PUBLICIDAD

Iberdrola

La Suède et la Finlande reçoivent une invitation officielle à adhérer à l'OTAN après la levée du veto turc

Le sommet de Madrid sert de catalyseur au lancement d'un nouveau processus d'élargissement de l'Alliance atlantique deux ans plus tard
OTAN Suecia Finlandia Turquía

PHOTO/NATO SUMMIT  -   El secretario general de la OTAN, Jens Stoltenberg, auspicia la firma del memorando tripartito entre el presidente turco, Recep Tayyip Erdoğan, el presidente finlandés, Sauli Niinistö, y la primera ministra sueca Magdalena Andersson por el que Turquía aprueba la solicitud de adhesión de Suecia y Finlandia en la Alianza Atlántica, Cumbre de la OTAN en Madrid, 29 de junio de 2022

Il a fallu quatre heures de négociations entre les dirigeants de la Turquie, de la Suède et de la Finlande pour amplifier l'importance historique du sommet de l'OTAN à Madrid. La première rencontre en tête-à-tête entre Erdoğan, le président finlandais Sauli Niinistö et la Première ministre suédoise Magdalena Andersson a abouti à la levée du veto de la Turquie à l'adhésion des deux pays, autrefois neutres, à l'Alliance atlantique. Ainsi commence le compte à rebours pour l'élargissement de l'organisation à 32 membres. 

La médiation du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a été décisive pour rapprocher les positions dans un accord qui a été conclu après 20h30. L'homme politique norvégien a salué le rôle de l'organisation au cours du processus : "Nos fonctionnaires ont travaillé, il y a eu des réunions à Bruxelles au cours des deux derniers jours. J'ai également parlé au président Erdoğan quatre fois au téléphone. Et aussi, bien sûr, j'ai rencontré et discuté de cela avec la Première ministre Andersson et aussi avec le Président Niinistö ces dernières semaines". 

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan était jusqu'à présent le seul dirigeant de l'OTAN à s'opposer à l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Alliance. Depuis que les pays nordiques ont soumis des demandes d'adhésion en mai, Ankara a bloqué la demande au motif que les deux États sont des "promoteurs du terrorisme" pour avoir accueilli des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), le groupe armé avec lequel la Turquie a un différend politique et territorial depuis des décennies, et des adeptes du clerc Fethullah Gülen, un ancien allié d'Erdoğan qui aurait participé au coup d'État manqué de 2016.

OTAN Suecia Finlandia Turquía
PHOTO/NATO SUMMIT  -   Le secrétaire général de l'OTAN, M. Jens Stoltenberg, est l'hôte de la signature du mémorandum tripartite entre le président turc, M. Recep Tayyip Erdoğan, le président finlandais, M. Sauli Niinistö, et le premier ministre suédois, Mme Magdalena Andersson, approuvant la demande d'adhésion de la Turquie à l'Alliance atlantique de la Suède et de la Finlande, au sommet de l'OTAN à Madrid, le 29 juin 2022

Pour que de nouveaux membres puissent rejoindre l'Alliance atlantique, le traité de Washington stipule en effet qu'il doit y avoir unanimité parmi ses membres, l'approbation d'Ankara était donc cruciale. Finalement, après un mois d'intenses négociations tripartites sous les auspices de l'OTAN, Erdoğan a donné son feu vert, mais non sans avoir imposé un certain nombre de conditions

Stockholm et Helsinki ont payé le tribut nécessaire pour rejoindre l'Alliance face à la menace de la Russie. Les exécutifs suédois et finlandais ont convenu mardi de lever l'embargo sur les armes imposé à la Turquie, de renforcer leur législation sur le terrorisme et d'intensifier la coopération bilatérale en matière de défense, de classer le PKK comme "organisation terroriste interdite" et, enfin, d'extrader les terroristes présumés appartenant aux organisations susmentionnées. 

Stoltenberg a déclaré que "la Finlande et la Suède ont pris des mesures pour adapter leur législation sur le terrorisme, c'est quelque chose qui a commencé à être mis en œuvre" et qu'elles travailleront beaucoup plus étroitement avec la Turquie "sur les questions liées à l'échange d'informations, aux extraditions et à la lutte générale contre le terrorisme". 

Helsinki fait référence dans le mémorandum à "un certain nombre d'amendements récents à son Code pénal par lesquels de nouveaux actes ont été criminalisés en tant qu'infractions terroristes punissables. Les derniers amendements sont entrés en vigueur le 1er janvier 2022, élargissant le champ de la participation à l'activité d'un groupe terroriste. Dans le même temps, l'incitation publique liée à des infractions terroristes est devenue une infraction distincte". Pour sa part, Stockholm a inclus dans l'accord la confirmation qu'"une nouvelle Loi plus sévère sur les infractions liées au terrorisme entrera en vigueur le 1er juillet et que le gouvernement prépare un nouveau renforcement de la législation antiterroriste".

OTAN Suecia Finlandia Turquía
PHOTO/NATO SUMMIT  -   Le secrétaire général de l'OTAN, M. Jens Stoltenberg, est l'hôte de la signature du mémorandum tripartite entre le président turc, M. Recep Tayyip Erdoğan, le président finlandais, M. Sauli Niinistö, et le premier ministre suédois, Mme Magdalena Andersson, approuvant la demande d'adhésion de la Turquie à l'Alliance atlantique de la Suède et de la Finlande, au sommet de l'OTAN à Madrid, le 29 juin 2022

Erdoğan a exprimé son intention d'extrader au moins 30 membres présumés du PKK devant le parlement turc il y a quelques semaines, mais le président finlandais a précisé après que le mémorandum a été scellé qu'aucun nom ne figure dans l'accord. Ce sont les ministres des Affaires étrangères Pekka Haavisto de Finlande et Ann Linde de Suède qui ont paraphé un mémorandum tripartite historique avec le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu. 

Nouveau processus d'élargissement 

Au cours de la première journée du sommet de Madrid, mercredi, les dirigeants de l'OTAN inviteront officiellement la Suède et la Finlande à entamer le processus d'adhésion à l'Alliance. "Après ce sommet, la Finlande et la Suède deviendront des invités. Ensuite, bien sûr, il y aura le processus de ratification dans toutes les capitales", a déclaré Stoltenberg à son arrivée au pavillon de l'IFEMA. Le processus est plus complexe et prend plus de temps. 

"Aucun processus d'admission n'a jamais été aussi rapide", a déclaré le secrétaire général de l'OTAN. Toutefois, le "oui" de la Turquie est la première étape ; ensuite, les négociations commenceront "et pourraient être conclues la semaine prochaine, après quoi les parlements des 30 pays devront approuver les protocoles d'adhésion". La procédure ne semble pas être en danger car il y a unanimité. 

Sur le papier, la Suède et la Finlande ne sont pas encore sous le parapluie de l'OTAN, mais le Secrétaire général de l'OTAN a garanti la défense des pays nordiques au sein de l'Alliance pour la durée du processus d'adhésion. "L'entrée de la Finlande et de la Suède dans l'OTAN est importante pour la Finlande et la Suède, mais elle est également importante pour l'OTAN et en particulier pour les pays baltes. Parce que si vous regardez la carte, vous vous rendez compte que cela va changer toute la situation de la sécurité dans la région baltique. Avec la Finlande et la Suède, pays baltes, proches de la Baltique, l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie, cela va vraiment renforcer notre présence dans cette partie du monde, ou en Europe", a souligné le Norvégien.

OTAN Suecia Finlandia Turquía
PHOTO/NATO SUMMIT  -   Le secrétaire général de l'OTAN, M. Jens Stoltenberg, est l'hôte de la signature du mémorandum tripartite entre le président turc, M. Recep Tayyip Erdoğan, le président finlandais, M. Sauli Niinistö, et le premier ministre suédois, Mme Magdalena Andersson, approuvant la demande d'adhésion de la Turquie à l'Alliance atlantique de la Suède et de la Finlande, au sommet de l'OTAN à Madrid, le 29 juin 2022

Stoltenberg a souligné l'importance de ce nouvel élargissement : " La Finlande et la Suède apportent à l'OTAN des forces avancées et bien équipées, des avions de cinquième génération, des systèmes d'armes de pointe, des technologies et des institutions politiques solides et stables. Donc, cela renforcera l'OTAN, et cela renforcera la Finlande et la Suède". En outre, les deux pays ont participé par le passé à des exercices conjoints avec les forces de l'OTAN.

Interrogé sur les divisions internes entre la Turquie et divers partenaires sur la question du système antimissile S-400, le Norvégien a déclaré qu'"il n'y a aucun moyen de cacher et aucune raison de cacher qu'il s'agit d'une différence entre alliés. Mais je pense qu'aujourd'hui montre aussi qu'en dépit des différences, et il y aura toujours des différences lorsque nous sommes 30 alliés dans l'Alliance et bientôt 32, nous sommes capables de nous unir autour de notre tâche essentielle qui est de nous protéger et de nous défendre mutuellement". 

"C'est un sommet historique avec des changements importants", a déclaré Stoltenberg le premier jour. Le premier changement est le lancement d'un nouveau processus d'élargissement deux ans après l'adhésion de la Macédoine du Nord. L'OTAN se renforce, passant de 30 à 32 membres.