La Turquie intensifie le harcèlement des Kurdes dans le nord de la Syrie

Le pays ottoman augmente la pression après la mort de deux de ses soldats dans la région
Des troupes turques patrouillent dans la ville d'Atareb, dans la campagne occidentale de la province d'Alep, tenue par les rebelles

AFP/AREF TAMMAWI  -   Des troupes turques patrouillent dans la ville d'Atareb, dans la campagne occidentale de la province d'Alep, tenue par les rebelles

La Turquie intensifie son offensive de longue haleine contre les Kurdes-Syriens dans le nord de la Syrie après que deux soldats ottomans aient été tués lors d'une offensive dans le pays.

L'armée ottomane a annoncé qu'une attaque avait été menée il y a quelques heures contre ce qu'elle considère comme des "terroristes" dans le nord de la Syrie, une enclave dans laquelle le pays eurasien se positionne militairement depuis des années dans le but de poursuivre les Kurdes qu'il accuse d'actes terroristes dans le sud du territoire du pays turc. L'opération a été menée en réponse à une attaque contre un véhicule blindé qui a tué les deux soldats turcs et blessé deux autres membres des forces armées nationales, selon le ministère turc de la défense. "Lors d'une attaque menée par des terroristes contre notre véhicule Kirpi dans la zone de l'opération Bouclier de l'Euphrate, deux de nos compagnons soldats héroïques ont été martyrisés et deux de nos amis ont été blessés", a déclaré le ministère dans un communiqué officiel publié hier soir à minuit sur le réseau social Twitter.

"Immédiatement", l'armée turque a "déterminé les cibles terroristes dans la région", qui ont été "effectivement touchées", selon le communiqué officiel. Les corps des deux soldats décédés ont été transportés à l'Institut de médecine légale de Gaziantep et les deux blessés ont été transférés à l'hôpital d'État de Kilis, dans les deux provinces frontalières de la Syrie, selon l'agence de presse EFE.

Combatientes de las Fuerzas de Siria Democrática (FSD) en la ciudad siria de Ras al-Ain, en el noreste de Siria
REUTERS/MUHAMMAD HAMED - Combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans la ville syrienne de Ras al-Ain, dans le nord-est de la Syrie.

À cet égard, les forces turques ont de nouveau procédé à un bombardement "nocturne" dans les zones où les Kurdes sont présents autour d'Alep, dans le nord de la Syrie, en réponse à la mort et aux blessures de deux soldats turcs la nuit dernière. 

Les forces armées ont tiré des dizaines d'obus autour de Sheikh Issa et d'autres zones au nord d'Alep.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, de violents affrontements ont également éclaté dimanche après les affrontements de minuit de samedi soir au nord-est d'Alep entre les parties belligérantes. 

Imagen de graves daños tras bombardeo en Siria
AFP/OMAR HAJ KADOUR - Photo de dégâts importants après un bombardement en Syrie

L'entrée des Ottomans dans la frontière turco-syrienne s'est faite sous le prétexte de poursuivre des éléments considérés comme terroristes. Depuis 2018, la Turquie poursuit les membres des Unités de protection du peuple (YPG) qu'elle accuse de liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme un groupe terroriste par le gouvernement turc dirigé par le président Recep Tayyip Erdogan ; mais cette opération s'inscrit dans la stratégie expansionniste de la Turquie dans la région du Moyen-Orient et dans d'autres zones telles que l'Afrique du Nord, comme son implication dans la guerre civile en Libye, où la nation eurasienne a été accusée d'avoir prétendument envoyé des mercenaires de la guerre en Syrie, selon divers rapports médiatiques. La Turquie poursuit une dynamique expansionniste dans le but d'obtenir une plus grande position géostratégique et afin de bénéficier de ressources énergétiques telles que celles liées à l'exploration gazière en Méditerranée orientale, comme l'ont rapporté divers spécialistes et médias. Il convient de rappeler que les Unités de protection du peuple ont joué un rôle essentiel dans la défaite du groupe terroriste Daesh dans son dernier bastion d'Al-Baghouz, il y a trois ans, par la coalition internationale dirigée par les États-Unis. Les YPG font partie des Forces démocratiques syriennes (FDS), opposées au régime de Bachar el-Assad, qui mènent depuis 2011 une guerre contre les insurgés dans le fief d'Idlib, au nord-ouest de la Syrie, accusés d'abriter des éléments terroristes djihadistes. Le gouvernement d'Al-Assad est soutenu par la Russie de Vladimir Poutine, qui a également mené des actions militaires et des bombardements contre le bastion d'Idlib. 

El presidente de Turquía, Recep Tayyip Erdogan
PHOTO/PRESIDENCE DE LA TURQUIE - Le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan.

La stratégie expansionniste et interventionniste du président Recep Tayyip Erdogan contraste avec les problèmes internes de la Turquie, liés au mécontentement social exprimé par divers secteurs de la société à l'encontre de l'exécutif turc et de ses politiques de répression à l'encontre de l'opposition, et également liés aux problèmes économiques du pays, qui a subi une forte baisse de la livre turque et des difficultés au sein de la Banque centrale, affectée par plusieurs changements dans sa gestion provoqués par les pouvoirs politiques.