pressent également pour pouvoir commercer avec de nouveaux marchés, pour profiter des caravanes d'or africaines qui traversent le Sahara et pour pouvoir exploiter les ressources, comme la pêche. Enfin, les parias imposés aux communautés musulmanes étaient une bonne source de revenus.

Curieusement, la conquête de l'Afrique du Nord à cette époque s'est faite avec une stratégie médiévale. Le manque de fonds des couronnes espagnoles après la guerre de Grenade, a forcé la conquête de la côte nord-africaine ainsi que la conquête de l'Amérique, par le système du "butin avec le cinquième royal". En d'autres termes, la conquête n'a pas été réalisée par les armes royales et les forces militaires espagnoles, mais par des troupes formées et financées par un noble ou un seigneur, comme ce fut le cas d'Hernán Cortés au Mexique. La conquête de Melilla a été financée par le duc de Medina Sidonia, et exécutée par son capitaine d'armes, Pedro Estupiñán, le 17 septembre 1497. Au fil des ans, et compte tenu du manque de moyens économiques et militaires pour préserver Melilla, le Duc a remis l'île au patrimoine des Rois. En 1508, sous le commandement de Pedro Navarro, les Espagnols conquièrent le Peñón de Vélez de la Gomera.

Au cours des premiers siècles, les compagnies portugaises et espagnoles ont dépouillé les États berbères situés dans les actuels royaumes du Maroc, de la Tunisie et de l'Algérie du contrôle de leurs zones côtières, les principales villes portuaires étant aux mains des chrétiens.

Atalayar_ España y sus EnclavesLa mort de la reine Elizabeth a mis fin à la véhémence de la "guerre contre le Maure". Ferdinand le Catholique ignore la conquête du Maghreb à cause des affaires d'Italie, de la politique matrimoniale et de la conquête de l'Amérique ; le projet africain se réduit donc à l'établissement de positions stratégiques formant une marque fortifiée de quelques citadelles le long de la côte. Ces enclaves fortifiées étaient appelées "presidios" (prision).

Atalayar_ España y sus Enclaves
Le Présidium de Melilla
2. Charles Ier (1516-1556)

Le roi Charles Ier d'Espagne et V d'Allemagne hérite de "la Berbería", un chapelet de ports le long de la côte africaine, de Tripoli en Méditerranée centrale à Santa Cruz de Cabo Gue (Agadir) et aux îles Canaries dans l'Atlantique ; il hérite également de la croisade de sa grand-mère Isabel, qui dans son dernier testament a demandé à sa fille Juana d'essayer de poursuivre la conquête de l'Afrique pour continuer l'œuvre de lutte contre l'Islam (De Bunes, 1995). L'objectif de Charles Ier à la Barbade sera de conserver ces territoires et de les transmettre à son successeur et héritier, par une stratégie de défense avec des politiques de contrôle et d'endiguement des côtes du Maghreb.

Comme c'était le cas sous le mandat de son grand-père Fernando, Charles Quint s'occupera exclusivement des affaires africaines pendant les souffles accordés sur d'autres fronts. Par conséquent, l'activité à la Barbade est discontinue, et surtout l'activité militaire ne suit aucune planification. L'empereur ne s'intéressera au Maghreb qu'à certaines périodes, pour des raisons de défense ou de prestige. Par exemple, le 1er octobre 1540 a eu lieu la bataille de l'île d'Alborán, une bataille déclenchée par l'attaque de Barberousse (un amiral ottoman) sur les territoires espagnols, qui s'est terminée par la victoire écrasante de la marine espagnole et l'annexion de l'île. 

Les prisons, un peu négligées par la couronne, développent une relation étroite avec les tribus musulmanes afin de survivre. Ils fournissent les prisons en échange de la protection chrétienne contre les tentatives de contrôle des Ottomans. La couronne investit également dans la création d'États tampons pour rendre plus difficile la conquête des prisons par les Turcs.

Atalayar_ España y sus Enclaves
Peñón de Vélez de la Gomera 

Cependant, alors que la menace de l'Empire ottoman et de ses alliés berbères devient plus intense, Charles Ier établit pour un temps le Maghreb comme le front le plus important contre Istanbul, au-dessus même du front ouvert le long du Danube. Les plus grandes craintes sont une nouvelle invasion musulmane de la péninsule et la fin du monopole commercial andalou en Méditerranée établi par les Rois Catholiques en 1490.

3. Philippe II (1556-1598)

Philippe II continuera dans la même ligne que son grand-père et son père, de défense, d'entretien et de fortification des prisons, en essayant de stopper la piraterie berbère et l'expansion ottomane.

Sous Philippe II, la côte de l'Afrique du Nord est devenue une priorité jusqu'au début des années 1980, en tant que point central de la lutte avec l'Empire ottoman. La Méditerranée devient un théâtre de guerre et, pour la première fois depuis la RCC, de nombreuses victoires espagnoles ont lieu, comme la bataille de Lépante en 1571, qui élargit les possessions de l'Empire le long de la côte des Barbiers. Il y a une résurgence des sentiments de croisade contre "l'infidèle".

Pour la première fois avec Philippe II, un puissant réseau d'espionnage est mis en place dans toute la région nord-africaine. "Les sauveteurs, les renégats, les marchands, les aventuriers et les captifs dans les bases corsaire et à Istanbul étaient chargés d'organiser les complots et les conspirations, de saboter les infrastructures de l'ennemi, d'informer sur les préparatifs militaires, sur les départs des flottes, de corrompre les hauts fonctionnaires, d'attirer au service de Sa Majesté certaines personnalités, de négocier des trêves, la paix ou des alliances" (Téllez Alarcia, 2000). Par conséquent, "la lutte contre les Turcs", en plus d'impliquer une activité militaire, utilise l'espionnage et la diplomatie comme autres outils de guerre. Les alliances avec des dirigeants de la région, comme le sultan Mouley Abdullah, qui, en 1560, a cédé les îles d'Al Hoceima au monarque espagnol en échange de sa protection contre les Ottomans, sont des exemples de diplomatie.

Durant les deux dernières décennies de son mandat, Philippe II a définitivement relégué le scénario du Maghreb au second plan. Cela ne signifie pas qu'il n'y a pas d'action, mais plutôt qu'il concentre ses efforts pour empêcher les États qui émergeaient au Maghreb de maintenir leur indépendance par rapport à Istanbul. Finalement, Philippe II se consolide comme Seigneur de la Méditerranée occidentale, tandis que le Sultan est Seigneur de la Méditerranée orientale.

D'autre part, avec l'annexion du Portugal au royaume d'Espagne en 1581, ses territoires d'outre-mer sont également passés entre les mains du monarque.  Après l'indépendance du Portugal, les nobles de Ceuta ont demandé à faire partie de la couronne espagnole. Et en 1668, un traité avec le Portugal reconnaît la souveraineté espagnole sur Ceuta et sa juridiction, qui comprend l'île de Perejil.

Atalayar_ España y sus Enclaves
Duc de Medina Sidonia     
4. Isabelle II (1833-1868)

Au début du XIXe siècle, après avoir perdu la plupart des colonies américaines, l'Espagne a cessé d'être un grand empire d'outre-mer et a été reléguée à une position secondaire. Par conséquent, Isabella II entend récupérer le prestige espagnol par des expéditions militaires dans le monde entier. Les plus importantes d'entre elles ont été les expéditions en Afrique du Nord et la guerre d'Afrique qui a suivi, en 1859-1860, contre le Maroc. Cette stratégie politique visait à imiter les autres puissances européennes de l'époque, telles que la France et l'Italie, dans leurs conquêtes du Maghreb et l'unification de l'Espagne, qui venait de subir une guerre civile entre les élisabéthains et les carlistes.

En 1848, le futur général Serrano conquiert les îles Chafarinas et y installe une prison.

5. Conclusion 

La plupart des territoires conquis au cours de ces siècles ont été perdus, et ceux que nous avons encore changés de mains à maintes reprises. Cependant, ces quelques enclaves, sans importance politique et économique, ont encore aujourd'hui une grande valeur stratégique et défensive à contrôler : le détroit de Gibraltar, les flux migratoires, le crime organisé, les routes commerciales maritimes et tous les autres dangers qui peuvent provenir du continent africain. En d'autres termes, nous sommes toujours les héritiers de la politique africaine de Ferdinand le Catholique.

 

 

RÉFÉRENCES 

  1. De Bunes, B.A. (1995) La présence espagnole en Afrique du Nord : les différentes justifications de la conquête du Maghreb. Aldaba : magazine du Centre Associé de l'UNED à Melilla, nº. 25, (Numéro consacré à : Études sur la présence espagnole en Afrique du Nord), pp. 13-34 
  2. Alonso, B. (2001) El norte de África en el ocaso del emperador (1549-1558). Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V. p. 387 - 414 (Volume 1) https://repositorio.uam.es/bitstream/handle/10486/1213/17087_A21.pdf?sequence=1 
  3. Téllez Alarcia, D. (2000) El papel del norte de África en la política exterior de Felipe II. La herencia y el legado. Espacio, Tiempo y Forma, Serie IV, H.ª Moderna, t. 13, pp. 385-420 https://www.researchgate.net/publication/286165814_El_papel_del_norte_de_Africa_en_la_politica_exterior_de_Felipe_II_la_herencia_y_el_legado/fulltext/56668f5a08ae15e74634d26f/El-papel-del-norte-de-Africa-en-la-politica-exterior-de-Felipe-II-la-herencia-y-el-legado.pdf 
  4.  Martínez Hoyos, F. (2019) La guerra de África : Imperialismo de andar por casa. La Vanguardia. En ligne :https://www.lavanguardia.com/historiayvida/historia-contemporanea/20191119/471723366845/guerra-marruecos-1859.htm