PUBLICIDAD

Iberdrola

La Tunisie se prépare à une troisième vague difficile alors que le Ramadan commence

L'OMS met en garde contre une troisième vague dévastatrice de COVID
Des médecins traitent des patients atteints du COVID-19 dans un gymnase aménagé en salle de réanimation en Tunisie.

AFP/FETHI BELAID  -   Des médecins traitent des patients atteints du COVID-19 dans un gymnase aménagé en salle de réanimation en Tunisie.

La Tunisie, avec une forte augmentation des cas positifs et des décès par COVID-19 ces derniers jours fait face à une troisième vague compliquée avec le début du mois sacré de jeûne ou Ramadan, qui commence la semaine prochaine.

Un mois d'abstinence diurne mais aussi de consommation excessive pendant la nuit, qui implique généralement une hausse des prix et se caractérise par des visites et des réunions de famille, avec un taux élevé de mobilité du pays.

Une tradition qui ne cadre pas avec la grave situation épidémiologique que traverse la nation nord-africaine, comme l'a souligné la directrice de l'Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, Nissaf ben Alaya.

"La situation épidémiologique en Tunisie est très dangereuse. Les indicateurs relatifs à la propagation du virus se sont nettement détériorés", a-t-elle déclaré, citée par les médias locaux aujourd'hui.

D'après ses données, le nombre d'infections a augmenté de 22 % au cours des dernières semaines, tandis que le taux de mortalité est de 75,3 personnes pour 100 000 habitants.

Personal médico tunecino se prepara para entrar en la zona de pacientes con coronavirus en la unidad de cuidados intensivos del hospital Ariana Abderrahmen Mami en la ciudad de Ariana, cerca de la capital tunecina
AFP/FETHI BELAID - Du personnel médical tunisien se prépare à entrer dans la zone des patients atteints du coronavirus dans le service de soins intensifs de l'hôpital de l'Ariana Abderrahmen Mami dans la ville de l'Ariana, près de la capitale tunisienne.

Le coupable est la "souche britannique", qui, selon Mme. Ben Alaya, a provoqué des milliers d'admissions dans les hôpitaux de 17 provinces et 95 municipalités, déjà surchargés de patients.

Selon les statistiques du ministère de la santé, 1 709 cas ont été détectés samedi dernier, le 3 avril, et il y a eu 1 480 admissions à l'hôpital, 352 dans des unités de soins intensifs et 111 sous ventilateur.

Accélérer le rythme de la vaccination

Face à cette hausse, Mme. Ben Alaya a souligné la nécessité d'accélérer le rythme de la vaccination et s'est plaint de la souplesse dans l'application des restrictions et du contrôle des frontières.

Selon les chiffres officiels, depuis le début de la campagne de vaccination à la mi-mars, seuls 80 000 des 11 millions d'habitants du pays ont reçu les doses.

Selon le protocole établi, les premiers à les recevoir sont les malades chroniques et les agents de santé de première ligne, même s'il a été décidé de ne pas inoculer les 98 400 doses d'AstraZeneca qui arriveront dans le cadre du mécanisme de solidarité internationale COVAX en raison de doutes sur leur efficacité, a déclaré à la presse Alaeddine Rouissi, directeur adjoint du Syndicat national des professionnels de la santé.

Fotografía de archivo Mezquita Malek Ibn Anas en Cartago, cerca de la capital Túnez
AFP/FETHI BELAID - Photo d'archive Mosquée Malek Ibn Anas à Carthage, près de la capitale Tunis

La Tunisie a reçu plusieurs cargaisons de vaccins au cours du mois dernier : d'abord 30 000 doses du Sputnik V russe, avec lequel la campagne a débuté, 200 000 de la société chinoise Sinovac et 93 600 de Pfizer-BioNTech, ce qui en fait le premier pays d'Afrique à recevoir le vaccin germano-américain.

Le pays d'Afrique du Nord prévoit également de recevoir 1,3 million de doses supplémentaires avant juin dans le cadre de l'initiative de l'Union africaine, principalement de la part d'AstraZeneca, et négocie avec des laboratoires internationaux pour atteindre cinq millions de vaccinés d'ici la fin de 2021.

Le ministère de la Santé a rappelé mardi que la vaccination est mise en œuvre selon les priorités nationales et par le biais de la plateforme numérique "EVAX", qui a déjà enregistré plus de 500 000 personnes qui recevront un SMS avec leur rendez-vous médical.

Una enfermera sostiene un frasco de la vacuna rusa contra el coronavirus Sputnik V COVID-19 durante en una clínica de vacunación en un hospital de la capital de Túnez, el 13 de marzo de 2021
AFP/FETHI BELAID - Une infirmière tient un flacon du vaccin russe contre le coronavirus Sputnik V COVID-19 lors d'une clinique de vaccination dans un hôpital de la capitale tunisienne, le 13 mars 2021.

Selon les chiffres officiels, le nombre total d'infections confirmées dépasse 257 000 et le nombre de décès s'élève à 8 890, la grande majorité depuis l'ouverture des frontières en juin 2020, lorsque le nombre de cas positifs atteignait à peine 1 200 et les décès une demi-centaine.