La Tunisie enregistre d'importantes manifestations contre le gouvernement et le parti islamiste Ennahda

Des centaines de personnes ont manifesté contre les autorités au sujet de l'augmentation des cas de coronavirus et de la situation économique nationale
Des manifestants se heurtent à la police en Tunisie

AP/HASSENE DRIDI  -   Des manifestants se heurtent à la police en Tunisie

Des centaines de manifestants ont protesté dans plusieurs villes tunisiennes, dont la capitale, contre l'exécutif du pays nord-africain, dirigé par le Premier ministre Hichem Mechichi, pour demander sa démission et contre le président du Parlement, Rached Ghannouchi, suite à la mauvaise situation que traverse le pays, frappé de plein fouet par la pandémie de COVID-19 et assailli par la situation économique actuelle. 

Selon divers médias tels que Al-Ain et Reuters, les forces de police ont dû faire face aux manifestants par des mesures dispersives telles que l'utilisation de gaz lacrymogènes, tandis que les manifestants jetaient divers objets et scandaient des slogans demandant la démission du premier ministre, Hichem Mechichi, et la dissolution du parlement présidé par Rached Ghannouchi, chef du parti majoritaire islamiste Ennahda.  

Agentes de Policía se enfrentan a manifestantes en Túnez
AP/HASSENE DRIDI - Des policiers affrontent des manifestants en Tunisie.

Outre la capitale, d'autres villes comme Gafsa, Sidi Bouzid, Monastir et Nabeul ont été le théâtre d'importantes manifestations. En outre, à Sousse, une tentative a été faite pour prendre d'assaut le siège du parti islamiste Ennahda, qui est le parti le plus représenté au parlement tunisien, dans une situation où les sièges sont largement répartis entre différents partis et une situation complexe d'équilibres politiques en raison de l'atomisation parlementaire existante. 

En fait, le parti Ennahda a été lié à l'islamisme le plus féroce et a même été lié à l'organisation des Frères musulmans, selon différents analystes. En effet, les Frères musulmans sont considérés comme une organisation terroriste par différents pays comme l'Égypte et les États-Unis. Dans une autre ville, Touzeur, les manifestants ont mis le feu aux bureaux d'Ennahda, comme le rapporte le média Al-Ain. 

El primer ministro tunecino, Hichem Mechichi
AFP/FETHI BELAÏD - Le premier ministre tunisien, Hichem Mechichi.

Les manifestations ont été déclenchées par l'existence d'un gouvernement faible, résultat de pactes parlementaires fragiles en l'absence d'un parti à forte représentation parlementaire, et par les divergences entre l'exécutif dirigé par le Premier ministre Hichem Mechichi et le Président de la République, Kais Saied. Dans un Parlmanto où il y a également eu de forts affrontements entre les partis politiques, y compris le Parti Desturien Libre, le principal rival d'Ennahda. La population a récemment exprimé son mécontentement quant à la gestion de la pandémie actuelle de COVID-19, qui a un impact majeur sur la Tunisie. En effet, le ministre de la santé de ce pays d'Afrique du Nord a récemment été limogé par le premier ministre en raison des critiques formulées à l'encontre de sa gestion chaotique de la lutte contre la pandémie et de la forte augmentation du nombre d'infections et des taux de mortalité dans le pays. 

De nombreux secteurs du public tunisien estiment que les autorités sont incapables de contrôler la crise sanitaire au milieu d'une situation économique également compliquée. 

El líder del partido islamista tunecino Ennahda, Rached Ghannouchi
AFP/FETHI BELAID - Le chef du parti islamiste tunisien Ennahda, Rached Ghannouchi, a été élu président de l'Assemblée nationale.

Après une année de disputes entre Hichem Mechichi et le leader d'Ennahda Rached Ghannouchi, qui est également président du parlement, le président Kais Saied a déclaré que l'armée prendrait en charge la réponse à la pandémie. Certains analystes ont vu dans cette démarche une tentative de Kais Saied d'outrepasser ses fonctions au-delà du rôle militaire et diplomatique assigné au président dans la Constitution de 2014, comme le rappelle Reuters. D'autre part, l'apparente inefficacité du gouvernement pourrait empêcher l'arrivée d'un prêt indispensable du Fonds monétaire international, considéré comme essentiel pour assainir les finances du pays.