PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Afghanistan s'effondre sous l'œil attentif des États-Unis et de l'OTAN

L'escalade de la violence touche également des pays voisins comme l'Iran, les talibans ayant assassiné le frère du chef d'un groupe opposé au régime iranien
retirada-tropas-estados unidos-afganistan

AFP/ WAKIL KOHSAR  -   La guerre en Afghanistan, qui a débuté après les attentats du 11 septembre 2001, a coûté la vie à des dizaines de milliers d'Afghans et à quelque 2 400 soldats américains

L'Afghanistan vit ses pires heures face à la passivité des États-Unis et de l'OTAN. L'annonce du retrait de toutes les troupes internationales du pays d'Asie centrale a marqué le début de la fin. Depuis mai dernier, coïncidant avec le début du retrait de l'armée américaine, les talibans ont lancé une offensive dans tout le pays, qui s'est intensifiée la semaine dernière. Les insurgés ont pris le contrôle de six capitales provinciales en à peine une semaine face à l'inaction de l'Occident, qui réitère son engagement à retirer toutes ses troupes du pays d'ici septembre.

Les États-Unis sont pleinement conscients des conséquences du retrait de leurs troupes et de la coalition internationale d'Afghanistan. En juin dernier, le Wall Street Journal (WSJ) a publié un rapport des services de renseignement américains qui déterminait que le gouvernement afghan pourrait tomber en six mois seulement après le retrait des dernières troupes internationales du pays. Selon le WSJ, les services de renseignement avaient jusqu'à présent fait valoir que le gouvernement afghan pouvait tenir jusqu'à deux ans, mais à la suite de l'évolution rapide de la situation sur le terrain, de nouvelles analyses ont montré que la situation en Afghanistan était sombre. 

tropas-estados-unidos-afganistan
AFP/ WAKIL KOHSAR - Un marine américain regarde des soldats de l'armée nationale afghane hisser le drapeau national afghan sur un véhicule armé lors d'un exercice d'entraînement à la pose d'engins explosifs improvisés

Depuis que ce rapport a été rendu public il y a deux mois, la situation s'est détériorée. Les négociations entre les talibans et le gouvernement de Kaboul sont au point mort. En juillet dernier, les dirigeants des deux parties se sont à nouveau rencontrés à Doha, au Qatar, pour tenter de trouver une solution à l'escalade de la violence dans le pays, mais une fois encore, les négociations sont restées "non concluantes". Le médiateur qatari Mutlaq al-Qahtani a déclaré que les deux parties avaient "à peine convenu" d'essayer "d'éviter les pertes civiles".

Malgré le fait que les pourparlers de Doha s'éternisent, facilitant l'avancée des talibans dans le pays et renforçant ainsi leur position de négociation, les États-Unis ont de nouveau souligné qu'"un règlement politique est la seule voie vers la stabilité et le développement en Afghanistan". Les États-Unis ne sont pas prêts à revenir sur leur décision de retirer leurs troupes, alors que la prise de capitales telles que Kunduz, il y a plusieurs années, a conduit les États-Unis à intervenir à deux reprises pour arracher la capitale du nord de l'Afghanistan aux talibans. Il semble désormais que la chute de six capitales provinciales en moins d'une semaine, dont Kunduz, ne constitue plus une menace. 

firma-acuerdos-paz-doha-taliban-afganistan
AFP/KARIM JAAFAR - Le représentant spécial des États-Unis pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, et le cofondateur des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, signent l'accord à Doha

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, lors d'une conférence de presse lundi, et face à la situation de plus en plus préoccupante en Afghanistan, a une nouvelle fois fait savoir que les États-Unis se retirent du pays d'Asie centrale et que "c'est leur pays à défendre maintenant". C'est leur combat". Dans le même ordre d'idées, M. Kirby a souligné que l'armée afghane "dispose de nombreux avantages que les talibans n'ont pas, et ils doivent les utiliser". Conformément à la nouvelle politique adoptée par les États-Unis en Afghanistan, qui implique une "solution politique", l'envoyé américain en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, s'est rendu à Doha pour "aider à formuler une réponse internationale conjointe à la détérioration rapide de la situation en Afghanistan".

Selon un communiqué de presse du département d'État américain, M. Khalilzad participera à plusieurs séries de réunions prévues sur trois jours dans le but de "faire pression sur les talibans pour qu'ils mettent fin à leur offensive militaire et instaurent un cessez-le-feu". Il est peu probable que les insurgés cèdent à la pression américaine, surtout à un moment où ils sont très présents dans tout le pays et ont même pris le contrôle de certaines capitales sans grande résistance, comme ce fut le cas dans la ville d'Aybak, capitale de la province septentrionale de Samangan. Aybak est devenue hier la sixième capitale régionale du pays à tomber aux mains des fondamentalistes, après que les forces nationales se soient rendues aux combattants sans grande résistance.

representantes-taliban-afganistan.
PHOTO/AP - Membres de la délégation des Talibans

Les talibans parlent déjà d'une éventuelle prise de Kaboul, chose inimaginable avant le retrait des troupes internationales. S'adressant à RIA Novosti, le porte-parole principal du groupe, Zabihullah Mujahid, a déclaré que "la décision d'une offensive contre Kaboul sera prise après la capture des autres provinces de l'Afghanistan". "Nos forces avancent à un rythme modéré et Mazar-e-Sharif tombera bientôt", a-t-il déclaré. Les talibans et les forces afghanes sont engagés dans des combats dans au moins 11 des 34 provinces du pays, ce qui signifie qu'environ la moitié du territoire afghan est soit contesté, soit sous le contrôle des fondamentalistes. Une avancée sans précédent qui est en cours depuis mai dernier et qui s'est intensifiée au cours de la semaine dernière.

L'Afghanistan semble destiné à vivre dans un maelström de violence et d'instabilité. L'histoire semble se répéter, et après le départ des troupes étrangères, les talibans parviendront à reprendre le territoire au détriment de la population civile. Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a signalé que 27 enfants ont été tués et 136 autres blessés dans les combats en cours au cours des 72 dernières heures. Malgré l'aggravation de la situation dans le pays d'Asie centrale, l'Afghanistan reste seul, comme en témoigne le départ des troupes américaines de la base de Bagram, un retrait qui s'est effectué à peine couvert et de manière presque furtive, dans le but de ne pas offrir un sentiment de défaite de la part des États-Unis, qui après 20 ans laissent un pays à la merci de ceux qu'ils ont renversés en 2001.