La Turquie et l'Iran, acteurs clés de la crise de l'eau en Irak

Les deux pays ont mené des politiques qui ont contribué à la pénurie d'eau en Irak
irak-saadiya-sequia

AFP/ AHMAD AL-RUBAYE  -   Champ agricole sec dans la région de Saadiya au nord de Diyala, dans l'est de l'Irak, le 24 juin 2021. - Alors que l'Irak se réchauffe sous une canicule estivale, ses agriculteurs et ses éleveurs, qui travaillent dur, sont confrontés à une grave pénurie d'eau qui tue leurs animaux, leurs champs et leurs moyens de subsistance.

Le Moyen-Orient connaît un grave problème d'eau, et ce n'est pas nouveau. Le fait d'avoir 6,3 % de la population mondiale et seulement 1,4 % de l'eau utilisable dans le monde crée une situation difficilement soutenable. Il y a près de 70 ans, seuls trois pays arabes souffraient des conséquences d'une crise de l'eau, mais aujourd'hui, ce nombre est passé à 11. Et ce qui est vraiment inquiétant, c'est que, selon les experts, si les politiques actuelles ne sont pas modifiées, ce nombre pourrait atteindre près de 20 pays d'ici 2025.

Actuellement, le pays qui souffre le plus de la crise de l'eau est l'Irak, mais pour la résoudre, deux facteurs importants doivent être abordés ; le premier est de comprendre les causes qui ont conduit le pays à cette situation, et le second est de procéder à un changement majeur des politiques actuelles. Le groupe de réflexion britannique Chatham House a intitulé un rapport sur ce problème d'un titre emphatique : "Ne résolvez pas le problème de l'eau en Irak en utilisant une vieille politique". Selon le groupe, l'Irak était dans une bonne situation hydrique grâce aux fleuves Tigre et Euphrate jusqu'en 1970. Après 1970, cependant, le pays a perdu environ 40 % de son eau.

agricultura-irak-sequia
AFP/ AHMAD AL-RUBAYE - Des agriculteurs irakiens travaillent dans une ferme à la périphérie de la ville de Khanaqin, dans la province de Diyala, au nord-est de l'Irak, le 24 juin 2021. - L'Irak est confronté cette année à une crise de l'eau en raison du manque de précipitations et du faible niveau des fleuves Tigre et Euphrate.

Cette perte est en grande partie due aux politiques des pays voisins, la Turquie se distinguant des autres. Selon le think tank Al Jazeera, le principal responsable de la pénurie d'eau courante en Irak est la coupure par la Turquie des flux d'eau du Tigre et de l'Euphrate. Toutefois, les causes naturelles ont également joué un rôle important dans cette crise, car les températures élevées et les faibles précipitations ont eu un impact sérieux sur les réservoirs irakiens, dont environ 8 milliards de mètres cubes d'eau se sont évaporés.

siria-sequia
REUTERS/AMMAR AWAD - Des degrés variables de sécheresse affectent près des deux tiers des terres arables limitées de la Syrie.

En 2021, le ministre irakien des ressources en eau, Mahdi Rashid Hamdani, a déclaré que l'eau provenant de Turquie et transitant par le Tigre et l'Euphrate avait diminué de 50 %. La rivière Zab, dans la région de Kirkuk, a également baissé de près de 70 %, et des affluents et des rivières comme ceux qui atteignent le barrage de Darbandikhan (situé dans le nord de l'Irak) ont atteint le niveau zéro. Et un autre aspect important auquel le ministre Hamdani a fait référence est la modification du cours d'autres rivières importantes qui se jettent dans l'Irak, comme la rivière Sirwan. C'est là que l'Iran intervient comme coupable de ces pratiques qui épuisent les réserves d'eau de l'Irak.

Le régime islamique a également modifié le cours des rivières dans les zones frontalières de Diyala et de Khanaqin afin qu'elles se jettent dans l'Iran, plutôt que dans le territoire irakien, comme c'était le cas à l'origine. Selon des recherches menées par l'Institut méditerranéen d'études régionales, l'Iraq perd la plupart de ses ressources en eau. En 1933, l'eau entrant en Irak via l'Euphrate en provenance de Turquie et de Syrie s'élevait à 30 milliards de mètres cubes. Aujourd'hui, cependant, cette quantité est inférieure à 9,5 milliards de mètres cubes, en grande partie à cause de la construction par la Turquie du barrage d'Ilisu, qui a provoqué le déversement du Tigre.

pantano-sequia-sur-irak
AFP/ASAAD NIAZI - Cette photo, prise le 20 juin 2021, montre le corps desséché d'un poisson mort sur la terre qui sèche dans le marais de Chibayesh, dans la région d'Ahwar, dans le sud de l'Irak.

L'Iran a drainé cinq fleuves irakiens : le Kanjan Jam, le Kalal Badra, le Jankilat, le Karkh et le Khobin, qui sont tous à sec aujourd'hui. La perte des rivières a provoqué des changements radicaux dans les systèmes biologiques et environnementaux de la région, entraînant le déracinement et la migration des habitants de dizaines de villages frontaliers irakiens. Les conséquences de ces actions des gouvernements turc et iranien entraînent des changements radicaux dans les écosystèmes de centaines de milliers d'Irakiens qui ont été contraints de fuir leurs foyers face à cette situation désastreuse.

C'est peut-être tout, mais lorsqu'on parle d'une région comme le Moyen-Orient, il faut toujours tenir compte de la présence d'acteurs extérieurs qui vont presque certainement jouer un rôle important dans n'importe quel contexte - malheureusement presque toujours de manière négative. Le terrorisme joue également un rôle majeur dans l'accès à l'eau potable. ISIS, connu pour avoir ciblé les oléoducs, vise également les projets d'irrigation et les barrages. Le groupe a détruit le barrage de Falloujah dans l'ouest de l'Irak en 2014, ce qui a asséché de nombreux projets agricoles et d'irrigation dans les régions de Saqlawiya, Abou Ghraib, Radwaniyah, Latifiya et Alexandrie.