PUBLICIDAD

Marruecos

La Tunisie, le début et la fin du printemps arabe ?

La caída del régimen de Ben Ali, tras 23 años el poder, generó enormes expectativas
primaveras-arabes-tunez

 -  

Les "printemps arabes" ont commencé en Tunisie à la suite d'un mouvement en chaîne consécutif à l'immolation de Mohamed Bouazizi le 10 décembre 2010 et à la "révolution de jasmin" qui a suivi, et qui a éclaté quelques jours plus tard à Sidi Bouzid.

La chute du régime de Ben Ali après 23 ans de pouvoir a généré d'énormes attentes (pas seulement en Tunisie) de mettre fin à un régime basé sur l'injustice et la corruption, et de commencer un chemin de justice et de liberté, menant à la démocratie politique et au bien-être économique.

La première étape a été l'établissement d'un système démocratique classique de république semi-présidentielle, avec des élections indépendantes pour le Parlement et la présidence de la République. Lors des élections de 2019, Kais Saied a remporté la présidence avec un soutien très important, tandis que le parti islamiste modéré Ennahda est devenu le plus grand parti dans une Chambre très divisée.

kais-saied-presidente-tunez
AFP/FETHI BELAID - Le président tunisien Kais Saied lors d'un débat contre le magnat des affaires Nabil Karoui avant le second tour de l'élection présidentielle du 11 octobre 2019 à Tunis, en Tunisie.

La détérioration importante de l'économie, qui a conduit à l'existence de dix gouvernements en une décennie, couplée à une gestion désastreuse de la pandémie, a une fois de plus généré des mouvements de protestation au sein de la population, avec la bataille politique qui s'ensuit pour assumer la responsabilité de la situation.

Dans ce contexte, Saied, ancien professeur de droit constitutionnel, a adopté une position d'obstruction, non seulement en ce qui concerne les nominations de l'exécutif, mais aussi (et c'est là que réside la clé) dans la mise en œuvre de la Cour constitutionnelle, qui aurait dû être opérationnelle depuis 2015. La Constitution tunisienne réserve au président les pouvoirs directs en matière de défense et de politique étrangère, sauf dans des circonstances extraordinaires, comme le prévoit l'article 80.

L'absence de la Cour constitutionnelle fait du président l'unique interprète de facto de cet article, qui lui a permis de démettre le premier ministre et les ministres de la défense et de la justice et de fermer le parlement, s'arrogeant ainsi tous les pouvoirs de l'État, y compris le contrôle des forces armées et de la police. Tout cela avec un message au peuple visant à sauver le pays et à restaurer la paix sociale.

Certes, dans les situations d'urgence, la Constitution permet le cumul des pouvoirs pour une période maximale de 30 jours, il peut donc sembler prématuré de parler de "coup d'État présidentiel" ou de coup d'État. En tout état de cause, c'est une mauvaise nouvelle pour un régime démocratique de plus en plus comparable sur la scène internationale.

tunez-protestas-poblacion-gobierno_
PHOTO/REUTERS - Les partisans du président tunisien Kais Saied se rassemblent dans les rues alors qu'ils célèbrent après qu'il ait démis le gouvernement et gelé le parlement, à Tunis, en Tunisie, le 25 juillet 2021

Quelle que soit l'issue de la situation actuelle, il est clair que, quelle que soit l'évolution du système politique du pays, la situation économique et sociale est loin d'être acceptable pour ses citoyens. Depuis l'Occident, le bilan de la révolution tunisienne a été perçu comme une avancée, en particulier dans son environnement régional, mais la croissance économique depuis 2010 a diminué de moitié, le chômage (en particulier celui des jeunes) est endémique, la dette publique est hors de contrôle et le prix des produits de base continue d'augmenter.

Ce scénario a été aggravé par le manque de contrôle de la pandémie, avec un nombre très élevé de décès et un effondrement du système de santé, couplé à la chute du tourisme, un secteur clé pour l'économie tunisienne.

Le souvenir encore récent de la "Révolution de jasmin" est encore très présent chez les Tunisiens, et même les mouvements récents comme celui dit du "25 juillet" appellent à achever les progrès réalisés en 2011. C'est dans cette optique que l'on peut comprendre la décision de Saied de rassurer la population. En concentrant les protestations sur le parti Ennhada, il pourrait gagner du temps pour affronter la tempête.

Les premières réactions vont dans ce sens. La réaction du parti islamiste a été rassurante pour le moment, et sept partis politiques ont déjà rejoint un front de soutien au président, et tout porte à croire que la majorité de la population a accueilli très positivement la démarche du président.

policia-tunez
AFP/ FETHI BELAID - Des membres de la Garde nationale tunisienne dans un véhicule blindé de transport de troupes

Si l'on considère que Saied a également le soutien de l'armée, il semble que les appels des pays occidentaux à un retour à la normale risquent de tomber dans l'oreille d'un sourd.

Malheureusement pour ses citoyens, dix ans de fonctionnement démocratique n'ont pas résolu la précarité de l'économie tunisienne et, s'il est vrai que, pour le moment, la population soutient son président, si la situation actuelle se perpétue, des tensions sociales ne sont pas à exclure. Pour l'heure, tout porte à croire que l'état d'urgence pourrait être prolongé au-delà de la période prévue, mettant ainsi en péril l'avenir du pays.

Une décennie après le début des mouvements démocratiques en Tunisie, avec leurs promesses de justice et de prospérité, les perspectives ne sont pas favorables à la seule démocratie de la région. S'arrêteront-ils là où les illusions du printemps arabe ont commencé ?

Juan Corona. Directeur de la Chaire d'études mondiales Antoni de Montserrat / Universitat Abat Oliba CEU/The Diplomat.