L'affaire Brahim Ghali : entre l'accueil humanitaire et le passage devant la justice

Le leader du Front Polisario est accusé d'actes terroristes
Brahim Ghali, secrétaire général du Front Polisario

PHOTO/REUTERS  -   Brahim Ghali, secrétaire général du Front Polisario

En septembre 2020, j'ai publié dans Atalayar et CPLATAM un article intitulé "Chronologie terroriste du Front Polisario". L'idée d'écrire sur les actes terroristes commis par le Polisario contre des citoyens espagnols a été motivée par l'annonce de la "Conférence européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui" (EUCOCO) qui se tiendra à Las Palmas de Gran Canaria. Un rendez-vous de solidarité, non pas avec le peuple sahraoui comme on le prétend faussement, mais avec le Front Polisario ; une organisation politico-militaire responsable d'actes de piraterie contre des bateaux de pêche et d'actes terroristes contre d'innocents citoyens espagnols, au même titre que l'ETA, le Grapo et les islamistes responsables des attentats d'Atocha. 

Le fait de choisir les îles Canaries, d'où proviennent la plupart des victimes du terrorisme du Polisario et où se trouve le siège de l'Association canarienne des victimes du terrorisme du Polisario (ACAVITE), est une insulte, une provocation et un mépris pour la mémoire des victimes et de leurs familles.  

Cet article m'a été rappelé lorsque j'ai lu que le cerveau de ces actes, en sa qualité de "ministre de la défense" du Polisario à l'époque, Brahim Ghali, est hospitalisé à Logroño, admis pour des raisons humanitaires afin de bénéficier de prestations de santé.  

Le premier de ces actes terroristes a eu lieu en janvier 1976, lorsque deux bombes placées par le Polisario à côté du tapis roulant de phosphate de Bucraa ont causé la mort de Raimundo Peñalver en explosant, et trois autres travailleurs espagnols ont été gravement blessés, parmi lesquels Francisco Jimenez, père de Lucia Jimenez, présidente de l'Association canarienne des victimes du terrorisme (ACAVITE). Francisco Jiménez est resté aveugle et sourd et a vécu avec ces terribles conséquences jusqu'à sa mort en 2006. 

Brahim Ghali, qui est aujourd'hui hospitalisé en Espagne où il est soigné par des Espagnols, devrait également se souvenir des attentats qu'il a ordonné de commettre, comme celui du 26 septembre 1980 contre un bateau de pêche qui a emmené ses membres d'équipage comme otages dans sa caserne de Tindouf (Algérie), et celui du 28 septembre, deux jours plus tard, lorsque ses milices ont attaqué le bateau de pêche Costa de Terranova, enlevant 15 des membres de l'équipage ; il a fait de même avec le bateau de pêche Sarita, enlevant neuf personnes. Aux mêmes dates a eu lieu l'attaque du bateau de pêche portugais Porto Ceu, avec pour résultat qu'un marin a été tué et un autre blessé.

Je ne sais pas si Brahim Ghali se souvient du nombre d'actes terroristes, entre 1976 et 1987, commis par les bandes du Polisario sous ses ordres ? Le chiffre est d'environ 34 bateaux de pêche et plus d'une centaine de victimes, morts et blessés. Sans compter les quelque 300 personnes qui ont été enlevées et prises en otage à Tindouf (Algérie). 

Brahim Ghali, secretario general del Frente Polisario
PHOTO/AP - Brahim Ghali, secrétaire général du Front Polisario

Ces actes sont condamnables par le droit international et par le code pénal de la plupart des pays. En Espagne, ils sont considérés comme des crimes au sens de l'article 573 du code pénal. De plus, il s'agit d'actes imprescriptibles. 

L'actuel chef du Polisario, hospitalisé à l'hôpital San Pedro de Logroño pour des raisons humanitaires, devrait se souvenir, ainsi que son peuple, de l'acte de piraterie maritime contre le "Junquito" en septembre 1985, avec le bilan d'un meurtre et de six marins enlevés et emmenés à Tindouf (Algérie). Au même moment, le patrouilleur de la marine espagnole "Tagomago", qui se trouvait dans la zone, a été attaqué, entraînant la mort d'un sous-officier et la blessure de deux marins.

La réaction du gouvernement socialiste de Felipe Gonzalez, qui a admis l'activité et la présence d'une représentation du Polisario dans un régime tolérant, a été la fermeture de ses bureaux et l'expulsion de ses membres. La réaction du Polisario a été marquée par des phrases d'insultes mesquines à l'égard de l'Espagne, de son peuple et de sa presse. Le communiqué, entre autres phrases offensantes, disait : "Dans un climat dominé par l'hystérie et la manipulation effrénée des médias, et son pouvoir sur l'instinct animal, qui caractérisent une opinion publique qui a connu sa meilleure période sous un régime fasciste, le gouvernement espagnol menace de prendre des mesures disciplinaires sévères après la libération de l'équipage du bateau de pêche [...], comme le dernier épisode des scénarios établis a priori et dans lesquels elle a utilisé des ressources pour exploiter intentionnellement l'incident dont elle est la première et dernière responsable, la rupture des relations avec le peuple sahraoui, ainsi que la fermeture du bureau d'information du Front Polisario et l'expulsion des Sahraouis résidant en Espagne".

Outre les actes terroristes commis sur ordre de Brahim Ghali que je dois rappeler parce qu'il est soigné en Espagne et que j'ai cité dans mon article "Chronologie terroriste du Front Polisario", je dois rappeler qu'il est également accusé devant la justice espagnole de crimes non moins graves. Il est convoqué par le tribunal central d'instruction numéro 5 de Madrid, pour faire sa déclaration sur les accusations portées contre lui devant la justice espagnole.

Il s'agit de graves accusations présentées par l'Association Sahraouie pour la Défense des Droits de l'Homme (ASADEH) qui consistent en génocide, meurtre, torture, disparitions et terrorisme. Dans ces accusations, les victimes sont des Sahraouis qui se trouvaient dans les camps contrôlés par le Polisario à Tindouf (Algérie).  Parmi les plaignants, on se souviendra de Saadani Maoulainine, une femme dont le père a été tué sous la torture et qui, à l'âge de huit ans, a été arrachée au sein de sa famille et envoyée à Cuba pour y être endoctrinée.

Il y a une autre plainte déposée devant la Cour de Séville par une autre femme sahraouie, Khadijatou Mahmoud, pour le crime de viol. Elle affirme dans son accusation avoir été victime d'un viol par Brahim Ghali. 

Pendant toutes ces longues années, ni le Polisario ni son chef actuel, Brahim Ghali, n'ont jamais exprimé de repentance, ni demandé pardon à leurs victimes. 

Malgré les dommages irréparables commis par cet individu à la tête du Polisario et pensant qu'il est accusé devant la justice espagnole de génocide, terrorisme, meurtre et bien d'autres choses, il arrive hardiment en Espagne sous une fausse identité, sous le nom de Mohamed Benbetouch, avec un passeport algérien, cachant sa véritable identité. Exactement comme n'importe quel terroriste ordinaire de son espèce. 

Brahim Ghali

L'Espagne, malgré tous les actes terroristes cruellement commis contre des citoyens espagnols innocents et d'autres contre les Sahraouis, a montré et montre une grande générosité et un haut niveau d'humanisme que cet individu manque et n'a jamais eu quand il a cruellement ordonné les crimes de terrorisme.  Car malgré toutes les peines, l'individu est accueilli et reçoit les soins médicaux nécessaires ; mais le gouvernement espagnol précise qu'il est accueilli strictement pour des raisons humanitaires, comme l'a déclaré le ministre des affaires étrangères. C'est précisément sur ce point que résident le grand message et la grandeur de l'Espagne. Celle de fournir une assistance même aux meurtriers présumés de ses citoyens. En effet, "M. Ghali a été transféré en Espagne pour des raisons strictement humanitaires afin de recevoir des soins de santé", a déclaré la ministre des affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, lors d'une conférence de presse. 

Ces avantages sanitaires de l'Espagne acquièrent une importance et une valeur particulières, lorsque le pays même qui abrite Ghali et ses milices, l'Algérie, les arme, les entraîne, et de là, ils sont partis pour attaquer les bateaux de pêche et revenir avec des otages espagnols. Ce pays est aujourd'hui paradoxalement obligé d'envoyer Ghali dans le pays qu'il a tant endommagé en s'attaquant à ses citoyens.

La ministre Arancha Gonzalez Laya, dans de récentes déclarations, a expliqué que l'action du gouvernement dans cette affaire est due à "des raisons de strict respect de l'engagement humanitaire", mais a assuré en même temps que le gouvernement est sérieux dans sa collaboration avec la justice. "Nous respectons la loi, y compris l'obligation de collaborer avec la justice espagnole", soulignant que "c'est une chose que le gouvernement prend très au sérieux."

Cela signifie que la fourniture de services de santé pour des raisons strictement humanitaires ne doit absolument pas être confondue avec l'obligation que Brahim Ghali, en tant que chef du Polisario, accusé de nombreuses et très graves accusations, une fois hors de danger grâce à cette assistance humanitaire, devra comparaître devant la justice espagnole et faire face à ses victimes.