PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Afrique de l'Ouest peut-elle montrer la voie en créant une industrie textile plus durable ?

Le textile et la mode constituent le deuxième polluant industriel au monde, derrière le pétrole et le gaz
PHOTO - África: resumen del año económico 2020

PHOTO -  -   Afrique : bilan de l'exercice 2020

Le secteur du textile et de la mode devant être l'un des principaux moteurs de la croissance post-COVID-19 en Afrique de l'Ouest, les parties prenantes et les principaux acteurs du secteur explorent les moyens de mettre en œuvre des pratiques durables et de rendre le secteur plus respectueux de l'environnement.

Bien que l'on ne l'inclue pas instinctivement parmi les plus gros pollueurs du monde, l'industrie du textile et de la mode est un acteur clé du changement climatique, puisqu'elle est responsable d'environ 10 % des émissions mondiales de carbone.

En effet, avec des émissions annuelles de 1,2 milliard de tonnes avant la pandémie, l'industrie est le deuxième pollueur industriel derrière l'industrie pétrolière et gazière, dépassant les émissions de tous les vols et transports maritimes internationaux réunis.

L'eau nécessaire à la production du coton est un facteur important de l'empreinte carbone du secteur. Par exemple, il faut environ 20 000 litres d'eau pour produire 1 kg de coton, ou un T-shirt et une paire de jeans.

PHOTO/AFP - Mineros en el asentamiento Wonderkop en Marikana, cerca de Rustenburg, Sudáfrica, el 15 de mayo de 2020
PHOTO/AFP -Des mineurs dans le campement de Wonderkop à Marikana, près de Rustenburg, en Afrique du Sud, le 15 mai 2020.

En outre, avec jusqu'à 8 000 produits chimiques utilisés pour transformer les matières premières en vêtements, la Banque mondiale estime que 20 % de la pollution industrielle mondiale de l'eau provient de la teinture et de la finition des tissus.

Un autre facteur important de l'empreinte écologique du secteur est la grande quantité de vêtements produits pour répondre aux besoins de la "fast fashion" moderne. On estime à 500 milliards de dollars la valeur des vêtements perdus chaque année en raison des vêtements portés pendant une courte période et non recyclés, dont une grande partie finit incinérée ou mise en décharge.

Favoriser la durabilité environnementale

Pour lutter contre l'impact environnemental de l'industrie du textile et de la mode, plusieurs acteurs du secteur s'orientent vers des modes de fonctionnement plus durables.

Par exemple, Jendaya, un détaillant de mode en ligne basé au Royaume-Uni et spécialisé dans l'Afrique, évite le plastique et expédie ses produits dans des emballages en carton recyclable.

AFP/FADEL SENNA  -   Un empleado de la fábrica trabaja en una línea de montaje de coches en la planta de montaje de coches de Kenitra PSA
AFP/FADEL SENNA  -  Un employé de l'usine travaille sur une chaîne de montage de voitures à l'usine de montage de voitures de PSA Kenitra.

L'entreprise fait également partie d'un nombre croissant d'entreprises qui soutiennent les petits créateurs qui produisent des vêtements en petites quantités sur commande, réduisant ainsi les déchets et la quantité de vêtements envoyés à la décharge.

Parmi les autres exemples d'entreprises africaines qui encouragent la production locale en utilisant des matériaux naturels dans le cadre de modèles sur mesure, citons Nehanda & Co au Zimbabwe, Naked Ape en Afrique du Sud, Nkwo au Nigeria et Awa Meité au Mali.

Des efforts sont également déployés pour soutenir cette approche au niveau institutionnel. Fashionomics Africa, une initiative développée par la Banque africaine de développement, vise à développer une chaîne de valeur textile durable et à contribuer à la création de modèles commerciaux permettant de conserver les vêtements en usage, d'utiliser des matériaux renouvelables et de recycler les vieux vêtements en nouveaux produits.

Arise, basée en Inde, est une autre entreprise qui propose des solutions durables dans la chaîne de valeur du textile en Afrique de l'Ouest.

Pixabay  -   Calle transitada en Ghana
Pixabay  -   Rue animée au Ghana

En plus des projets industriels existants au Gabon, en Mauritanie et en Côte d'Ivoire, la société construit deux parcs textiles au Togo et au Bénin. Les sites, qui s'approvisionnent en matières premières, égrènent le coton et traitent et fabriquent des produits finis, mettront l'accent sur les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans tous les aspects de l'opération.

Par exemple, parmi les références en matière de durabilité du parc textile au Togo, citons la transformation de coton provenant à 100 % de sources durables, conformément aux normes de Cotton Made in Africa, et l'utilisation d'une électricité 100 % renouvelable, ce qui permet de compenser 20 tonnes d'émissions de carbone par jour. Le site réutilisera également 90 à 95 % de l'eau utilisée pendant le traitement et répondra à des certifications internationales indépendantes pour la teinture et la finition des tissus.

Avantages économiques

Les avantages d'une telle approche ne sont pas seulement environnementaux. L'augmentation de la production textile sur le continent constituera également un atout économique pour la région, car les pays continuent de se remettre du COVID-19.

En fait, en avril, l'Alliance africaine pour l'économie circulaire, une coalition dirigée par des gouvernements qui promeut des solutions durables sur le plan environnemental et social pour le développement économique, a identifié l'industrie du textile et de la mode comme l'un des "cinq grands paris", avec les systèmes alimentaires, l'environnement bâti, l'électronique et l'emballage, qui pourraient stimuler le développement durable du continent à l'avenir.

AFP/FADEL SENNA  -   Trabajadores empaquetan mascarillas desechables en una línea de producción en Casablanca (Marruecos) el 10 de abril de 2020
AFP/FADEL SENNA  -   Des travailleurs emballent des masques jetables sur une ligne de production à Casablanca, au Maroc, le 10 avril 2020.

La question est particulièrement pertinente pour l'Afrique de l'Ouest. Environ les trois quarts du coton du continent sont produits dans la région ; cependant, la plupart de ce coton est expédié en Asie du Sud et de l'Est pour y être transformé, ce qui signifie que les pays d'Afrique de l'Ouest perdent une grande partie des avantages économiques à valeur ajoutée traditionnellement associés à l'industrie textile.

Chaque année, les principaux pays producteurs de coton d'Afrique de l'Ouest, à savoir le Bénin, le Burkina-Faso et le Mali, exportent 1,8 million de tonnes de coton brut pour une valeur de 922 millions de dollars, mais importent ensuite pour 2,4 milliards de dollars de textiles et de vêtements en coton finis.

Afin de remédier à cette situation, le parc textile d'Arise au Togo vise à transformer 56 000 tonnes de fibres de coton, d'une valeur de 73 millions de dollars, en 1,5 milliard de dollars de vêtements. La société affirme que la construction et l'exploitation du site permettront de créer 20 000 emplois directs et 80 000 emplois indirects, garantissant ainsi qu'une grande partie des bénéfices profitera aux communautés locales.

Pendant ce temps, au Bénin, où l'industrie du coton représente 12 % du PIB et 60 % des recettes industrielles, le gouvernement joue un rôle actif dans la promotion de la production nationale, en mettant en œuvre une interdiction de 30 % des exportations de coton fibre d'ici la fin de 2021, puis de 70 % d'ici 2022 et de 100 % d'ici 2023.