PUBLICIDAD

Iberdrola

La violence inonde Tripoli à nouveau

Les affrontements entre milices rivales font une trentaine de morts et plus de 100 blessés dans la capitale libyenne
Trípoli

AFP/MAHMUD TURKIA  -   Des véhicules endommagés dans une rue de la capitale libyenne, Tripoli, le 27 août 2022, à la suite d'affrontements entre groupes libyens rivaux

Coups de feu, explosions, fumée et cendres. Tripoli est redevenu un champ de bataille et un enfer pour ses habitants. La violence s'est emparée de la capitale libyenne dans un scénario marqué par l'impasse institutionnelle prolongée et l'absence de solutions politiques. Le dialogue, impraticable, a donné une nouvelle chance aux armes. Les parties considèrent que seule la force peut résoudre le puzzle dans le pays d'Afrique du Nord, et le contrôle de Tripoli semble crucial pour dominer le reste du territoire. 

Les affrontements entre les groupes armés liés au gouvernement d'unité nationale (GNU) basé à Tripoli et ceux fidèles à l'exécutif parallèle basé à Misrata ont laissé une traînée de sang dans la capitale. Au moins 32 personnes ont été tuées et plus de 150 blessées dans une série d'affrontements survenus samedi, selon les chiffres du ministère de la Santé. Des nuages de fumée noire, des véhicules carbonisés et des traces de balles sur les murs inondent Tripoli. 

La dernière flambée de violence dans la capitale remonte à quelques semaines, lorsque des milices proches du Premier ministre du gouvernement parallèle, Fathi Bashagha, ont tenté sans succès de prendre d'assaut Tripoli, le fief du gouvernement d'Abdul Hamid Dbeibé. Les combats ont fait 13 morts. Bashagha a ensuite cherché à renverser le gouvernement parrainé par les Nations unies, qu'il considère comme radié pour n'avoir pas respecté les délais fixés par le Forum de dialogue politique libyen (FDPL).

Trípoli
AP/YOUSEF MURAD  -   Les forces libyennes se déploient à Tripoli, Libye, samedi 27 août 2022. Des affrontements ont éclaté aux premières heures du samedi matin entre des milices rivales dans la capitale libyenne

Cette fois, la tentative de Bashagha, ancien ministre de l'Intérieur sous le gouvernement d'entente nationale de Fayez al-Sarraj, était plus ambitieuse. La milice Haithem Al Tajouri, le plus puissant groupe armé opérant dans la capitale, et la Force Nawasi, anciennement liée à l'Armée nationale libyenne du général Khalifa Haftar, ont lancé les combats sur les ordres du Premier ministre parallèle. Les Forces spéciales de dissuasion (FSD), une milice dirigée par des islamistes, ont défendu l'enclave en soutien au gouvernement de Dbeibé. 

La Mission d'appui des Nations unies en Libye (UNSMIL), qui avait tiré la sonnette d'alarme par crainte d'une reprise des combats, a fait état de bombardements "aveugles" dans les zones résidentielles et dans le centre-ville densément peuplé. Chaque quartier avait sa propre ligne de front et des centaines de Tripolitains ont été pris entre deux feux. L'une des personnes tuées était le célèbre Mustafa Baraka, un jeune comédien qui publiait sur les médias sociaux des vidéos ridiculisant la violence armée et la corruption.

Fathi Bashagha
AP/YOUSEF MURAD  -   Fathi Bashagha, l'un des Premiers ministres rivaux de la Libye

Le point culminant de la violence a été atteint samedi après-midi, mais les dernières flambées de violence se sont calmées quelques heures plus tard. Les groupes armés fidèles au gouvernement d'unité nationale se sont emparés, avec l'aide de drones, du dernier bastion des milices ennemies, qui se sont repliées dans les faubourgs de la capitale. Dimanche, Tripoli s'est réveillée dans un calme tendu. Les citoyens retrouvent un certain sens de la normalité dans l'attente d'une nouvelle flambée de violence. 

La scène n'était pas sans rappeler l'offensive sur Tripoli lancée en 2019 par Haftar. L'Opération Dignité visait à soumettre la capitale et à faire tomber le gouvernement d'al-Sarraj, le prédécesseur du gouvernement de Dbeibé. Cette fois, Bashagha a fait de même à une échelle plus réduite, ramenant le conflit à l'échelle de la Tripolitaine sans impliquer de forces étrangères. Il a échoué dans sa deuxième tentative, mais il est peu probable qu'il s'arrête malgré ses dernières déclarations, dans lesquelles il s'est engagé à renoncer à la violence dans son action politique.

Abdul Hamid Dbeibé
AFP/MAHMUD TURKIA  -   Le Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibé, chef du gouvernement d'unité basé à Tripoli, s'exprime lors d'une cérémonie militaire dans la capitale Tripoli, le 9 août 2022

Toutefois, le bureau du procureur militaire libyen, qui relève de Dbeibé, a ordonné que Bashagha et le général Osama al-Juwaili, le chef visible des milices loyales au Premier ministre parallèle, ne puissent quitter le pays

La transition semblait être sur la bonne voie en juillet 2021 avec la nomination de l'homme d'affaires inconnu de Misrata, Abdul Hamid Dbeibé. Il sera chargé de piloter le gouvernement d'unité nationale jusqu'à la tenue d'élections générales en décembre. Cependant, les autorités de Tripoli étaient impuissantes à s'entendre avec l'administration basée à Tobrouk dans l'est. Le délai a expiré sans que les prérogatives de l'ONU ne soient respectées. 

L'impasse institutionnelle s'est intensifiée en février avec la nomination de Fathi Bashagha comme Premier ministre par le parlement de Tobrouk. Le pouvoir législatif, partisan inconstant puis farouche opposant des institutions créées sous le LDFP, a considéré que le mandat de Dbeibé avait expiré et a approuvé la formation d'un nouveau gouvernement sans base légale. Bashagha, allié à l'administration orientale, a établi son fief dans la ville de Sirte, d'où il menace le leadership de Dbeibé à l'intérieur et à l'extérieur.