La Turquie : expansion et leadership. Le bourbier syrien (I)

Le conflit kurde est la principale raison pour laquelle la Turquie a lancé sa politique étrangère agressive au Moyen-Orient
Soldados turcos en la aldea de Qaminas, a unos 6 kilómetros al sudeste de la ciudad de Idlib, en el noroeste de Siria, el 10 de febrero de 2020

AFP/OMAR HAJ KADOUR  -   Soldados turcos en la aldea de Qaminas, a unos 6 kilómetros al sudeste de la ciudad de Idlib, en el noroeste de Siria, el 10 de febrero de 2020

Une analyse du rôle de la Turquie au Moyen-Orient, compte tenu de la complexité de la région, de son inconstance et de la multiplicité des acteurs présents, donnerait lieu à une douzaine d'articles de recherche ou plus. C'est également le cas de la nouvelle éminence grise de la diplomatie turque, Mevlut Çavusoglu, qui aurait besoin d'un article plus long que celui de ces pages, pour analyser en profondeur son action diplomatique dans la région. Tout comme le président Erdogan est une présence continue dans la région des Balkans, Çavusoglu est une présence continue au Moyen-Orient.  

Le conflit kurde est la principale raison de la politique étrangère agressive de la Turquie dans la région. Depuis 2015, l'objectif en Syrie est l'élimination de toutes les forces armées kurdes, de préférence des unités du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), une organisation déclarée terroriste à la fois par le gouvernement turc, l'UE et les États-Unis et considérée par Ankara comme la principale menace interne pour la sécurité du pays, même au-dessus du FETÖ. Au cours du mois de mars, Ankara a déclaré la capture d'au moins 60 combattants kurdes des YPG (Unités de protection du peuple), qui, sans en préciser le nombre exact, ont été identifiés avec des membres du PKK. Selon l'International Crisis Group, depuis 2015, les offensives turques dans le nord de la Syrie ont fait près de 5 000 victimes parmi les YPG, dont entre 2 500 et 2 700 combattants du PKK. En Irak, les opérations turques contre les organisations kurdes ont été beaucoup plus limitées, bien que, en raison de la situation dans le pays depuis l'invasion américaine en 2003, l'armée turque puisse opérer avec plus ou moins d'intensité sur le territoire irakien depuis 2008. En mai dernier, coïncidant avec les opérations en Syrie, Ankara a lancé l'opération Garra, la plus grande intervention contre les organisations kurdes en Irak depuis plus de dix ans, pénétrant entre 20 et 30 km en territoire irakien. Fin juillet, l'opération avait fait, selon les médias officiels turcs, une centaine de victimes kurdes appartenant au PKK, qui seraient réduites à une soixantaine selon les médias et les think tanks internationaux. Fin août, la phase finale de l'opération, appelée Claw 3, a été lancée avec un bombardement sélectif du territoire irakien et des opérations aériennes de l'aviation conventionnelle et des moyens aériens sans pilote, faisant, selon le ministère turc de la défense, environ 160 victimes parmi les militants du PKK. Contrairement à la Syrie, en Irak, Ankara a bénéficié de la collaboration des services de renseignement de Bagdad et de l'autorité kurde à Erbil. Le PKK en Irak a donc multiplié les actions indirectes contre les intérêts et les citoyens turcs, opérant principalement par des attaques dans la région d'Erbil.  

El ministro de Relaciones Exteriores de Turquía, Mevlut Çavusoglu, en una rueda de prensa
PHOTO/Ministère des affaires étrangères de la Turquie via AP - Le ministre turc des affaires étrangères Mevlut Çavusoglu lors d'une conférence de presse

Un fait intéressant concernant la question kurde est que l'AKP, le parti au pouvoir en Turquie, ne s'est jamais distingué par un nationalisme exacerbé, contrairement à ses partenaires au pouvoir du MHP (Parti d'action nationaliste). Cet aspect a été crucial pour le soutien des Turcs kurdes ou d'origine kurde aux élections générales de 2015, soutien d'environ 45 %, qui s'est progressivement transformé en un peu moins de 20 % d'opposition à l'AKP, compte tenu de la dérive nationaliste de ces dernières années, et des campagnes successives contre les partis et organisations kurdes, tant en Turquie qu'en Syrie, contre les organisations qui y sont établies. Fin mars, le gouvernement a limogé une douzaine de maires du HDP (Parti démocratique du peuple) de la province de Diyarbakir, en majorité kurdes, accusés de collaborer avec le PKK.

Ce parti, troisième force du pays avec 67 sièges au parlement d'Ankara, a vu ses principaux dirigeants, Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağm, emprisonnés depuis 2016 en même temps que plusieurs parlementaires, accusés de collaboration avec un gang armé. L'alliance kurde pendant la guerre avec les États-Unis a représenté la défense des intérêts américains contre Damas et l'Iran d'une part et contre Daech d'autre part, et a conduit à la création d'un territoire sous contrôle kurde, avec l'espoir d'établir une autorité autonome similaire à celle établie dans les provinces du nord de l'Irak. Idéologiquement, les organisations kurdes pratiquent une sorte de syncrétisme marxiste, avec une caractéristique qui le différencie de presque tous les autres mouvements politiques régionaux, l'égalité des droits entre hommes et femmes, au point de former des unités militaires composées uniquement de femmes.  

Combatientes kurdos de las Unidades de Protección del Pueblo (YPG)
PHOTO/AP - Combattants kurdes des unités de protection du peuple (YPG)

D'autre part, la Turquie et son allié le Qatar ont financé les organisations islamiques qui ont nourri les rangs de Daech, leur permettant de traverser leur territoire pour faciliter l'incorporation de combattants à l'ISIL, qui combattait les Kurdes en Syrie. L'opération Rameau d'olivier en 2018 répond à la menace que représente pour la Turquie la possibilité d'unir les territoires sous contrôle kurde dans le nord de la Syrie. Possibilité grâce à une négociation difficile entre la Russie, les USA et les organisations kurdes. L'action turque ignore le mandat des Nations unies qui avait décrété un cessez-le-feu dans la région, et culmine avec la capture d'Afrin. La situation est aggravée par le retrait américain d'une partie du territoire syrien. Cette situation a conduit le YPG à rechercher, face aux offensives turques prévisibles, le soutien des Syriens, en leur offrant une alliance fiable contre l'invasion turque, sachant que pour Damas, le contrôle kurde du nord du pays est préférable au contrôle turc. La dernière grande opération turque dans la région, et qui a conduit à l'établissement permanent d'unités de l'armée turque dans la région d'Idlib, a eu lieu en octobre de l'année dernière, l'opération Source de paix, qui répondait à l'opportunité d'augmenter la pression sur les organisations kurdes et de renforcer la présence en Syrie, donnant à la Turquie le contrôle du flux de réfugiés des zones de conflit vers le nord. Les réfugiés, qui comme nous l'avons vu, et nous le verrons plus tard, sont l'un des principaux atouts de la Turquie lorsqu'il s'agit de faire pression sur ses alliés occidentaux. Une partie des YPG, intégrés dans les FDS (Forces Démocratiques Syriennes), organisation qu'ils dirigent, collaborent toujours avec les restes des troupes américaines déployées dans la région de Deir ez-Zor, où se trouvent encore les restes des unités de ce qui était autrefois Daech, en plus d'être l'un des plus importants centres pétroliers du pays où l'administration américaine a conclu un accord avec Saudi Aramco pour l'exploitation des ressources de la région.   

Simpatizantes del Partido de los Trabajadores del Kurdistán (PKK) ondean banderas y pancartas con la imagen del líder del partido Abdullah Ocalan
AFP/FREDERICK FLORIN - Les partisans du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) brandissent des drapeaux et des banderoles à l'image du leader du parti Abdullah Ocalan

Ces dernières années, on a beaucoup parlé de l'abandon des intérêts américains au Moyen-Orient, au-delà de l'Irak, et d'une petite présence en Syrie. L'administration Trump s'est toujours opposée à l'envoi de troupes supplémentaires dans la région, subordonnant la défense de ses intérêts à des alliés comme la Turquie, l'Arabie Saoudite ou, aux milices kurdes, tant en Irak qu'en Syrie. Ce soutien aux forces kurdes en Syrie s'est heurté de front aux intérêts et objectifs turcs chez son voisin du sud, qui a toujours utilisé la question kurde comme justification des interventions successives dans le nord du pays. La vérité est que le nord-est de la Syrie est vital pour les intérêts américains, dans la mesure où la Turquie, en tant qu'alliée, a occupé, avec des acteurs plus inconfortables pour Washington, tels que l'Iran et la Russie, le vide laissé par les États-Unis au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale. Malgré ces circonstances, ou en raison de ces circonstances, l'administration Trump, en évacuant, à la surprise de Bolton, Mattis et McGurk, qui n'étaient pas au courant des plans du président, leurs troupes du territoire syrien en 2018, conclut un accord avec la Turquie pour établir une zone de sécurité dans le pays, qu'ils justifient de manière manichéenne, en acceptant que, si la Turquie doit intervenir unilatéralement en Syrie, il était plus commode pour leurs intérêts qu'elle le fasse sans la présence de troupes américaines dans la région, afin que cette action empêche les milices kurdes de se retirer et de laisser l'armée turque libre. John Bolton l'a exprimé très clairement : « Nous ne voulons pas que la Turquie intervienne militairement sans coordination avec les États-Unis afin que nous ne mettions pas en danger nos troupes et nos alliés contre Daech ». Une position quelque peu cynique pour tout un faucon de la Maison Blanche qui a reçu en réponse au refus du président Erdogan de le recevoir à Ankara, sans parler de garantir la sécurité des unités kurdes. Après le lancement de l'opération Source de paix, Washington a menacé Ankara d'imposer des taxes allant jusqu'à 50 % sur l'acier turc, sanctions qui, bien sûr, n'ont pas arrêté l'opération, et qui ont été unilatéralement levées une semaine plus tard.  Plus grave encore, la Turquie a été exclue par les États-Unis du projet F35, par lequel la Turquie allait recevoir 100 unités du chasseur le plus moderne en service dans l'armée américaine. Cette mesure a conduit le président Erdogan à suggérer, une nouvelle fois, la révocation du traité d'utilisation conjointe de la base aérienne d'Incirlik, principale base opérationnelle américaine dans la région, où Washington accumule non seulement une grande quantité de matériel moderne, mais aussi 50 unités de la bombe nucléaire B61-12.

Incirlik est défendu par une batterie de missiles Patriot espagnols à partir de 2015, mission Active Fence, qui en décembre 2019 a été prolongée jusqu'au 31 décembre de cette année. Selon le NY Times, le Pentagone a dû élaborer des plans d'urgence pour rapatrier ces bombes lorsque, comme l'ont décrit certains analystes, le président Erdogan a menacé de kidnapper les 50 B61-12, sachant la valeur coercitive d'être une installation de stockage nucléaire avancé. La bombe B61-12 est une arme nucléaire tactique opérationnelle à partir de bombardiers B2 ou de chasseurs-bombardiers F15. Un bon et dangereux atout du président Erdogan à moins de 400 km de la Syrie, à peine 60 ans après le premier déploiement nucléaire américain en Turquie. Le destin, parfois, est macabre

Foto de archivo tomada el 28 de julio de 2015 muestra un avión militar en la pista de la base aérea de Incirlik, en las afueras de la ciudad de Adana, al sudeste de Turquía
PHOTO/AFP - Une photo d'archive prise le 28 juillet 2015 montre un avion militaire sur la piste de la base aérienne d'Incirlik, à la périphérie de la ville d'Adana dans le sud-est de la Turquie

Officiellement, l'administration Trump a soutenu son allié, et l'a déclaré publiquement en autant d'occasions que possible, comme les multiples déclarations de condoléances concernant les militaires turcs tués en Syrie par la Maison Blanche. Même de la bouche de Mike Pompeo qui, début mars, coïncidant avec le moment le plus compromis pour la Turquie en Syrie, en raison de l'offensive gouvernementale soutenue par la Russie depuis septembre dernier, a déclaré à l'agence turque Anadolu : « Nous croyons fermement que notre allié de l'OTAN, la Turquie, a tout à fait le droit de se défendre contre le risque généré par ce que font Assad, les Russes et les Iraniens à l'intérieur de la Syrie ». Cependant, les relations restent au point mort, car Washington insiste sur une solution politique que la Turquie, malgré son manque d'implication, ne semble ni chercher ni vouloir, au point de revendiquer la validité et le bien-fondé de l'accord de Sotchi.

Le 15 mars a marqué le dixième anniversaire du début de la guerre en Syrie, qui, loin d'être proche de sa fin, reste le conflit le plus actif au monde à l'heure actuelle. Depuis décembre, l'escalade du conflit a généré, selon les médias américains, près de deux millions de personnes déplacées, selon Save the Children ; le 4 mars, un demi-million de personnes se trouvaient à la frontière entre la Syrie et la Turquie dans des camps de réfugiés dépourvus des infrastructures minimales. Selon les Nations Unies, comme indiqué dans un article précédent, 70 000 nouveaux réfugiés sont arrivés à la frontière turco-syrienne en octobre 2019, rejoignant les quelque 90 000 résidents des camps de personnes déplacées. Début février, Al Monitor a estimé que quelque 120 000 personnes avaient été déplacées en raison de l'offensive syrienne sur Idlib. Au total, selon les données des Nations unies de février, à la fin du mois de décembre, le nombre de personnes déplacées à Idlib était de 389 000 et une aide humanitaire est nécessaire pour aider environ 1,8 million de personnes dans le nord de la Syrie. L'ACLED (Armed Conflict Location & Event Data Project) estime qu'il y aura plus de 19 000 cas de violence contre les civils en 2019 dans tout le pays, avec 2 400 décès de civils à Idlib. La résolution 2504/2020 porte à plus de 11 millions le nombre de personnes ayant besoin d'une aide humanitaire dans toute la Syrie, conséquence directe des opérations militaires menées dans le nord du pays depuis la fin de l'année dernière et le début de 2020. De même, les Nations unies considèrent la présence d'armées étrangères en Syrie comme le plus grand obstacle à l'établissement d'un accord de paix durable, car elles estiment que tant que les opérations se poursuivront, le flux de réfugiés vers la Turquie ne fera que s'accroître. Afin de canaliser l'arrivée des réfugiés, l'armée turque a mis en place des couloirs humanitaires vers sa frontière, avec l'intention probable, non pas de les accueillir dans des camps de réfugiés, mais de les laisser passer par la Turquie afin d'augmenter la pression sur la frontière grecque, tant par voie terrestre que maritime. Début avril, le problème des flux de réfugiés de la Syrie vers la frontière turque a été exacerbé par la crise sanitaire du SRAS COV 2, car les camps du nord du pays ne disposaient pas des mesures prophylactiques et sanitaires nécessaires pour contenir les infections dans une population qui, avant que l'urgence médicale ne soit déclarée, était déjà entassée dans des camps dépourvus de toute infrastructure sanitaire de base.

Tropas turcas y rusas patrullan en la autopista M4, que va de este a oeste a través de la provincia de Idlib, Siria
PHOTO/Ministère de la défense turc via AP - Des troupes turques et russes patrouillent sur l'autoroute M4, qui traverse d'est en ouest la province d'Idlib, en Syrie

Au cours de cette année, des affrontements entre les Turcs, qui soutiennent la soi-disant opposition syrienne à Idlib, et l'armée syrienne, soutenue par la Russie, ont eu lieu tout au long du mois de février et au début du mois de mars. La Turquie aurait fourni de l'artillerie lourde aux rebelles utilisée par ceux-ci pour contre-attaquer les unités gouvernementales au nord d'Alep, tandis que la Russie aurait soutenu l'armée syrienne par des attaques aériennes. La chronologie des événements les plus importants de cette année, commence par une attaque le 27 février attribuée à Hayat Tahrir al-Cham, contre les positions syriennes est répondue, après avertissement de l'armée turque, qui a prétendu ne pas avoir d'unités déployées dans la région, par la Syrie avec une frappe aérienne à Saraqeb, qui a produit la mort de 35 soldats turcs, et un nombre similaire de blessés. La riposte, qui ne se fit pas attendre, fut un bombardement turc des positions syriennes, causant une trentaine de morts appartenant à l'armée syrienne. Le lendemain, le président Erdogan mobilise sa diplomatie d'urgence et, tout en essayant de désamorcer la situation en Syrie au plus haut niveau, avec une conversation d'urgence avec le président Poutine, il dénonce l'agression de la Syrie devant les Nations unies et déclare qu'il ne retirera pas son armée du nord de la Syrie. Il a également fait part au président Trump, sous le couvert de l'attaque aérienne russe, de la nécessité d'envoyer davantage de batteries antiaériennes Patriot pour garantir la sécurité des avions turcs opérant au-dessus de la Syrie. Il a également fait officiellement à l'OTAN l'activation de l'article 4 du traité de Washington, après que la Syrie ait annoncé la fermeture de l'espace aérien au-dessus de la province d'Idlib et reconquiert, avec le soutien de la Russie, une autre enclave stratégique à l'intérieur d'Idlib, la ville de Maaret al-Numan, sur la route Damas-Alep. La Russie, en ce moment même, relève la barre et déploie au large des côtes syriennes des frégates équipées de missiles de croisière Kalibr. En Turquie, des voix pertinentes au sein de l'AKP déclarent la nécessité d'entrer en guerre avec Damas, malgré les énormes implications internationales qu'un tel acte entraînerait, à commencer par l'OTAN.

Las fuerzas turcas aseguran un tramo de la autopista M4, que une las provincias sirias septentrionales de Alepo y Latakia, cerca de Ariha, en la provincia siria de Idlib, controlada por los yihadistas, el 12 de mayo de 2020
AFP/OMAR HAJ KADOUR - Les forces turques sécurisent un tronçon de l'autoroute M4, reliant les provinces syriennes d'Alep et de Lattaquié, près d'Ariha, dans la province d'Idlib contrôlée par les djihadistes, le 12 mai 2020

Que la Turquie invoque finalement l'article 4, ou même 5, du traité de Washington était déjà considéré comme acquis au moment du retrait américain de la Syrie, même avant, alors qu'un tel retrait n'était qu'une possibilité lointaine. Aussi, dans toute cette réalisation d'événements et de décisions, elle a influencé la décision d'acheter le système russe S400, au lieu du système américain Patriot, qu'ils avaient signé avec Washington pour une somme de 3500 millions de dollars. Comme nous l'avons déjà vu dans le cadre de l'action extérieure de la Turquie dans les Balkans, l'OTAN n'a pas fait plus qu'une simple déclaration institutionnelle de condoléances et un appel au respect du cessez-le-feu, mais a confirmé qu'elle maintenait des opérations de surveillance aérienne au-dessus de la Syrie, des opérations par contre, où les affrontements entre les avions russes et américains sont fréquents. La déclaration de solidarité qui a suivi a été faite à titre personnel par le secrétaire général de l'organisation. Après avoir protesté auprès de la diplomatie russe au sujet de l'opération de Maaret al-Numan, la Turquie passe à nouveau à l'offensive : le 1er mars, elle annonce l'opération Bouclier du Printemps, officiellement destinée à stopper l'avancée de l'armée syrienne, et lance une série d'attaques qui se terminent le premier jour de l'offensive avec la mort de 15 soldats syriens et l'abattage de deux appareils gouvernementaux. La Russie déclare qu'à partir de ce moment elle ne pourra plus garantir la sécurité des avions turcs, et dénonce, avec la Syrie, la violation de l'espace aérien syrien par les chasseurs F16 turcs. Le 2 mars, le président Erdogan a annoncé une rencontre avec le président Poutine pour le 5 mars à Moscou, avec l'intention de désamorcer la situation en Syrie. Cependant, loin de montrer une volonté d'apaiser la tension dans la région, il a également annoncé une attaque sur les positions de l'armée syrienne, qui à l'époque opérait contre les forces rebelles à Idlib. Moscou avertit une fois de plus la Turquie qu'elle ne peut garantir la sécurité d'aucun appareil turc dans le ciel syrien, en essayant, par ailleurs, de dissuader tout autre acteur de la région d'entrer en conflit avec la Russie. Le 3 mars, la Turquie a annoncé l'abattage d'un troisième Albatros syrien qui opérait en soutien des troupes syriennes au nord d'Idlib.

Les premiers désaccords entre la Russie et la Turquie se sont produits dès le début du mois de février, lorsque, à la suite d'une première attaque syrienne sur les positions turques à Idlib, Ankara a informé Moscou que le processus d'Astana et l'accord de Sotchi n'étaient pas respectés, entre autres raisons, que l'armée syrienne a refusé d'arrêter l'offensive sur Idlib, où, comme nous l'avons vu, elle avait pris des positions stratégiques clés, et a accusé la Russie non seulement de ne pas être en mesure de désamorcer le conflit, mais aussi de combattre les civils syriens, qu'elle osait également qualifier de terroristes. Au contraire, Moscou affirme précisément que le cessez-le-feu et la raison de l'offensive syrienne est la présence d'organisations terroristes à Idlib et le harcèlement des troupes gouvernementales. Le président Erdogan fait savoir que sa patience est à bout et que, si l'avance syrienne ne s'arrête pas, ils prévoient de mener une grande offensive à Idlib pour arrêter les troupes à Damas, malgré le partenariat avec la Russie pour maintenir la paix, suite à l'offensive diplomatique turque et au croisement des déclarations, dans lesquelles les deux gouvernements se sont mis en garde. Le 5, les présidents Poutine et Erdogan se rencontrent pour tenter de parvenir à une sorte d'accord afin de dissuader la situation dans le nord de la Syrie, en concluant un accord de cessez-le-feu, qui entre en vigueur tôt dans la matinée du 5-6 mars, et dans lequel, entre autres aspects, il est convenu de patrouiller conjointement une bande de territoire à l'est et à l'ouest de la ville stratégique de Saraqeb, le long de la route M4 contestée et sur 6 km de profondeur des deux côtés de la route. Saraqueb est située à l'intersection des deux routes les plus importantes de Syrie, la M4 déjà mentionnée, Alep- Lattaquié, et la non moins importante M5, Alep-Damas, de sorte que la possession de cette ville est vitale pour les intérêts de l'une ou l'autre des factions opposées. Les patrouilles communes ont commencé le 15 mars. Il a également été convenu d'ouvrir un corridor de sécurité entre Alep et Lattaquié, le principal port du pays. C'est l'un des points les plus intéressants en termes de relations bilatérales en Syrie, entre la Turquie et la Russie, puisque ce corridor, qui correspond au même tracé de la route M4, assure un libre chemin vers leurs bases, navales à Tartous et aériennes à Lattaquié, avec la particularité que Tartous est la seule base navale russe en Méditerranée, et que, contrairement à Sébastopol, elle n'est pas conditionnée par le contrôle turc de la sortie de la mer Noire vers la Méditerranée, ce qui donne à la Russie un certain contrôle sur la Méditerranée orientale. Même problème qu'en 1915. La résolution 2254/2015 des Nations unies constitue le cadre politique de l'accord de cessez-le-feu, et sert de référence pour l'élaboration d'un futur accord en vue de l'établissement d'une paix durable. 

El presidente de Rusia, Vladimir Putin, derecha, y el presidente de Turquía, Recep Tayyip Erdogan, se dan la mano después de una conferencia de prensa conjunta en el Kremlin, Moscú, Rusia, el  5 de marzo de 2020
Photo/service de presse présidentielle via AP - Le président russe Vladimir Poutine, à droite, et le président turc Recep Tayyip Erdogan se serrent la main après une conférence de presse commune au Kremlin, Moscou, Russie, le 5 mars 2020

La Turquie a dénoncé les attaques de l'armée syrienne contre ses troupes, et a déclaré qu'elle se réservait le droit de répondre avec la force qu'elle jugerait nécessaire à toute action de l'armée syrienne. La Russie dénonce la présence d'organisations terroristes à Idlib, qui ont la capacité opérationnelle de lancer des attaques contre les forces syriennes et russes, dont la plus importante est l'ancien Front Al Nosra, Hayat Tahrir al-Cham, une organisation qui cause un véritable casse-tête à la Turquie, non seulement en s'opposant à tout accord avec la Russie, y compris le processus d'Astana et l'accord de Sotchi, que les Russes et les Turcs semblent accepter pour le moment, mais aussi en raison du harcèlement auquel elle soumet les autres organisations et groupes armés soutenus par la Turquie. La Russie a démontré le contrôle qu'elle maintient sur le processus de stabilisation et de paix en Syrie, étant l'interlocuteur de la Turquie, qui montre ouvertement ses divergences avec Moscou, considérant, contrairement à la Russie, que le processus de paix d'Astana est mort, étant nécessaire d'avoir un nouveau cadre en accord avec la situation actuelle dans le pays. De même, elle a montré un désaccord ouvert sur la question kurde en Syrie, accusant Moscou de tiédeur envers les organisations militaires kurdes.
En 2018, Ankara s'est opposée au dialogue mené par la Russie entre toutes les parties impliquées dans le conflit kurde et le PYD, le parti démocratique kurde, le bras politique des YPG, et bien sûr, le terroriste pour Ankara. Fin octobre de l'année dernière, il y a eu des tensions entre la Russie et la Turquie à propos de la présence d'unités des YPG dans la zone frontalière sous contrôle russe, en violation de l'accord de Sotchi, qui a établi une bande de sécurité le long de la frontière russo-turque à 10 km de profondeur en territoire syrien, par laquelle des patrouilles des deux pays créeraient une zone de sécurité pour les unités des YPG.

Selon des sources turques, l'opération Bouclier du Printemps a entraîné la mort de 2 500 soldats syriens et la perte de plus de 100 véhicules blindés, forçant une partie de l'armée syrienne à revenir sur la ligne de cessez-le-feu déterminée à Sotchi. Malgré le succès que ces chiffres ont représenté pour les médias turcs et les commandants militaires en Syrie, à la mi-avril, l'offensive de Damas sur Idlib s'est poursuivie, attaquant le 15 l'armée gouvernementale, dans le sud de la région, les positions des organisations soutenues par la Turquie.  

La seule circonstance qui, à l'heure actuelle, semble mettre un terme aux actions turques en Syrie, est l'émergence mondiale du COVID-19. Début avril, le ministère de la défense, vu l'urgence de la pandémie, a ordonné l'arrêt des opérations syriennes, limitant autant que possible les mouvements de troupes, les patrouilles conjointes avec la Russie et les actions occasionnelles contre les unités kurdes, tandis que des unités médicales spéciales étaient déployées dans les bases du nord du pays pour fournir des soins spécialisés aux unités opérant en Syrie, et pour déterminer la quarantaine de ces unités ou des soldats revenant de Syrie en Turquie. Bien que la réalité semble être un peu plus complexe. Selon les données de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, entre les 7 et 8 avril, la Turquie envoyait des renforts dans la région, ce dont elle profitait pour consolider sa position à Idlib et contre-attaquer les forces kurdes déployées à l'est de l'Euphrate, comme l'a rapporté Al Monitor le 13 avril. Le 10 avril, la Turquie a imposé une quarantaine totale dans 31 provinces pour tenter de contenir le coronavirus, les premières mesures de confinement ayant été décrétées fin mars pour les personnes de moins de 20 ans et de plus de 60 ans. Selon les données du groupe de recherche de la base de données UTN-FRCU, l'incidence du COVID-19 en Turquie au 15 avril était de 69 392 cas confirmés et de 1 518 décès avec un taux de létalité de 2,19 %.  

Tropas del Ejército turco, con máscaras protectoras contra el coronavirus, toman posición detrás de las barricadas de arena destinadas a bloquear la carretera por los manifestantes sirios en la autopista M4, que une las provincias sirias septentrionales de Alepo y Latakia
AFP/ABDULWAJED HAJ ESTEIFI - Des soldats de l'armée turque portant des masques à coronavirus prennent position derrière des barricades de sable destinées à bloquer la route aux manifestants syriens sur l'autoroute M4 qui relie les provinces d'Alep et de Lattaquié au nord de la Syrie

Au 20 avril, la situation dans la région a peu changé, et il semble que même le coronavirus n'y remédiera pas. L'armée syrienne a signalé que les organisations djihadistes d'Idlib continuent de recevoir des renforts et, par conséquent, reprend l'offensive avec de l'artillerie lourde contre les positions tenues par ces organisations. 
Le retrait des opérations ordonné par Ankara, qui comme nous le voyons est partiel, s'il peut être considéré comme un retrait, puisqu'il s'agit en fait d'une cessation des opérations, pourrait être décisif pour les intérêts de l'Iran dans la région, car l'efficacité des troupes turques à Idlib est diluée. Pour l'Iran, l'un des principaux partisans de Damas, elle sera extrêmement bénéfique lorsqu'il s'agira de repositionner ses forces en Syrie et de redéfinir ses intérêts et ses objectifs.

En dépit de leurs intérêts contradictoires, la Russie, la Turquie et l'Iran sont parvenus à un accord lors des sommets d'Astana et de Sotchi, pour parvenir, sinon à un accord de paix, du moins à un accord de stabilisation régionale. L'Iran et la Russie, aux côtés du gouvernement chiite syrien, et la Turquie qui soutient la soi-disant opposition sunnite, qui représente pour Damas les restes des organisations terroristes et de Daech. Ankara, Moscou et Téhéran ont tenté de surmonter des différences a priori insurmontables afin de trouver une solution au conflit syrien, et au conflit qui les oppose dans la lutte pour le pouvoir sur le leadership régional. Tout comme Moscou, l'Iran fournit des fonds à Damas, et a été et est toujours déterminant dans le soutien militaire apporté à l'armée syrienne, à la fois sous la forme de conseillers militaires et de financement, ainsi que par la présence d'unités des Gardiens de la révolution islamique et la présence d'unités du Hezbollah.

Cependant, l'opération Bouclier du Printemps n'était pas seulement une violation de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de la Syrie, mais pour les stratèges iraniens, elle signifiait la possibilité de modifier la situation dans le nord de la Syrie avec un nouveau déploiement de troupes turques et l'installation de bases avancées qui permettraient une plus grande projection militaire turque en Syrie, avec l'excuse de combattre les milices kurdes, ce que Téhéran considère comme inacceptable. Pour tenter de désamorcer la situation, l'Iran a proposé de résoudre tout conflit en Syrie affectant les intérêts turcs, dans le cadre de l'accord d'Adana de 1998. L'accord d'Adana sur la coopération en matière de sécurité entre la Syrie et la Turquie stipule que la Syrie n'autorisera aucune activité kurde mettant en danger la sécurité de la Turquie. L'approche de la question kurde est à nouveau complètement différente, bien que les deux gouvernements partagent la crainte d'un grand État kurde autonome. La Turquie, comme nous l'avons vu, concentre ses actions sur la lutte contre le PKK, tandis que pour l'Iran, avec près de 7 millions de Kurdes, la grande préoccupation est la fédéralisation de la Syrie, où un Kurdistan autonome pourrait mettre en péril le grand effort consenti pour relier l'Iran à la Méditerranée par l'intermédiaire de l'Irak et de la Syrie. L'Iran est, avec la Russie, un des garants du processus d'Astana et du cessez-le-feu de Sotchi, accords dans lesquels Téhéran est véhément - ils ne doivent pas être rompus quoi qu'il arrive, et toute action diplomatique visant à un cessez-le-feu durable en Syrie et à un retrait turc soutenu par l'accord d'Adana devrait être orchestrée sur eux en ce moment. Cependant, les positions de la Turquie et de l'Iran sur des questions clés telles que la poursuite de Bachar al-Asad ou l'intégrité territoriale du pays, comme nous le voyons, sont très différentes. La coopération entre le trio de Sotchi est une relation basée sur la méfiance et la commodité. A la fin de l'année dernière, les relations entre les deux gouvernements se sont tendues et la méfiance s'est accrue, suite à une nouvelle affaire similaire à celle du journaliste dissident Khashoggi avec l'Arabie Saoudite.  

Masoud Molavi Vardanjani, un dissident iranien, a été abattu à Istanbul à la mi-novembre, selon des sources militaires turques, soit par des membres des services de renseignement iraniens, soit sur ses ordres. Selon ces sources, Vardanjan avait travaillé comme ingénieur informatique au ministère iranien de la Défense et était réfugié en Turquie depuis un an en raison de ses critiques du régime politique des ayatollahs. Selon les Etats-Unis, qui ont ignoré l'affaire Khashoggi, ce meurtre, prétendument de nature politique, est très révélateur de la façon dont le régime terroriste iranien résout des problèmes complexes, ajoutant ainsi de l'huile sur le feu des relations tendues entre Ankara et Téhéran. Aucun membre du gouvernement turc n'a déclaré publiquement qu'il y avait une possible implication des services de renseignement iraniens, bien que des sources officielles reconnaissent que Vadanjani était dans le collimateur des services de renseignement iraniens, ce qui n'a certainement pas contribué à désamorcer les relations entre les deux gouvernements.

Fotografía de archivo  del 4 de abril de 2018 que muestra a los presidentes de Irán, Hasán Rohaní, de Turquía, Recep Tayyip Erdogan, y de Rusia, Vladimir Putin, en una conferencia de prensa conjunta tras su reunión en Ankara, Turquía
REUTERS/UMIT BEKTAS - Photo d'archive du 4 avril 2018 montrant le président iranien Hassan Rohani, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse commune après leur rencontre à Ankara, Turquie

La Syrie est devenue un bourbier pour la Turquie comme l'était le Vietnam pour les États-Unis, l'Afghanistan pour l'URSS ou le Yémen pour l'Arabie Saoudite. Aux relations compliquées entre les multiples acteurs étatiques présents dans la région s'ajoute la présence d'acteurs non étatiques très difficiles à gérer, non seulement pour l'armée turque, mais aussi pour l'opinion publique internationale et ses propres alliés. La présence d'organisations terroristes et de restes de Daech dans la zone contrôlée par la Turquie et la gestion compliquée de ces groupes, tolérée dans la mesure où ils servent les intérêts stratégiques d'Ankara, que ce soit en Syrie même, où ils sont camouflés en mercenaires ou en membres de la soi-disant opposition démocratique, ou dans des scénarios secondaires, comme en Libye, où beaucoup de ces mercenaires sont évacués pour servir à nouveau de bottes sur le terrain, devient un véritable casse-tête pour la Turquie, comme le montrent les affrontements entre les forces de sécurité turques et ces groupes au sujet de l'ouverture du corridor Alep-Lattaquié, à laquelle s'opposent des organisations comme Hayat Tahrir al-Cham. Ces organisations sont également largement responsables des violations répétées du cessez-le-feu, qui placent Ankara dans une position très difficile également vis-à-vis de ses alliés de complaisance, la Russie et l'Iran.  

Une fois de plus, les États-Unis ont considéré la Turquie, avec Israël, représentant différents rôles, comme des alliés prioritaires dans la région, en alternant la Turquie, ou plutôt en la remplaçant, ces dernières années, par l'Arabie Saoudite. Pendant la guerre froide, la Turquie était à la fois un gendarme de la mer Noire et un dépôt d'armes nucléaires et la première ligne de défense contre l'URSS. Ces dernières années, soit en raison de l'abandon de ses intérêts en Méditerranée orientale par les États-Unis, soit en raison de la convenance d'établir de nouvelles alliances dans la région - par exemple le soutien apporté aux milices kurdes pendant la guerre en Syrie - ou encore en raison de la détérioration des relations bilatérales entre Ankara et Washington en raison des énormes différences politiques et des intérêts stratégiques entre les deux pays, Soit à cause du manque pressant de leadership politique aux États-Unis et d'une politique étrangère erratique, soit pourquoi pas, pour un ensemble de toutes ces raisons et sûrement un facteur plus qu'évident, ont conduit la Turquie à devenir indépendante de son allié autrefois principal, oscillant entre ses ennemis historiques, comme la Russie, et ses ennemis actuels comme l'Iran.  

Parmi les multiples scénarios dans lesquels l'action étrangère turque fonctionne, le Moyen-Orient est peut-être, en raison du poids des événements, le plus pertinent en ce moment, car c'est un scénario dans lequel un nombre important de conflits indépendants et liés entre eux se déroulent en même temps, où, comme nous l'avons vu, les antagonismes se transforment en alliances en fonction des intérêts des différents acteurs impliqués.

Les intérêts de la Turquie dans la région passent inévitablement par la Syrie, l'Irak et l'Iran, intégrant les conflits en Syrie, et dans une moindre mesure en Irak, dans le conflit interne entre l'État turc et les minorités kurdes du sud du pays. La Syrie est, dans tous les sens du terme, le principal facteur lorsqu'il s'agit d'articuler une analyse générale sur la présence et l'action extérieure de la Turquie dans la région, puisque, autour du facteur syrien, toutes les conditions, ou du moins les plus importantes, qui affectent actuellement la Turquie dans l'orbite du Moyen-Orient sont en jeu. Il y a de multiples facteurs conditionnels et deux raisons : le conflit kurde et le conflit pour l'hégémonie régionale entre la Turquie, l'Arabie Saoudite et l'Iran.