La Turquie et l'Égypte se rapprochent et espèrent parvenir à un accord sur les frontières maritimes

Mevlut Cavusoglu s'est montré optimiste quant à la possibilité de parvenir à un accord avec la partie d'Abdel Fatah al-Sisi
Atalayar_Mevlut Cavusoglu

AP/DARKO BANDIC  -   Mevlut Cavusoglu, ministre turc des affaires étrangères

Le Ministre turc des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a annoncé l'intention de son pays de conclure un accord avec l'Égypte sur la délimitation des frontières maritimes entre les deux États. Il l'a fait lors d'une conférence de presse avec le Ministre géorgien des affaires étrangères, David Zalkaliani, au cours de laquelle il a noté que "selon l'évolution de nos relations, nous pouvons négocier avec l'Égypte sur les zones de juridiction maritime et signer un accord".

Çavuşoğlu a voulu mettre en lumière et louer le comportement des Égyptiens concernant leurs activités de recherche de pétrole et de gaz naturel. L'Égypte a respecté comme frontière la zone 18 et le plateau continental du pays dirigé par Recep Tayyip Erdogan. Et non seulement cela, ils ont également respecté ces limites lors de la signature d'un accord avec la Grèce établissant une zone économique exclusive entre les deux Etats : "L'année dernière également, lorsque l'Egypte a signé un accord avec la Grèce, elle a respecté le plateau continental sud de la Turquie", a ajouté le ministre turc des affaires étrangères lors d'une conférence de presse. Au sein du gouvernement d'Erdogan, il faut voir cela comme quelque chose de "positif" afin de s'asseoir pour négocier un accord sur ses frontières maritimes.

Il y a tout juste un mois, le porte-parole du gouvernement turc, Ibrahim Kalin, a déclaré dans une interview à la télévision d'État que "l'Égypte est l'un des pays importants de la région et du monde arabe" et que "si l'Égypte montre la volonté d'avancer avec un programme positif dans les affaires régionales, alors la Turquie est prête à y répondre". Il entend laisser derrière lui les différends historiques qui ont généré une grande distance entre les deux pays. La crise libyenne, les Frères musulmans ou la prospection gazière en Méditerranée sont quelques-unes des questions dont les divergences avaient rendu impossible, du moins jusqu'à présent, la tenue d'un dialogue entre les deux parties sur la question maritime.

Atalayar_Sameh Shoukry
PHOTO/GEHAD HAMDY - Sameh Shoukry, ministre égyptien des affaires étrangères

L'accord entre la Grèce et l'Égypte mentionné par Cavusoglu n'a pas toujours été approuvé par la Turquie. De plus, le Ministre lui-même était à l'époque très mécontent du pacte qu'ils ont signé en août de l'année 2020. Il est même allé jusqu'à dire que : "la Turquie ne permettra aucune activité dans cette région et est déterminée à continuer de défendre sans hésitation les droits et intérêts légitimes de notre pays et des Chypriotes turcs". Dans la même déclaration, il a évoqué la tentative de spoliation des droits du peuple libyen par l'Egypte et la Grèce en 2003, lorsque le Caire a signé un traité maritime avec Chypre, par lequel Nicosie a renoncé à 11 500 kilomètres carrés.

En outre, Ankara fait valoir que les îles grecques ne devraient pas être prises en considération pour le calcul des zones maritimes d'intérêt économique. La Grèce fait valoir que cela constituerait une violation du droit international, puisqu'elle compte plus de 6 000 îles et îlots dans la mer Ionienne et la mer Égée, dont plus de 200 ont des habitants.

Des tensions existaient déjà autour de ces divergences depuis la fin 2019, lorsque c'est la Turquie qui a conclu un accord avec la Libye pour délimiter ses frontières maritimes dans une zone très proche des îles grecques de Rhodes et de Crète, qui font partie du groupe non reconnu par Ankara. Cependant, Nikos Dendias, le ministre grec des affaires étrangères, a déclaré à l'époque que l'accord entre la Turquie et le Liban était "illégal, non valide et légalement inexistant".

Après des années de conflits, il semble que les parties soient prêtes à céder et à parvenir à un accord qui mettra fin aux affrontements diplomatiques qui les ont longtemps unies et ouvrira une nouvelle étape d'entente et mettra ainsi fin aux différends.