L'adoption du bitcoin au Salvador est rejetée par la population

Selon les sondages, 77,5% de la population ne voit pas ou peu de sagesse dans cette décision
REUTERS/JOSÉ CABAEZAS - Una mujer realiza una transacción de Bitcoin en una oficina de apoyo de Bitcoin en la playa El Zonte en Chiltiupan, El Salvador 8 de junio de 2021

REUTERS/JOSÉ CABAEZAS  -   Une femme effectue une transaction en bitcoins dans un back-office de bitcoins sur la plage d'El Zonte à Chiltiupan, au Salvador, le 8 juin 2021

Suite à l'adoption de la crypto-monnaie Bitcoin au Salvador comme monnaie légale le mois dernier, le Centre d'études citoyennes (CEC) de l'Université Francisco Gavidia (UFG) a réalisé un sondage qui révèle que 24% des Salvadoriens considèrent la décision comme peu judicieuse et 53,5% comme pas du tout judicieuse, tandis que 12,9% disent qu'elle est juste et 6,5% très juste.

Le 8 juin, le Salvador est devenu le premier pays au monde à adopter le bitcoin comme monnaie légale parallèle au dollar, le projet de loi ayant été proposé par le président Nayib Bukele. Il a été décidé d'adopter cette loi en raison de son potentiel à aider les Salvadoriens vivant à l'étranger à envoyer des fonds chez eux. Selon le Président, cette loi peut aider à générer des emplois à court terme et favorisera l'inclusion financière de milliers de personnes qui sont en dehors de l'économie formelle.

AFP/MARVIN RECINOS - La Asamblea Legislativa de El Salvador ha aprobado una legislación que convierte a la criptodivisa Bitcoin en moneda de curso legal en el país, la primera nación en hacerlo, apenas unos días después de que el presidente Nayib Bukele
AFP/MARVIN RECINOS - L'Assemblée législative du Salvador a adopté une loi faisant de la crypto-monnaie Bitcoin une monnaie légale dans le pays, la première nation à le faire, quelques jours après que le président Nayib Bukele

La norme approuvée établit que tous les prix peuvent être exprimés en bitcoin et que toutes les contributions fiscales peuvent être payées dans la crypto-monnaie, mais que, à des fins comptables, le dollar restera la monnaie de référence. La nouvelle législation offre la liberté à la population d'utiliser l'une ou l'autre monnaie. En revanche, il oblige tous les agents économiques à accepter le bitcoin comme moyen de paiement. La principale critique du projet est sans doute la grande volatilité qui caractérise la crypto-monnaie.

Les résultats de l'enquête, menée auprès de 1 233 personnes à travers le Salvador, indiquent que les Salvadoriens ne sont majoritairement pas favorables à l'adoption des crypto-monnaies dans le pays. Dans l'ensemble, moins de 20 % des personnes interrogées ont approuvé le plan relatif aux crypto-monnaies. L'enquête a également montré que 46 % des personnes interrogées ne savaient "rien" du bitcoin. Enfin, près de 65 % ont déclaré qu'ils ne seraient pas ouverts à l'idée d'encaisser la crypto-monnaie.

Fin juin, un groupe de citoyens, dirigé par le politicien d'opposition Jaime Guevara du Front de libération nationale Farabundo Marti (FMLN), a intenté une action en justice contre le pays. Ils ont accusé l'adoption de la crypto-monnaie comme monnaie légale de n'avoir "aucune base juridique." Un membre du groupe a affirmé qu'il s'agissait "d'un décret dépourvu de légalité, dépourvu de fondement, sans tenir compte de la transcendance et des effets néfastes qu'une telle loi entraînera dans ce pays."

AFP/MARVIN RECINOS - La Asamblea Legislativa de El Salvador ha aprobado una legislación que convierte a la criptodivisa Bitcoin en moneda de curso legal en el país, la primera nación en hacerlo, apenas unos días después de que el presidente Nayib Bukele

D'autre part, vous ne pouvez pas ignorer l'empreinte que le bitcoin laisse sur l'environnement, qui implique une énorme consommation d'énergie. Mais comment une monnaie numérique peut-elle affecter l'environnement ? Tout est en ligne, il n'y a donc pas de pièces ou de billets physiques. L'action qui porte atteinte à l'environnement est ce que l'on appelle souvent "l'exploitation minière". Le monde des crypto-monnaies est basé sur un réseau informatique décentralisé. L'importante dépense d'énergie provient de l'infrastructure nécessaire pour mener à bien le processus d'extraction, en utilisant des superordinateurs qui nécessitent un puissant système de refroidissement pour résoudre des calculs complexes.

Selon le Centre for Alternative Finance de l'université de Cambridge (Royaume-Uni), si le bitcoin, au lieu d'être une ressource, était un État, sa consommation d'électricité le placerait au 27e rang de la liste mondiale en 2019, devant des pays comme la Suède et l'Ukraine. Pour cette raison, les bitcoins sont perçus comme un moyen de paiement très polluant. 

FUENTE/STATISTA GLOBAL CONSUMER SURVEY - Encuesta online de febrero a noviembre de 2020 con nuestras de entre 2.000 y 25.000 personas por país

La possibilité que cette énergie nécessaire au processus de minage des crypto-monnaies provienne de sources renouvelables est actuellement à l'étude. L'une des possibilités envisagées par le gouvernement de Bukele est l'utilisation de l'énergie géothermique à cette fin, qui est très développée au Salvador. L'énergie géothermique est l'une des sources d'énergie les plus traditionnelles du pays. Elle représente environ 23 % de l'électricité totale consommée sur le marché intérieur salvadorien.

Le principal problème de cette énergie est la mobilité, car une grande partie de cette énergie est perdue dans le transport de la source aux villes. L'avantage de l'exploitation minière du bitcoin et des crypto-monnaies est qu'une usine peut être installée n'importe où dans le monde, ce qui fait du Salvador un excellent candidat non seulement pour l'adoption du bitcoin mais aussi pour l'industrie minière des crypto-monnaies. 

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra.