La Tunisie célèbre le dixième anniversaire de sa révolution sous confinement

Les victimes, les proches et des dizaines de Tunisiens réclament une reconnaissance officielle par les autorités
Atalayar_Manifestaciones en Tataouine, Túnez 1

AFP/FATHI NASRI  -   Les manifestants tunisiens

Malgré l'enfermement imposé à la Tunisie, des dizaines de citoyens, dont des victimes de la répression de la révolution de 2011 ou leurs familles, se sont réunis publiquement. Il leur est interdit de descendre l'avenue Bourguiba, lieu symbolique de la révolution. 

Elle marque le dixième anniversaire de l'exil du président Zine El Abidine Ben Ali. Il a été évincé du pouvoir lors d'une révolte populaire qui a conduit à des soulèvements pro-démocratiques, des conflits et des guerres civiles dans la région pendant la période que nous connaissons sous le nom de Printemps arabe.  

Il n'y a pas eu de célébrations festives pour marquer la révolution en Tunisie car le gouvernement de la nation nord-africaine a imposé un embargo de quatre jours à partir de jeudi pour contenir le coronavirus. Les réunions non essentielles sont interdites comme mesure visant à freiner l'augmentation des cas de COVID-19. 

Les manifestants, réagissant à la grande mesure de sécurité mise en place dans le centre de la Tunisie, ont déclaré qu'il s'agissait d'un "enfermement politique et non sanitaire".  

Les citoyens, ainsi que les victimes et leurs familles, réclament une reconnaissance officielle des autorités, notamment par la publication de la liste définitive des morts et des blessés au Journal officiel. Cela donnerait le droit à la réparation, en plus de l'affirmation morale, car il s'agit d'un épisode remarquable de l'histoire de la Tunisie.  

Atalayar_Manifestaciones en Tataouine, Túnez 2
AFP/FATHI NASRI - Les manifestants tunisiens 

Entre-temps, les procès des fonctionnaires du ministère de l'intérieur poursuivis pour homicides en 2011 sont au point mort. Amnesty International a déploré l'impunité avec laquelle ils sont apparus et a appelé les autorités tunisiennes à fournir des garanties pour les personnes accusées de meurtre. Il a également demandé que les violations commises contre des manifestants pacifiques soient poursuivies.

"Nous nous battons encore, en fauteuil roulant et avec des béquilles", proclame Moslem Kasdallah, 31 ans, en pleine rue, qui a perdu une jambe lors d'affrontements avec la police en 2011. 

Kalthoum Kannou, ancien candidat à la présidence de la Tunisie, a accusé les autorités de vouloir négliger cette date historique. Il a également regretté l'absence de cérémonie officielle et la fermeture de l'avenue Bourguiba.  

Une évaluation préliminaire en 2012 a fait état de 338 décès et 2 147 blessés. En octobre 2019, le Comité supérieur des droits de l'homme a publié une liste de 129 morts et 632 blessés.  

Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, dans une déclaration de félicitations envoyée jeudi, a déclaré que la Tunisie est "un exemple de démocratie inclusive" avec des droits "constitutionnellement respectés". Il a mentionné que les Etats-Unis "voient la Tunisie comme un partenaire de choix”. 

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a félicité le peuple tunisien et ses dirigeants à l'occasion de ce dixième anniversaire, notant "des progrès significatifs dans la consolidation de la démocratie et la promotion du développement socio-économique" au cours de la dernière décennie, selon le porte-parole des Nations unies, Stéphane Dujarric. 

"Le Secrétaire général encourage le peuple tunisien à continuer de faire progresser les réformes démocratiques, à établir un consensus sur les priorités nationales de développement et à promouvoir le dialogue pour remédier aux inégalités qui se sont accrues à la suite de la pandémie COVID-19", a déclaré M. Dujarric.