La violence en Tunisie dix ans après la révolution : que se passe-t-il ?

Les manifestations anti-gouvernementales se poursuivent en Tunisie après les émeutes de la nuit
Una manifestante tunecina levanta una pancarta mientras los agentes de seguridad se despliegan durante una manifestación contra el gobierno en la avenida Habib Bourguiba de la capital

AFP/ FETHI BELAID   -   Una manifestante tunecina levanta una pancarta mientras los agentes de seguridad se despliegan durante una manifestación contra el gobierno en la avenida Habib Bourguiba de la capital

Une centaine de personnes ont défilé à Tunis, bravant l'interdiction de se réunir décrétée face à la dégradation de la situation épidémiologique ces dernières semaines. Malgré le confinement imposé du 14 au 17 janvier, les rues de plusieurs villes tunisiennes sont remplies chaque soir depuis vendredi de jeunes de différents quartiers.

À Tunis, des manifestants, dont de nombreux étudiants, ont scandé les slogans de la révolution de 2011, "travail, liberté, dignité nationale", sur la principale artère du pays, l'avenue Bourguiba, pour protester contre le gouvernement et réclamer la cherté de la vie, la hausse de la pauvreté et les arrestations aléatoires dans le pays.

De nombreux Tunisiens en ont de plus en plus assez de la gestion par le gouvernement de services publics médiocres et d'une classe politique qui a démontré à plusieurs reprises son incapacité à gouverner de manière cohérente.

Túnez se preparó para nuevas protestas después de que cientos de personas fueran detenidas en cuatro noches de enfrentamientos callejeros  AFP/ FETHI BELAID 
AFP/ FETHI BELAID -Un manifestant tunisien brandit une banderole alors que des agents de sécurité se déploient lors d'une manifestation antigouvernementale sur l'avenue Habib Bourguiba, dans la capitale

La Tunisie est en proie à une profonde crise économique, encore aggravée par la pandémie. Le PIB a chuté de 9 % l'année dernière, les prix ont grimpé en flèche et un tiers des jeunes sont au chômage. En outre, le secteur du tourisme a été frappé de plein fouet par la pandémie. Au premier semestre 2020, le taux de chômage est passé de 15 % à 18 %, selon l'Institut national de la statistique (INS).

Les jeunes se sont rassemblés dans les rues pour faire entendre leur colère contre le gouvernement, provoquant des émeutes, lançant des pierres, brûlant des pneus, pillant des magasins et affrontant la police, déployée dans des dizaines de localités. La police n'a pas hésité à intervenir à chaque fois, répliquant avec des gaz lacrymogènes et arrêtant des centaines de personnes.

Plusieurs organisations de défense des droits de l'homme ont accusé les forces de sécurité de faire un usage excessif de la force et ont annoncé la création d'un comité de soutien juridique pour les détenus ainsi que d'une plateforme en ligne pour recueillir les témoignages d'abus policiers.

Un manifestante tunecino levanta una jaula con la bandera durante una manifestación antigubernamental en la avenida Habib Bourguiba en la capital, Túnez, el 19 de enero de 2021  AFP/ FETHI BELAID 
AFP/ FETHI BELAID -La Tunisie se prépare à de nouvelles manifestations après l'arrestation de centaines de personnes au cours de quatre nuits d'affrontements dans les rues

Des émeutes ont éclaté dans plusieurs régions vendredi, au lendemain du 10e anniversaire de la chute de Zine el Abidine Ben Ali, chassé du pouvoir par la foule le 14 janvier 2011. Le mois de janvier est régulièrement marqué par des mobilisations sociales en Tunisie, commémorant le début du Printemps arabe.

Après trois nuits d'affrontements entre la police et de jeunes manifestants dans des zones marginalisées du pays, le ministère de l'Intérieur a annoncé lundi matin plus de 600 arrestations, selon le porte-parole du ministère, Khaled Hayouni.   

Après une cinquième nuit de troubles entre des groupes de jeunes et la police, dans un contexte de crise politique et de renforcement des restrictions pour endiguer la pandémie de coronavirus, les forces de sécurité tunisiennes ont arrêté mardi un total de 432 personnes dans différentes régions du pays.

Manifestantes se enfrentan a la policía durante los enfrentamientos en la ciudad de Ettadhamen, cerca de Túnez, el martes 19 de enero de 2021  AP/HASSENE DRIDI 
AP/HASSENE DRIDI -Un manifestant tunisien lève une cage de drapeau lors d'une manifestation anti-gouvernementale sur l'avenue Habib Bourguiba dans la capitale Tunis, le 19 janvier 2021 

Quelques heures plus tôt, une poignée de personnes s'étaient rassemblées devant un tribunal de Tunis pour demander la libération des jeunes arrêtés ces derniers jours, dont beaucoup sont mineurs.

À Ettadamen, la banlieue la plus peuplée de la capitale et l'une des plus défavorisées, des jeunes ont érigé des barricades et jeté des pierres, tandis que les policiers et la Garde nationale ont répondu par des gaz lacrymogènes pour disperser la foule, ce qui a provoqué la colère de nombreux voisins qui ont mis en garde contre le gaz qui a inondé leurs maisons.

Le Premier ministre Hichem Mechichi a donné un discours télévisé à la nation pour tenter de calmer les protestations. "Je comprends les manifestants et leur désir de s'exprimer, mais rien ne justifie le non-respect du couvre-feu nocturne, ni le pillage ou la dégradation des biens publics et privés", a-t-il déclaré.

Agentes de policía se enfrentan a manifestantes durante los enfrentamientos en la ciudad de Ettadhamen, cerca de Túnez, el martes 19 de enero de 2021  AP/HASSENE DRIDI
AP/HASSENE DRIDI-Des manifestants affrontent la police lors d'affrontements dans la ville d'Ettadhamen, près de Tunis, mardi 19 janvier 2021

Lors d'une session parlementaire plus tôt dans la journée, le ministre de la défense Brahim Bartagi a révélé l'arrestation d'éléments extrémistes infiltrant les manifestants en possession d'armes blanches et de cocktails Molotov.

Le 26 janvier, le Parlement tunisien procédera à un vote de confiance dans le remaniement du gouvernement du Premier ministre Hichem Mechichi, proposé à peine cinq mois après sa formation et touchant onze de ses vingt-cinq portefeuilles.

Sous la pression de ses alliés au Parlement, l'islamiste Ennahda et le libéral Tunisien Heart, le chef du gouvernement a introduit onze nouveaux visages, tous des hommes et pour la plupart de proches collaborateurs. Bien que la constitution ne l'oblige pas à rechercher un soutien à la Chambre, le leader a décidé de confirmer sa légitimité en pleine crise politique entre les trois présidences du pays.

Sur les réseaux sociaux, certains Tunisiens attribuent la violence à l'incapacité de la classe politique à améliorer la situation, tandis que d'autres accusent plusieurs partis politiques d'utiliser les émeutes pour "créer le chaos" et instrumentaliser la population.

El primer ministro tunecino, Hichem Mechichi, habla durante una rueda de prensa para anunciar una amplia remodelación del gabinete en la capital, Túnez, el 16 de enero de 2021  AFP/ FETHI BELAID 
AFP/ FETHI BELAID -Le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi prend la parole lors d'une conférence de presse pour annoncer un remaniement ministériel radical dans la capitale Tunis, le 16 janvier 2021

Plusieurs politiciens tunisiens ont accusé le mouvement Ennahda d'inciter aux affrontements, Abdelkrim al-Harouni, un politicien d'Ennahda, a déclaré mercredi dans une interview sur la chaîne Al-Zaytuna que le mouvement avait envoyé un appel à sa jeunesse pour soutenir les forces de sécurité contre "les manifestants et les saboteurs", ajoutant : "Quand quelqu'un attaque les propriétés publiques et privées de l'Etat, les gens d'Ennahda protégeront ces propriétés".

Les plus jeunes sont une fois de plus les protagonistes de ces révoltes, cependant, en l'absence d'un programme clair, d'une direction politique ou d'un soutien des principaux partis, il n'est pas certain que les manifestations prennent de l'ampleur ou s'éteignent, comme de nombreuses protestations précédentes l'ont fait depuis 2011.