La Tunisie connaît une crise économique sans précédent

Les désaccords entre le gouvernement et la Banque centrale mettent en évidence les garanties du système tunisien pour un éventuel recouvrement
Abdalla Hamdok, premier ministre

PHOTO/REUTERS  -   Banque centrale tunisienne

L'absence d'accord entre le gouvernement de Hichem Mechichi et la Banque centrale tunisienne sur les moyens de financer le déficit budgétaire supplémentaire a plongé la Tunisie dans une crise économique sans précédent. 

Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marwan al-Abbasi, prévoit une baisse du produit intérieur brut (PIB) de 7 à 8 % cette année, après avoir enregistré une contraction de 2 % au premier trimestre 2020 et de 20 % au deuxième trimestre. 

C'est ce qui s'est passé lors d'une session parlementaire jeudi sur la situation et les politiques économiques et le rôle de la Banque centrale pendant la crise du coronavirus. 

Al-Abbasi a attribué le ralentissement de l'économie locale à la crise du coronavirus, ajoutant : « La situation économique était difficile avant la pandémie et a été aggravée par l'impact de COVID-19 ».

Pour sa part, Mechichi demande que la Banque centrale joue un rôle dans le financement du budget par le biais de prêts à l'État, en faisant valoir que de nombreux pays ont adopté cette approche dans des circonstances exceptionnelles. Mardi, le Premier ministre tunisien a reconnu que le pays traversait une situation économique « très difficile et sans précédent », le coût de la pandémie atteignant 2,9 milliards de dollars, ce qui nécessite de prendre des solutions non conventionnelles. Mechichi a déclaré que la Tunisie connaît une crise économique sans précédent, mais « n'est pas menacée de faillite ou même proche de celle-ci ». 

« La Tunisie n'a pas connu dans son histoire une crise économique et sociale comme celle qu'elle traverse aujourd'hui, due à l'accumulation de nombreuses années sans trouver de solutions ou développer des stratégies pour sortir de cette situation », a déclaré Mechichi. 

Justifiant l'option d'emprunter à la Banque centrale, Mechichi a déclaré : « Ce n'est pas une mode passagère. La même chose s'est produite dans des pays similaires à la Tunisie et dans les pays libéraux ».

Le Premier ministre a souligné que « la possibilité de reporter l'allégement de la dette de l'Etat tunisien réside dans le maintien de la grande marge de confiance dans laquelle travaille notre gouvernement ». Mechichi a déclaré que l'exécutif prévoit de réduire le déficit à 12 % du PIB, par rapport aux 14 %  initialement annoncés. 

Recuerdos de una vida como corresponsal
AFP/ FETHI BELAID Le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi

Auparavant, le gouvernement tunisien avait annoncé le travail attendu de la Banque centrale sur le financement intérieur en injectant 3 milliards de dinars (environ 1 milliard de dollars) pour sauver le déficit financier du budget, et cette option a suscité un large débat au parlement, qui s'est divisé entre les partisans de cette proposition compte tenu de la situation stressante et du fait de ne pas avoir le luxe d'une option obligataire. L'État doit s'y conformer et a exprimé la nécessité de passer par un système de réforme et de développement et non de faciliter les solutions. 

Les petites et moyennes entreprises ont été les plus touchées par la pandémie et sont confrontées à une situation difficile, selon le gouverneur de la Banque centrale, qui a confirmé : « Le coronavirus a également eu un impact négatif sur le secteur du tourisme et a exacerbé le taux de chômage ».

Selon les estimations de la Banque centrale tunisienne, le secteur du tourisme s'est contracté de 60 % cette année, tandis que le taux de chômage a dépassé 18 %, contre 15,5 % en 2019. 

Stephanie Williams, enviada especial para la misión de la ONU en Libia
PHOTO/AP- Les employés tunisiens des agences de voyage et du secteur du tourisme manifestent devant le ministère du Tourisme le 20 octobre 2020

La Banque centrale de Tunisie prévoit un ralentissement de l'inflation à une moyenne de 5,4 % en 2020, contre 6,7 % en 2019. 

Al-Abbasi a déclaré : « D'ici la fin de l'année, nous aurons un taux d'inflation de 5,7 %, ce qui est un chiffre positif ». 

Les données de l'Institut national de la statistique de Tunisie ont montré jeudi que le taux d'inflation est resté stable à 5,4 % pour le troisième mois consécutif.

Segunda ola de COVID-19 en Europa
PHOTO/REUTERSLe gouverneur de la Banque centrale de Tunis, Marouane El Abassi.
Marouane El Abassi refuse de financer le budget sans garanties

Les experts attirent l'attention sur le modèle libanais, qui repose sur le financement bancaire du budget et les prêts à l'État, ce qui a finalement conduit à l'effondrement de la situation financière du Liban, qui a annoncé en mars dernier qu'il ne pouvait pas payer ses dettes pour la première fois de son histoire.

Le Liban souffre depuis longtemps d'une crise financière, avec un ratio dette/PIB pour 2019 d'environ 155 %, ce qui en fait le troisième pays le plus endetté au monde après le Japon et la Grèce. 

La Banque centrale tunisienne rejette les plans du gouvernement visant à l'obliger à acheter des obligations du Trésor, qu'elle considère comme une réelle menace pour l'économie, notamment la pression accrue sur les liquidités, l'inflation élevée et la faiblesse de la monnaie locale.