La Turquie va augmenter ses forces et construire des usines d'armement en Libye

De nouveaux détails de l'accord entre Erdogan et Sarraj commencent à apparaître
Véhicules blindés de transport de troupes, envoyés au National Accord Government (NAG) dans le port de Tripoli, en Libye

AFP / HO / Oficina de Medios de la operación "Volcán de la Ira"  -   Véhicules blindés de transport de troupes, envoyés au National Accord Government (NAG) dans le port de Tripoli, en Libye

Ce jeudi après-midi, la nouvelle est tombée. Le Premier ministre du gouvernement libyen d'unité nationale (GNA, par son acronyme en anglais), Fayez Sarraj, se rendait dans la capitale turque, Ankara, pour rencontrer le Président Recep Tayyip Erdogan. Dans une conférence de presse commune, ils ont annoncé le contrôle total sur Tripoli et, par conséquent, la défaite de l'Armée de libération nationale (LNA, par son acronyme en anglais), commandée par le maréchal Khalifa Haftar. Ils ont également convenu de renforcer leur coopération en Méditerranée orientale et d'exclure Haftar des négociations sur l'avenir du pays.

Cependant, ce vendredi, les détails du pacte entre les dirigeants qui étaient restés cachés ont commencé à sortir. Selon des sources d'Al-Arabiya et Al-Hadath, le gouvernement de la nation eurasienne et le GNA ont signé de nouveaux accords pour augmenter les forces turques en Libye et pour établir des usines de production d'armes. De même, la construction de centres de réhabilitation et de formation des troupes de Sarraj est également envisagée, mais à une condition : que le GNA prenne en charge les salaires des experts militaires turcs chargés de ces opérations. 

De même, ces sources ont révélé que Tripoli et Ankara travaillent actuellement à la construction d'un grand port en Libye sous protection turque, avec deux zones commerciales et une zone dédiée à l'entretien des bateaux.  

El presidente de Turquía, Recep Tayyip Erdogan y el primer ministro libio, Fayez Sarraj, en Ankara, Turquía, el 4 de junio de 2020
PHOTO/Presidencia turca vía AP - Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le Premier ministre libyen Fayez Sarraj à Ankara, en Turquie, le 4 juin 2020

Ce jeudi, on savait que la Russie s'était progressivement rapprochée de le GNA en prévision de la victoire de celle-ci sur les troupes de Haftar. En effet, le ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, avait rencontré le vice-président du Conseil libyen, Ahmed Maiteeq, afin de montrer son soutien à l'initiative lancée pour la reconstruction politique de la Libye. 

Cependant, Al-Arabiya a rapporté que la Turquie avait déjà rejeté la tentative russe de rapprochement, malgré le fait que Moscou ait également offert de fournir au gouvernement de Sarraj une coopération économique et politique pendant la nouvelle phase qui s'ouvre maintenant dans le pays. En outre, elle s'est engagée à retirer ses mercenaires du groupe Wagner sur le sol libyen, où ils combattent actuellement aux côtés de la LNA. Ceci en échange de la libération de deux citoyens russes, Maxim Shugaley et Samer Sueifan, qui avaient été arrêtés à Tripoli en mai 2019.

Un combatiente leal al internacionalmente reconocido Gobierno del Acuerdo Nacional (GNA)
AFP/FADEL SENNA - Un combattant fidèle au National Accord Government (NAG), reconnu internationalement

Cet épisode est un signe supplémentaire que la Turquie ne veut pas d'alliés en Libye, pour une raison simple : pouvoir réaliser ses ambitions dans ce pays d'Afrique du Nord sans avoir à se mettre d'accord ou à rendre des comptes à d'autres pays, ce qui, à l'avenir, avec des intérêts disparates, pourrait poser un problème.  

Jusqu'à présent, Ankara a déployé plus de 11 600 mercenaires syriens dans ce pays d'Afrique du Nord pour gonfler les rangs de l'Armée nationale syrienne, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (SOHR, par son acronyme en anglais). En outre, 2 500 autres sont actuellement en Turquie pour des cours de formation. Le nombre de morts parmi ces miliciens au combat s'élève aujourd'hui à 351, dont 20 mineurs qui avaient également été recrutés par Ankara.