PUBLICIDAD

Iberdrola

La vicereine créole

Almudena de Arteaga dévoile la femme qui a soutenu Bernardo de Gálvez pour l'indépendance des États-Unis et qui voulait travailler à la modernisation de l'Espagne
Almudena de Arteaga

 -   Almudena de Arteaga

Jusqu'à récemment, le Malaguène Bernardo de Gálvez (Macharaviaya, Malaga, 1746 - Tacubaya, Mexico, 1786) était pratiquement inconnu du grand public espagnol, bien qu'il soit le seul compatriote reconnu par George Washington comme l'un des héros de l'indépendance américaine, et même des siècles plus tard, en 2014, par le président Barack Obama, qui lui a accordé la nationalité honoraire.

La dernière des biographies analysant l'impressionnante carrière de ce militaire a été mise en lumière en 2018 par Gonzalo M. Quintero Saravia, lauréat du Distinguished Book Award de la Society for Military History pour la meilleure biographie publiée aux États-Unis.  Dans ce livre, (Bernardo de Gálvez, Alianza Editorial), l'auteur signale déjà que la fascinante biographie de Bernardo de Gálvez ne pourrait s'expliquer sans la présence de son épouse, Felicitas de Saint-Maxent, laissant dans l'air le défi pour quelqu'un de la découvrir.

Un défi relevé et aujourd'hui consommé par Almudena de Arteaga (1967), 20e duchesse d'Infantado, qui nous raconte l'impressionnante histoire de la vie de Felicitas de Saint-Maxent dans "La vicereine créole". La Comtesse illustrée de Galvez, une femme entre deux mondes (Ed. HarperCollins, 382 pp.). 

Almudena de Arteaga
 "La vicereine créole"

L'auteure se glisse littéralement dans la peau de son biographe et raconte à la première personne les changements frénétiques et les rebondissements de sa vie depuis ses points de vue successifs à la Nouvelle-Orléans, à La Havane, à Mexico et à Madrid, en ce milieu de XVIIIe siècle turbulent où la révolte des Treize Colonies allait impliquer les trois grands empires de l'époque - espagnol, anglais et français - dans l'indépendance américaine. Cet événement va accélérer la Révolution française et provoquer les grandes tensions en Europe qui se termineront par la grande guerre continentale napoléonienne, avec des dommages et des pertes particulières pour l'Espagne.

La belle et blonde Felicitas de Saint-Maxent est née Cajun, c'est-à-dire des colons d'origine française qui ont choisi de s'installer en Louisiane. Ils venaient de la Nouvelle-France (Canada) et, comme tant d'autres, avaient fui le siège anglais auquel ils étaient soumis avec leurs exigences tarifaires abusives. Se consacrant au commerce de la fourrure, à l'agriculture dans les grandes prairies, à l'élevage de bisons et à la vente de viande, ils ont rapidement fait fortune. 

Le Traité de Fontainebleau de 1762 et la paix de Paris qui s'ensuivit, qui mirent fin à la guerre de Sept Ans et à la défaite française contre l'Angleterre, eurent pour conséquence que la France céda à l'Angleterre le Canada et toute la Louisiane à l'est du Mississippi, laissant à l'Espagne les possessions situées sur la rive opposée à l'ouest, dont la capitale. La couronne espagnole, dont le roi Charles III a aidé son cousin Louis XVI de France dans le conflit, perd les deux Florides : l'Est, avec sa capitale à St Augustine, et l'Ouest, avec sa capitale à Pensacola.

La Louisiane cesse définitivement d'être française et, en tant qu'espagnole, elle fait partie de la capitainerie générale de Cuba. Gilberto de Saint-Maxent, le père de Felicitas, fut le premier Cajun à offrir ses services inconditionnels à Antonio de Ulloa, le nouveau gouverneur espagnol nommé par Charles III

​  Almudena de Arteaga  ​
​Almudena de Arteaga

Felicitas, toujours par l'intermédiaire d'Almudena de Arteaga, raconte avec sa vision féminine aiguë les intrigues qui se nouent autour d'elle, ce qui change notablement la perspective de l'histoire par rapport à celle qui est écrite par des auteurs masculins. L'attention exquise portée aux détails, la précision terminologique, surtout en ce qui concerne les noms qui ont donné lieu au phénomène typiquement et exclusivement de l'empire espagnol, la description de l'humeur des familles, toujours dans l'attente de nouvelles de leurs maris et fiancés en mission militaire et la colère face aux fréquentes attaques des pirates anglais, avec leurs pratiques habituelles de vol et de pillage, constituent un tableau différent et complet de la société florissante qui se formait dans le nouveau monde américain.

Veuve avant son vingtième anniversaire, puis unie et mariée à Bernardo de Gálvez, elle devint son soutien et sa confidente et partagea son désespoir face aux lenteurs administratives qui retardaient, voire empêchaient, des opérations qui auraient accéléré la défaite des Anglais et la reprise de La Mobilia et de Pensacola ou le transport des provisions que Charles III envoyait secrètement aux combattants à Washington. 

En tant que vicereine de la Nouvelle-Espagne, elle a introduit d'importantes réformes comportementales, s'est occupée de la population déjà énorme de Mexico et a aidé son mari à trouver de nouveaux modes de relation avec les groupes indigènes vivant aux confins du territoire espagnol le plus septentrional, notamment les Apaches. Elle a survécu à la longue et douloureuse maladie de la dysenterie, qui mettra fin à la vie de Gálvez au début de la quarantaine. Et, à nouveau veuve, elle a tenu la promesse faite sur son lit de mort de tout quitter et d'emmener ses enfants en Espagne pour leur éducation.

Elle a voulu et réussi à mettre en place dans les salons de sa maison madrilène les rencontres scientifiques et littéraires qu'elle avait déjà expérimentées avec un succès notable à La Havane et à Mexico, mais c'était une époque turbulente déclenchée par la Révolution française. Ceux qui avaient des origines françaises ou qui faisaient preuve d'ouverture d'esprit étaient considérés avec méfiance et suspicion, et Felicitas, bien qu'étant la veuve d'un héros et bénéficiant de la faveur et de l'amitié de plusieurs des hommes les plus influents de l'époque, ne put éviter l'exil. Une vie aussi brève que celle de son mari, mais certainement pas moins excitante et intense, et un exemple flagrant des hauts et des bas vertigineux vécus au cours d'une vie