PUBLICIDAD

Marruecos

L'administration Biden renforce les relations étrangères dans la région Asie-Pacifique

Le nouvel exécutif américain s'est engagé à renforcer les liens diplomatiques dans la région Asie-Pacifique afin de contenir l'influence croissante de la Chine dans la région
el Secretario de Defensa de Estados Unidos, Lloyd Austin, el Secretario de Estado de Estados Unidos, Antony Blinken, el Ministro de Asuntos Exteriores de Japón, Toshimitsu Motegi, y el Ministro de Defensa de Japón, Nobuo Kishi, AP/KIYOSHI OTA

AP/KIYOSHI OTA  -   Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, et le ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi.

Dans ses premiers gestes, la nouvelle présidence de M. Biden opte pour une politique étrangère axée sur l'endiguement du géant chinois et le renforcement des relations diplomatiques avec les pays voisins de cette région asiatique. Dans cette ligne, la préoccupation commune des autorités japonaises et américaines face à la croissance de l'influence chinoise dans la zone indo-pacifique a conduit le chef de la défense, Lloyd Austin, et le secrétaire d'État, Antony Blinken, à engager ce qui serait les premières conversations du nouveau gouvernement américain avec leurs homologues japonais. 

Le secrétaire à la défense est arrivé au Japon lundi, tandis que le secrétaire d'État Antony Blinken le rejoindra cette semaine à Tokyo pour réaffirmer l'engagement de Washington dans la région et l'alliance entre les deux pays, après la politique étrangère de Trump avec le pays japonais basée sur la coordination et la "confiance mutuelle". 

El Secretario de Estado de Estados Unidos, Antony Blinken, a la izquierda, y el Ministro de Asuntos Exteriores de Japón, Toshimitsu Motegi AP/KIM KYUNG-HOON
AP/KIM KYUNG-HOON-Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, et le ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi, à droite.

Ce voyage se veut un signe de l'importance que le président Biden attache à l'alliance avec ses deux plus proches alliés en Extrême-Orient, le Japon et la Corée du Sud, face aux politiques de plus en plus expansionnistes de la Chine. 

Soucieux de reprendre sa présence dans la région Asie-Pacifique, le président américain Joe Biden a tenu vendredi un sommet virtuel réunissant les dirigeants de l'Australie, du Japon, de l'Inde et des États-Unis, réitérant son engagement envers la région. Cette réunion vise à contenir la puissance et l'influence de la Chine dans la région. 

El ministro de Asuntos Exteriores de Japón, Toshimitsu Motegi, flanqueado por el ministro de Defensa de Japón, Nobuo Kishi, habla con el secretario de Estado de EE.UU., Antony Blinken, y el secretario de Defensa de EE.UU., Lloyd Austin  AP/KIYOSHI OTA
AP/KIYOSHI OTA-Le Ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, flanqué du ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi, s'entretient avec le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, et le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin.

Ces pays de la Quadrilatérale connaissent des tensions croissantes avec le géant asiatique : les États-Unis mènent la grande bataille commerciale avec la Chine, malgré le changement d'administration, et ont multiplié les missions aériennes et navales en mer de Chine méridionale. D'autre part, l'Inde et le Japon connaissent plusieurs moments de tension en raison du rôle de Pékin qui revendique la souveraineté sur certains territoires du Pakistan qu'il conteste à l'Inde et que le pays accuse la Chine d'occuper illégalement. D'autre part, l'Australie a connu trois années consécutives de différends diplomatiques avec la Chine après l'imposition de droits de douane sur plusieurs produits en provenance du pays du Sud. 

Ainsi, le premier voyage officiel à l'étranger des secrétaires du nouveau gouvernement est axé sur le renforcement de ses engagements dans la région, ainsi que sur la limitation de la grande influence chinoise. Blinken et Austin devraient également aborder la pandémie COVID-19 et le changement climatique, sans oublier la menace nucléaire posée par la Corée du Nord et la situation au Myanmar après le coup d'État militaire.

El presidente de Estados Unidos, Joe Biden REUTERS/KEVIN LAMARQUE
REUTERS/KEVIN LAMARQUE-Le Président américain Joe Biden

Pendant leur séjour à Tokyo, les diplomates devraient tenir des réunions virtuelles avec des chefs d'entreprise et des membres de la société civile avant de se rendre en Corée du Sud, un allié clé dans la région. 

La présidence de Biden diffère donc de la politique étrangère de Trump après que l'Arabie saoudite ait été le premier voyage officiel du président républicain. Lors de son premier voyage, Trump a tenu une réunion avec le roi Salman bin Abdulaziz pour appeler à l'unité dans la lutte contre le djihadisme dans le monde musulman, décrivant le défi comme "une bataille entre le bien et le mal" et appelant les dirigeants arabes à "expulser les terroristes de leurs temples de prière." 

El presidente de Estados Unidos, Donald Trump, se une al rey de Arabia Saudí, Salman bin Abdulaziz al-Saud  AFP/ MANDEL NGAN
AFP/ MANDEL NGAN-Le président américain Donald Trump rejoint le roi Salman bin Abdulaziz al-Saud d'Arabie saoudite en 2017.

En termes d'influence dans la zone Asie-Pacifique, Trump a été le premier président à parler d'une nouvelle rhétorique à l'égard de la Chine après avoir qualifié le pays chinois de rival plutôt que de partenaire. 

D'autre part, la politique étrangère de Barack Obama s'est caractérisée par une tentative d'isoler la Chine par le biais de l'accord de coopération économique transpacifique auquel la plupart de ses pays voisins avaient adhéré et que Trump a annulé au cours de sa première semaine en tant que président. 

Joe Biden junto a Barack Obama PHOTO/AP
PHOTO/AP-Joe Biden junto and Barack Obama

Avec cette politique de rééquilibrage, Obama a essayé de rechercher le plus grand nombre d'alliés dans la région pour exercer un endiguement efficace contre son plus grand ennemi dans la région, la Chine. Cependant, l'administration Trump pourrait se caractériser par la perte de leadership dans cette partie de la région, une zone de grand intérêt économique et commercial non seulement pour les États-Unis, mais pour le monde entier. 

L'ancien président républicain a mené une politique agressive contre le pays chinois, notamment en matière de commerce, accusant la Chine de concurrence déloyale et de manipulation de la monnaie, ce qui a contribué, selon lui, à la destruction de milliers d'emplois aux États-Unis.

El líder de Corea del Norte, Kim Jong Un PHOTO/ Agencia Central de Noticias de Corea del Norte (KCNA)
PHOTO/  (KCNA)- Kim Jong Un

Dans ses relations avec la Corée du Nord, Donald Trump a mené une politique ferme axée sur la dénucléarisation du pays mais ses tensions croissantes ont fini par maintenir les politiques de dissuasion. 

De même, M. Biden n'a pas encore précisé quelle sera son approche de la Corée du Nord et son gouvernement est actuellement en pourparlers avec d'anciens responsables pour gérer ce qui serait la meilleure façon de répondre à la menace posée par le programme nucléaire du pays nord-coréen. 

Un haut responsable américain a déclaré samedi à la presse que l'administration démocrate avait tenté de contacter la Corée du Nord par divers moyens, y compris sa mission auprès des Nations unies, mais en vain, n'ayant reçu aucune réponse. À l'heure actuelle, les États-Unis n'ont reçu aucune nouvelle de la Corée du Nord depuis un an.