PUBLICIDAD

Iberdrola

La Turquie fait appel au soutien de l'OTAN dans la lutte contre le PKK

Ankara insiste sur le fait que la position des États-Unis dans cette opération est essentielle pour l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN
ataque-turquia-clinica

AP/TURKISH DEFENSE MINISTRY  -   Un soldat monte la garde au poste frontière à la frontière irakienne dans la province de Hakkari, en Turquie

La guerre en Ukraine modifie l'ensemble du paradigme de la sécurité. L'OTAN, cette Organisation qui semblait obsolète et quelque peu détériorée sur la scène internationale, a maintenant, avec le développement d'un conflit sur le sol européen, commencé à prendre une importance majeure.

À tel point que deux nouveaux pays veulent rejoindre l'organisation. La Suède et la Finlande ne veulent plus être exclues de l'OTAN et ont officiellement exprimé, il y a quelques semaines, leur volonté d'y adhérer. L'OTAN s'en réjouit. Tous sauf un membre. La Turquie s'est opposée à l'adhésion à moins que les États membres ne prennent parti dans un conflit qui est essentiel pour Ankara : le retrait des Kurdes de ses frontières avec la Syrie et l'Irak. 

sede-otan
AP/OLIVIER MATTHYS  -  Le siège de l'OTAN à Bruxelles

La Turquie utilise ainsi sa position privilégiée de pays décisif pour l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN pour faire pression sur les États membres afin qu'ils prennent parti dans la lutte actuelle d'Ankara contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Une lutte historique qui entame aujourd'hui un nouveau chapitre du conflit.

Erdogan fait valoir que la Finlande et la Suède ont été - et continuent d'être - des pays qui offrent un refuge "sûr" aux partisans du PKK, une condition que la Turquie ne veut pas ignorer. Les pays de l'OTAN sont donc sur la corde raide. Pour que la Finlande et la Suède puissent rejoindre l'OTAN, elles ont besoin du feu vert de la Turquie, car l'OTAN exige un "oui" unanime pour qu'un nouveau membre rejoigne l'organisation.

Le président turc est clair. Il a déjà élaboré un plan militaire pour "libérer" le Kurdistan syrien et souhaite maintenant obtenir le soutien de l'OTAN. Cette lutte contre les Kurdes inclurait également les membres des Forces démocratiques syriennes (FDS), un mélange de membres arabes et kurdes, dirigés par ces derniers, qui ont mené la lutte contre Daesh dans le cadre de la guerre civile syrienne. Les FDS avaient le soutien des États-Unis dans ce combat, c'est pourquoi Washington refuse de soutenir le nouveau plan militaire proposé par Ankara, du moins pour le moment. 

kurdos-daesh-siria
AFP/SAFIN HAMED  - Drapeaux kurdes lors des célébrations du Nowruz, le nouvel an perse, dans la ville d'Akra, à environ 100 kilomètres au nord d'Arbil, dans la région autonome kurde du nord de l'Irak, le 20 mars 2021.

Dans cette situation, l'ancien diplomate turc Sinan Ulgen a déclaré à Newsweek qu'étant donné que les États-Unis comptent sur la Turquie pour continuer à tenir la ligne de l'OTAN sur le conflit russo-ukrainien, il est probable que "son opposition à l'incursion prévue sera mise en sourdine". 

Il a ajouté que "le calcul du côté d'Ankara est peut-être que l'Occident a besoin que la Turquie soit d'accord avec l'élargissement de l'OTAN", de sorte qu'"à un moment critique comme celui-ci, l'opération transfrontalière de la Turquie sera moins critiquée".

Il a toutefois fait valoir que cette situation "a mis la Turquie et les États-Unis sur une trajectoire de collision". Ulgen a également mentionné des troupes russes opérant au sein d'un "cordon sanitaire" qui ont réussi à établir une "zone de sécurité" le long de cette frontière. La Russie, cependant, n'a pas adopté une position favorable à la Turquie, car elle considère que le gouvernement Al-Assad est légitime et que les offensives prévues par Ankara constituent "une force d'occupation illégitime", suivant ainsi la même position que les États-Unis. 

kurdos-turquia-daesh-erdogan
PHOTO/AP - Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Malgré tout, Ulgen pense qu'Ankara a calculé "que la Russie ne s'opposera plus à une telle intervention" et ne voudra pas s'y opposer "parce qu'elle a maintenant besoin de conserver la Turquie comme partenaire diplomatique en Ukraine".

La seule référence de Moscou à ce sujet a été faite par son ministre des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, qui a exhorté la Turquie à "rester calme", en insistant sur deux points principaux : La première est que la Russie "comprend" les intérêts de la Turquie en matière de sécurité, et la seconde est qu'elle condamne les "tendances séparatistes dans le nord de la Syrie", et a donc appelé les Kurdes à abandonner les "illusions américaines de protection" et à adopter une politique "pragmatique" qui réalise ses intérêts par le biais de "canaux de dialogue" avec Damas.

Cette opération serait la quatrième intervention majeure de la Turquie en Syrie, après l'opération Bouclier de l'Euphrate en 2016, suivie de l'opération Rameau d'olivier en 2018 et de l'opération Printemps de la paix en 2019.

turquia-rusia-erdogan-putin
SPUTNIK/ALEXEY NIKOLSKY  - Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine se serrent la main lors de leur rencontre à Berlin le 19 janvier 2020.

Dans ce contexte, Washington a mis en garde contre les conséquences d'une nouvelle intervention. Ainsi, le conseiller du conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a réitéré l'importance de "s'abstenir de toute escalade en Syrie pour préserver les lignes de cessez-le-feu existantes et éviter toute déstabilisation supplémentaire". Il a également insisté sur la poursuite du "dialogue et de la diplomatie pour résoudre tout problème".

Il a également exprimé son soutien à "la poursuite des discussions directes de la Turquie avec la Suède et la Finlande afin de résoudre les préoccupations relatives à ses demandes d'adhésion à l'OTAN, que les États-Unis soutiennent fermement". 

Malgré cela, les États-Unis considèrent également le PKK comme un groupe terroriste, mais sont davantage préoccupés par une nouvelle prolifération de Daesh dans la région. Le porte-parole du département d'État, Ned Price, a déclaré qu'"il est crucial que toutes les parties maintiennent et respectent les zones de cessez-le-feu, principalement pour améliorer la stabilité en Syrie et œuvrer à une solution politique au conflit". 

miembros-pkk
AFP/SAFIN HAMED - Des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sur une route dans les montagnes de Qandil.

Il a souligné que "tout effort visant à agir autrement pourrait aller à l'encontre de nos objectifs visant à mettre un terme au conflit plus large en Syrie", ainsi que des "progrès considérables que nous avons réalisés ensemble, y compris avec nos partenaires kurdes, dans la lutte contre Daesh, qui a pris des mesures très importantes ces dernières années".

C'est pour cette raison que, s'il y a une réponse de Washington, c'est soit un refus, soit le silence. Fournir un tel soutien à la Turquie peut entraver le processus d'adhésion à l'OTAN de la Suède et de la Finlande. 

kurdos-turquia-daesh
AFP/DELIL SOULEIMAN - A Syrian Kurdish woman waves the flag of the Democratic Union Party (PYD) during a demonstration against Turkish threats in the town of Ras al-Ain, in Syria's Hasakeh province, near the border with Turkey, on October 6, 2019
¿Qué es el PKK y por qué lucha? Qu'est-ce que le PKK et pourquoi se bat-il ?

L'origine du Parti du Kurdistan des travailleurs remonte à 1978, lorsqu'il a été formé en Turquie dans le but de lutter pour l'indépendance du Kurdistan et la création d'un État indépendant, socialiste et unifié. Son fondateur, Abdullah Ocalan, est emprisonné à vie depuis 1999, date à laquelle il a demandé à ses militants de cesser la lutte armée et d'abandonner l'idée d'un Kurdistan indépendant pour lutter pour la paix et obtenir une certaine autonomie qui permettrait aux Kurdes installés en Turquie, en Syrie, en Irak et en Iran d'établir des réseaux de coopération et une organisation horizontale, conformément à son idéologie marxiste-léniniste.

L'arrestation d'Öcalan a marqué une nouvelle étape dans l'histoire du parti. Le PKK a laissé place à l'action politique et à la création de deux partis politiques qui ont réussi à faire le saut au parlement turc. Le premier, le défunt Parti pour la paix et la démocratie (BDP), a remporté 29 sièges en 2011.  Par la suite, le Parti démocratique des peuples (HDP) a été fondé, avec une présence au parlement, tout comme son ancien affilié. En 2015, il a réussi à arracher une majorité absolue à Erdogan.

kurdos-turquia-daesh-ypj
REUTERS/RODI SAID - Des combattantes kurdes de l'Unité de protection des femmes (YPJ) participent à un défilé militaire alors qu'elles célèbrent la victoire sur Daesh, à Qamishli, en Syrie 28 mars 2019.

Comme les États-Unis, la Turquie considère le PKK comme une organisation terroriste qui doit être éliminée. Pour cette raison, les opérations militaires d'Ankara à leur encontre ont été incessantes. Cependant, ces attaques ont également visé les Unités de protection civile (YPG), les Unités de protection des femmes (YPJ) et des civils. 

Pour ces deux unités, la Turquie s'est livrée à des violations incessantes des droits de l'homme contre les colons civils. Rien qu'au Kurdistan irakien, on estime que 50 000 à 180 000 Kurdes ont été tués. Ils réclament justice et, surtout, le soutien, l'équité et la reconnaissance de la communauté internationale.