La Tunisie annonce le démantèlement de 33 cellules terroristes

Le ministère de l'intérieur tunisien a annoncé le démantèlement de 33 cellules terroristes et l'assassinat de 9 takfiris
 Combinaison d'images d'archives du président turc Recep Tayyip Erdogan et du président français Emmanuel Macron

PHOTO  -   Túnez anuncia el desmantelamiento de 33 células terroristas

Le ministre de l'Intérieur, Taoufik Charfedine, lors d'une audition devant la Commission de la sécurité et de la défense, le lundi 16 novembre 2020, a révélé que, depuis le début de l'année, les unités de sécurité, avec l'appui de l'unité de l'armée nationale spécialisée dans la lutte contre le terrorisme, ont arrêté 1 020 personnes, la plupart d'entre elles soupçonnées d'appartenir à des organisations terroristes.

Comme l'a déclaré Al-Ain, le ministre a confirmé que 876 personnes ont été renvoyées devant la justice pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé, après quoi 112 officiers ont été envoyés en prison et 375 ont été envoyés dans des unités de sécurité pour une enquête plus approfondie et les 389 restants ont été libérés.

Recuerdos de una vida como corresponsal

Le chef de l'Intérieur a également déclaré que 33 cellules Takfirian (un musulman accusant un autre musulman d'apostasie) ont été découvertes et 119 accusés arrêtés. Le nombre d'opérations de sécurité préventive a atteint 48, ce qui a permis d'éliminer neuf éléments terroristes et de saisir deux armes de type Kalachnikov et une quantité de munitions, de mines et d'explosifs, ainsi que de détecter des cachettes pour la fabrication d'explosifs.

Le ministre de l'Intérieur a confirmé l'élimination de deux éléments terroristes protégés dans les montagnes. 

Charfedine a également souligné que ces succès sont dus aux mesures de sécurité et aux précautions nécessaires prises dans la lutte contre le terrorisme, fondées principalement sur la prise de conscience par tous les cadres des menaces potentielles et leur appel à une vigilance et une attention accrues pour se concentrer sur des opérations proactives spécifiques visant à éliminer les terroristes, à identifier les dangers en fonction de la spécificité de chaque partie, à accroître la vigilance et l'attention aux frontières terrestres et sur la bande côtière, et à faire face à toutes les tentatives d'infiltration avec les unités de l'armée nationale, en coordination avec les services des douanes et l'administration générale des forêts.

Il a expliqué qu'en 2020, les organisations terroristes et les réseaux du crime organisé ont changé de stratégie, profitant des préoccupations des États et se concentrant sur la lutte contre le coronavirus.

Segunda ola de COVID-19 en Europa
PHOTO/AP-Tunisie annonce le démantèlement de 33 cellules terroristes

Cependant, l'État a réussi à gérer la pandémie de coronavirus sans négliger la lutte contre le terrorisme.

En 2020, la Tunisie a été le théâtre d'une série d'opérations terroristes, dont une visant une patrouille de sécurité près de l'ambassade américaine en mai, et deux policiers ont été tués.

Les milieux politiques tunisiens accusent les organisations de la confrérie de diffuser l'idéologie Takfiri et d'encourager les jeunes à s'orienter vers l'extrémisme et la violence et à rejoindre les groupes terroristes.

Début septembre, un policier et trois terroristes présumés ont été tués et un autre officier grièvement blessé lors d'une fusillade dans la ville tunisienne de Sousse, une destination touristique et le théâtre d'un attentat djihadiste en 2015, au cours duquel 38 personnes, pour la plupart des touristes, ont été tuées.

Ces deux dernières années, les attaques armées contre la Garde nationale tunisienne se sont multipliées, notamment dans la région de Kasserine, à la frontière avec l'Algérie, une zone montagneuse où des groupes armés de Tunisie et d'autres régions du Sahel se sont établis après le printemps arabe.