L'absence des ministres des affaires étrangères marocain et algérien marque le sommet de l'UpM à Barcelone

Tous deux ont invoqué la coïncidence avec le sommet Chine-Afrique pour justifier leur absence
ministro-nasser-bourita

 -  

Le sommet de l'Union pour la Méditerranée (UpM) qui se tient aujourd'hui, lundi, à Barcelone, sera le plus réussi de l'histoire en termes de nombre de participants. Jusqu'à 20 ministres des affaires étrangères prendront part à un sommet qui revient à une participation en face à face après avoir été contraint de se tenir par voie télématique l'année dernière. Toutefois, l'événement, qui sera marqué par la crise du COVID-19 et ses variantes de plus en plus nombreuses, notera l'absence de deux des ministres les plus importants d'Afrique du Nord, ceux du Maroc - Nasser Bourita - et de l'Algérie - Ramtane Lamamra.

La rencontre en tête-à-tête entre le ministre espagnol des affaires étrangères, José Manuel Albares, et son homologue marocain avait suscité une grande attente en raison de la tension générée entre les deux pays par l'accueil du leader du Polisario, Brahim Ghali, en avril de cette année. L'ancienne ministre de l'époque, Arancha González Laya, a été inculpée et le 7e tribunal de première instance de Saragosse examine si un délit de faux documents a été commis. Après le scandale et la nomination d'Albares, le ministre a eu des conversations téléphoniques avec son homologue marocain, qu'il espère enfin voir grâce à ce forum, même si cette rencontre devra attendre pour le moment.

ministro-exteriores-argelia
PHOTO/AFP - Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra Lamamra, a déclaré que son pays avait rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en raison de ses "actions hostiles".

Bourita et Lamamra ont tous deux regretté de ne pouvoir être présents en raison de la coïncidence avec le sommet Chine-Afrique, qui débute également ce mardi dans la capitale sénégalaise, Dakar. La réunion des ministres marocains et algériens a été un autre des points les plus sensibles en raison de la grave crise diplomatique que traversent les deux pays après avoir rompu leurs relations à la fin du mois d'août. En effet, la situation, loin d'être résolue, semble se complexifier en vue d'un réarmement des deux pays, engagés dans une course aux armements.

Le sixième forum ministériel de l'Union pour la Méditerranée verra la participation de près de la moitié des pays qui la composent. Sur les 42 - les 27 de l'Union européenne et 15 de l'autre côté de la Méditerranée - 20 d'entre eux seront présents "malgré les annulations de dernière minute dues à la nouvelle variante du COVID-19", baptisée Omicron par l'Organisation mondiale de la santé. La célébration de la première Journée de la Méditerranée hier, dimanche, a été l'un des aspects qui a stimulé la participation des ministres au sommet.

brahim-ghali-líder-polisario
PHOTO/AP - Brahim Ghali, secrétaire général du Front Polisario

Les coprésidents de l'UpM, le ministre jordanien des affaires étrangères Ayman Safadi et le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère et ancien ministre espagnol des affaires étrangères Josep Borrell, ainsi que Nasser Kamel, ancien ambassadeur égyptien au Royaume-Uni et en France et actuel secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée, ont assisté au dîner de pré-sommet. Lors de cette réunion, ils ont commencé à discuter de certaines des questions qui seront abordées lors de l'événement qui aura lieu aujourd'hui et demain dans la ville catalane.

Le sommet de l'UpM est déjà la deuxième occasion frustrée d'une rencontre entre José Manuel Albares et son homologue marocain. En septembre, ils avaient prévu de tenir une première conversation en tête-à-tête lors de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, une occasion à laquelle, comme celle-ci, Nasser Bourita a annulé son voyage aux États-Unis, repoussant sans date une rencontre qui semble plus que nécessaire. Malgré les bonnes relations historiques entre l'Espagne et le Maroc, la normalisation des relations entre les deux pays n'est pas complète depuis "l'affaire du Ghali", qui a conduit au rappel pour consultations de l'ambassadrice du Royaume dans la péninsule, Karima Benyaich.

ministro-jose-mauel-albares
José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, à Islamabad (Pakistan)

Cette crise ne s'est pas arrêtée là et a entraîné l'entrée en Espagne d'environ 10 000 migrants irréguliers à travers la frontière de Ceuta. Plusieurs fronts ont déjà distancé Rabat du gouvernement espagnol, qui n'a pas montré le soutien jugé nécessaire du royaume alaouite sur la question du Sahara occidental. Il convient de rappeler que le Maroc bénéficie du soutien d'acteurs internationaux importants tels que les États-Unis. L'Espagne n'a pas réussi à trouver la clé d'un rapprochement avec les Marocains ces derniers temps, et une nouvelle occasion de rencontre entre ses ministres des affaires étrangères est attendue, pour voir s'il est vrai que la troisième fois est la bonne.