La Turquie se retire de trois de ses postes militaires dans le nord-ouest de la Syrie

L'armée turque s'est retirée de trois de ses postes militaires dans le nord-ouest de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme
Des troupes turques à pied et dans des véhicules militaires dans la ville d'Atareb, dans la zone rurale occidentale de la province syrienne d'Alep, contrôlée par les rebelles, le 19 février 2020.

AFP/AREF TAMMAWI  -   Des troupes turques à pied et dans des véhicules militaires dans la ville d'Atareb, dans la zone rurale occidentale de la province syrienne d'Alep, contrôlée par les rebelles, le 19 février 2020.

L'armée turque s'est retirée de trois de ses postes militaires dans le nord-ouest de la Syrie, a rapporté mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Les militants de cette organisation ont assuré que les forces turques avaient abandonné leurs positions dans les villages de Harras, Al-Souda, Al-Manajir et Al-Shabliyah, après avoir incendié leur caserne. Cependant, bien que la Turquie ait retiré ses forces dans cette région, le président Recep Tayyip Erdogan a anticipé une opération turque dans le nord-ouest de la Syrie avertissant que ce n'est « qu'une question de temps ».

« Les forces turques ont abandonné leurs postes militaires situés dans les villages de Shabliya, Al-Sawda et Al-Manajir, situés dans la ville de Tal Tamr, capitale de la province d'Al-Hasaka », ont recueilli plusieurs médias locaux. Cependant, il y a une semaine et selon ce même observatoire, les forces militaires d'Erdogan se sont retirées de leurs positions dans les villages de Helewah, Jamus, Arishah, Mahmoudiyah, Al-Sudah, Al-Said et Kherbet Jammu dans la région de Tal Tamr - Abu Rasin. Cette région est d'une grande importance, car elle est bordée d'un côté par la route entre Hasaka et Ras Al-Ain et, de l'autre, par la route entre Alep et Qamishli. Ce retrait de positions a coïncidé avec le déploiement d'au moins 300 véhicules militaires turcs près de leurs postes d'observation dans la province d'Idlib, selon la chaîne turque Haberturk.

Tanque
AFP/AREF TAMMAWI - Un soldat turc patrouillant avec des troupes dans la ville d'Atareb contrôlée par les rebelles dans la province syrienne d'Alep marche devant un char M-60T, faisant partie d'un convoi de véhicules militaires turcs le 19 février 2020

L'incursion turque en Syrie a eu de profondes conséquences au niveau stratégique. Ce retrait s'est produit plusieurs heures après l'échec des négociations entre Ankara et Moscou pour réduire l'escalade des tensions. Ankara n'a pas réussi à obtenir les résultats souhaités, selon Erdogan, qui a insisté sur le fait que les négociations entre les deux pays « sont loin de répondre aux demandes de la Turquie ». «L'intervention à Idlib est imminente, et nous ne laisserons pas la région au régime syrien. Nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour réaliser notre plan à Idlib et le mettre en œuvre à tout moment sans que personne ne l'attende », a-t-il admis.

Erdogan
PHOTO/AP - Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Le Kremlim a répondu en assurant qu'une offensive de ces caractéristiques serait « la pire des hypothèses » et a choisi de poursuivre les négociations, bien que dans un avenir proche il n'ait pas prévu de conversation téléphonique entre les deux dirigeants. « Nous prévoyons de poursuivre les négociations avec les représentants turcs pour ne pas permettre une escalade des tensions à Idlib », a déclaré Dimitri Peskov, porte-parole du Kremlim.

Ces déclarations ont inquiété l'exécutif américain qui a averti que les deux puissances sont « très proches » de continuer à se battre à Idlib. « Nous pensons que les Turcs et les Russes sont de plus en plus près de perpétuer un conflit plus large dans cette région », a déclaré le secrétaire adjoint à la défense des États-Unis, Mark Esper, qui a également exhorté les deux pays à « rechercher une solution à l'éviter. »

Ruso
PHOTO/ Sputnik/Alexei Nikolsky/Kremlin -  Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin 

La coopération entre la Russie et la Turquie pour garder le calme dans le pays ne semble jamais venir. La Russie soutient le président syrien tandis que la Turquie est du côté des rebelles qui tentent de lui retirer le pouvoir. Cependant, cette tentative de garder son calme a échoué en janvier, lorsque les deux forces ont intensifié les attaques dans cette région.

La province d'Idlib - le dernier bastion contrôlé par les rebelles - est aux mains d'une série de groupes armés, dont le groupe terroriste Hayat Tahrir al Sham. Près de neuf ans après le début de la guerre civile, Damas a récupéré la quasi-totalité du territoire syrien. Le conflit armé en Syrie a marqué un avant et un après dans les relations entre Ankara et Moscou. Le président de la Turquie et son homologue russe ont transformé Idlib en champ de bataille, dans lequel ceux qui en subissent les conséquences sont les milliers de civils qui ont dû quitter leur domicile à la recherche d'un avenir meilleur, un avenir où leur sécurité est garantie.

Siria
AFP/RAMI AL SAYED - Les Syriens déplacés arrivent au camp de Deir al-Ballut dans le camp Afrin, le long de la frontière avec la Turquie, le 19 février 2020

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a rapporté cette semaine que, depuis décembre dernier, ce conflit a provoqué le déplacement de plus de 900 000 personnes, dont au moins 80 % de femmes et d'enfants. L'ONU a appelé à un « cessez-le-feu » dans cette région pour « la détérioration rapide » de la situation humanitaire et les « souffrances des civils », selon le secrétaire général de cette institution, António Guterres. Les victimes de cette escalade des tensions n'ont pas choisi leur destin, mais c'est la direction dans laquelle les puissances étrangères les ont forcées à marcher, une destination dans laquelle elles ne sont pas autorisées à fuir la violence.