L'administration Biden va reconnaître le génocide arménien

Cette reconnaissance serait un revers pour Erdogan au milieu des frictions entre les États-Unis et la Turquie
Sur cette photo d'archives prise le 22 novembre 2014, le vice-président américain Joe Biden, à gauche, s'entretient avec le président turc Recep Tayyip Erdogan au palais Beylerbeyi à Istanbul.

AFP/BULENT KILIC  -   Sur cette photo d'archives prise le 22 novembre 2014, le vice-président américain Joe Biden, à gauche, s'entretient avec le président turc Recep Tayyip Erdogan au palais Beylerbeyi à Istanbul.

Le président des États-Unis, Joe Biden, reconnaîtra le génocide arménien dans les prochaines semaines, selon le média numérique américain GZERO. Si la nouvelle est confirmée, Biden deviendrait le premier président américain à admettre l'extermination du peuple arménien sous l'Empire ottoman.

La semaine dernière, une coalition bipartisane de 38 sénateurs a exhorté Joe Biden à reconnaître le génocide arménien perpétré par l'Empire ottoman. Une fois confirmé, le démocrate mettra en œuvre deux objectifs de son programme. Premièrement, il admettrait la demande du Sénat ; deuxièmement, il tiendrait l'une de ses promesses de campagne.

Dirigée par Bob Menendez, président de la commission des affaires étrangères du Sénat - un poste occupé par Biden lui-même depuis 1997 - la coalition a fait valoir dans une lettre adressée à l'administration que l'Empire ottoman "cherchait systématiquement à éliminer la population arménienne". La lettre reprend les déclarations précédentes du président, qui a reconnu que "la diplomatie et la politique étrangère américaines doivent être ancrées dans nos valeurs, y compris le respect des droits universels".

El senador estadounidense Bob Menéndez (demócrata por Nueva Jersey)
PHOTO/REUTERS - Le sénateur américain Bob Menendez (démocrate du New Jersey)

Dans cette lignée, et en référence aux propos tenus par Biden lors de sa campagne présidentielle, la coalition bipartisane a ajouté que ces valeurs "exigent que nous reconnaissions la vérité et que nous fassions ce que nous pouvons pour empêcher de futurs génocides et autres crimes contre l'humanité." Si nous ne reconnaissons pas le génocide, ne le commémorons pas et ne l'enseignons pas à nos enfants, les mots "plus jamais ça" perdront leur sens", indique le document.

Le gouvernement ottoman, alors dirigé par le parti nationaliste des Jeunes Turcs, a commis des crimes odieux contre la population civile arménienne à la fin de la Première Guerre mondiale et jusqu'en 1923. Au cours de cette période, on estime que près de 1,5 million d'Arméniens ont été tués par les autorités ottomanes. Certains registres en comptent même plus de 2 millions. 

La République de Turquie, successeur direct de l'Empire ottoman, n'a pas nié l'atroce persécution des chrétiens arméniens. Elle n'a pas non plus reconnu qu'il s'agissait d'une extermination massive organisée par les autorités, et affirme qu'il n'y a pas eu d'"holocauste arménien", mais plutôt des luttes interethniques causées par la crise profonde dans laquelle l'Empire a été plongé après sa défaite dans la Grande Guerre, qui s'est terminée par sa dissolution en 1922. 

Esta foto de archivo publicada por el Museo-Instituto del Genocidio Armenio muestra supuestamente a soldados junto a cráneos de víctimas del pueblo armenio de Sheyxalan en el valle de Mush, en el frente del Cáucaso durante la Primera Guerra Mundial
PHOTO/AFP - Cette photo d'archive publiée par le musée-institut du génocide arménien montre des soldats à côté de crânes de victimes du village arménien de Sheyxalan, dans la vallée de la Mush, sur le front du Caucase, pendant la Première Guerre mondiale.

Parmi les États qui, outre l'Arménie elle-même, ont déjà reconnu la catégorie de génocide, figurent le Canada, la France, l'Italie et la Russie, entre autres. Certaines régions se sont également associées à la qualification du massacre contre le peuple arménien en tant que tel, comme c'est le cas du Pays basque et de la Catalogne, en Espagne, ou de l'Ontario et du Québec, au Canada. Même le pape François n'a pas hésité à qualifier le massacre des chrétiens arméniens de "génocide" lors de sa visite à Erevan pour la commémoration du centenaire. 

Les États-Unis seraient le 20e pays à reconnaître le génocide arménien. Toutefois, si le gouvernement fédéral des États-Unis n'a pas encore achevé sa reconnaissance, pas moins de 42 États l'ont fait. Seuls 8 d'entre eux suivent la ligne de Washington : l'Alabama, le Dakota du Sud, l'Indiana, l'Iowa, le Mississippi, le Texas, le Dakota du Sud, la Virginie occidentale et le Wyoming. 

L'estimation de l'American Community Survey de 2017 a dénombré un total de 485 970 citoyens américains ayant une ascendance arménienne totale ou partielle. D'autres études donnent des estimations plus élevées, allant de 800 000 à 1,5 million. Les États-Unis sont la deuxième destination de la diaspora arménienne, après la Russie.

La population arménienne est concentrée en Californie, l'État d'origine de la vice-présidente Kamala Harris, où elle a d'abord été procureur, puis sénateur. La Californie abrite quelque 205 000 Arméniens, suivie de très loin par le Massachusetts et New York, avec respectivement 30 000 et 25 000 Arméniens. 

Avant Biden, l'ancien président Barack Obama avait la possibilité de reconnaître le génocide pendant son mandat, mais il a choisi de ne pas le faire. Cette décision a provoqué de forts désaccords au sein de son administration, bien qu'il ait par la suite justifié son refus comme une voie indispensable à une relation diplomatique stable avec la Turquie et au maintien des négociations de paix entre la Turquie et l'Arménie.

Le Sénat, malgré les objections de Trump, a adopté fin 2019 à l'unanimité, avec la Chambre des représentants, une résolution reconnaissant officiellement le génocide arménien. Pas moins de trois tentatives précédentes ont été bloquées par des sénateurs républicains, qui ont fait valoir le caractère inapproprié de cette reconnaissance. Toutefois, la résolution du Sénat n'exprimait que "le sentiment du Sénat" et non la position de l'administration.

Esta foto de archivo publicada por el Museo-Instituto del Genocidio Armenio muestra supuestamente a armenios colgados por las fuerzas otomanas en Constantinopla en junio de 1915
PHOTO/AFP - Cette photo d'archive publiée par l'Armenian Genocide Museum-Institute montre des Arméniens qui auraient été pendus par les forces ottomanes à Constantinople en juin 1915.
Plus de problèmes pour Erdogan

En tant que candidat à la présidence, Biden a tweeté le 24 avril de l'année dernière : "Si je suis élu, je m'engage à soutenir une résolution reconnaissant le génocide arménien et à faire des droits de l'homme universels une priorité absolue". Un an plus tard et avec Biden dans le bureau ovale, la reconnaissance semble proche. Si cela se produit, ce serait un fardeau de plus dans le sac à dos du président turc Recep Tayipp Erdogan. 

Ces derniers mois, surtout depuis l'arrivée de la pandémie, ont été une tempête politique à Ankara qui a entraîné une grave crise économique, politique et sociale. La livre turque est tombée à des niveaux historiquement bas, entraînant le limogeage du nouveau gouverneur de la Banque centrale, le troisième gouverneur de la Banque centrale à être limogé en moins de deux ans. 

Pendant ce temps, la popularité politique du président chute à vue d'œil. La dernière décision de l'exécutif de retirer la Turquie de la Convention d'Istanbul, le traité européen contre la violence masculine que le gouvernement turc a lui-même signé il y a dix ans, a provoqué de vives protestations dans plusieurs régions du pays. Pour apaiser le mécontentement, Erdogan a eu recours au harcèlement du HDP, le parti d'opposition pro-kurde, accusé d'être antidémocratique et d'être "en collusion avec le groupe terroriste PKK".

Le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, a déclaré que l'interdiction du HDP "renverserait indûment la volonté des électeurs turcs, sapant davantage la démocratie en Turquie et refusant à des millions de citoyens turcs la représentation qu'ils ont choisie."