La Turquie est accusée d'utiliser le sommet d'Interpol pour réprimer les critiques du régime

Ankara est critiquée pour avoir utilisé sa position d'hôte pour faire pression sur l'organisation afin qu'elle arrête ses opposants politiques
presidente-recep-tayyip-erdogan (1)

PHOTO/ Bureau de presse présidentiel via REUTERS  -   Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Le sommet d'Interpol, loin de redorer l'image de la Turquie, suscite de nombreuses critiques de la part des militants des droits de l'homme. Le bilan du pays dirigé par Recep Tayyip Erdogan n'est pas non plus un bon précédent dans ce domaine, et il est accusé d'utiliser son rôle d'hôte de l'assemblée générale pour faire pression sur les autres pays afin qu'ils détiennent ce qu'ils qualifient de terroristes. Toutefois, nombre d'entre eux, comme c'est devenu la norme pour le régime turc, sont des opposants politiques qui ont fui le pays en raison de la répression dont ils feraient l'objet à l'intérieur des frontières ottomanes. 

La controverse découle des déclarations du ministre turc de l'intérieur, Süleyman Soylu, selon lesquelles son gouvernement utiliserait l'événement de trois jours pour persuader les fonctionnaires et les délégués d'arrêter et d'extrader les citoyens turcs vivant à l'étranger qui, selon eux, ont commis des crimes. La Turquie a toujours été critiquée pour avoir emprisonné arbitrairement des rivaux politiques et des journalistes qui n'étaient pas d'accord avec les diktats d'Erdogan. En outre, Ankara est accusé d'inonder constamment l'organisation de la police de demandes d'arrestation de dissidents politiques

ministro-interior-turco-suleyman
AFP/ADEM ALTAN  -    Le ministre turc de l'Intérieur, Süleyman Soylu

Le système des "notices rouges" d'Interpol est un outil largement utilisé - à la limite de l'abus - par la Turquie pour poursuivre toutes sortes de criminels. Des trafiquants de drogue aux terroristes, des suspects de crimes de guerre aux trafiquants d'êtres humains. Cette utilisation abusive des ressources d'Interpol préoccupe depuis longtemps la communauté internationale, qui l'a portée devant certaines des chambres les plus importantes du monde. En juillet de cette année, le Sénat américain a présenté un projet de loi visant à mettre fin à cette utilisation des organisations internationales pour "poursuivre, harceler ou persécuter des opposants politiques et des dissidents sur la base d'accusations criminelles forgées de toutes pièces". 

Erdogan lui-même a insisté sur la question de l'extradition des criminels turcs. Il a déclaré lors de la séance d'ouverture mardi qu'il s'attendait à une "forte coopération" pour trouver, entre autres, le prédicateur islamique Fethullah Gülen basé aux États-Unis et le mouvement kurde PKK. Gülen est considéré comme l'un des plus importants savants de Turquie, connu internationalement comme un ardent défenseur du rapprochement entre les trois grandes religions monothéistes. L'organisation qui porte son nom est considérée par la Turquie comme l'organisation terroriste à l'origine du coup d'État de 2016, qui a conduit à l'arrestation de 532 personnes accusées d'appartenir à ce mouvement. 

clerigo-turco-gulen
REUTERS/CHARLES MOSTOLLER  -    Clerc turc Fethullah Gülen

Interpol a cherché à se distancier des accusations qui pointent vers le régime de Recep Tayyip Erdogan. Le secrétaire général de l'agence, Jürgen Stock, a assuré qu'Interpol limiterait ses actions aux questions strictement policières, et en aucun cas à celles motivées par des intérêts politiques. "Si les pays membres décident d'utiliser Interpol, ils doivent appliquer nos règles et nos normes. Si une notice rouge a un arrière-plan essentiellement politique, nous ne prenons aucune mesure. Si c'est politique, nous sommes hors-jeu... nous respectons et protégeons les droits de l'homme", a déclaré le secrétaire général aux médias. 

Un porte-parole de l'organisation policière a déclaré au Guardian que jusqu'à 800 demandes de "notice rouge" émanant du gouvernement turc avaient été rejetées au cours des cinq dernières années. Il a ajouté que chacune d'entre elles fait l'objet d'un examen approfondi : "Nous avons un groupe de travail qui examine chaque demande de notice rouge de chaque pays membre pour s'assurer qu'elle est conforme. Nous consacrons beaucoup de ressources et d'efforts à faire en sorte que le système de notice rouge soit respecté". Malgré cela, le camp d'Erdogan a continué à générer un flot de demandes, dont une grande partie vise les critiques exilés dans le pays. 

presidente-recep-tayyip-erdogan (2)
PHOTO/ Bureau de presse présidentiel via REUTERS - Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adresse aux membres de son parti AKP lors d'une réunion au Parlement à Ankara le 11 mars 2020.

Cette critique de l'utilisation d'Interpol par la Turquie n'est pas nouvelle. En août, le Centre pour la liberté de Stockholm a accusé le président turc d'"armer" Interpol pour une vaste répression des critiques du gouvernement, des militants des droits de l'homme ou même des minorités ethniques. "La Turquie abuse d'Interpol de diverses manières. Le système international de notices, comme les notices rouges et les avis, est utilisé pour cibler des opposants politiques qui n'ont commis aucun crime autre que celui de critiquer le gouvernement du président Erdogan", ont-ils déclaré il y a un peu moins de quatre mois, alors que la controverse entourait déjà le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan, comme cela a pratiquement toujours été le cas.