L'Afrique du Sud détecte une nouvelle variante du coronavirus

Le pays sud-africain a trouvé une nouvelle variante différente de celle du Royaume-Uni qui accentue la deuxième vague dans la nation
Atalayar_COVID19 Sudáfrica

Shutterstock/Mukurukuru Media  -   Une femme vérifie sa température à Limpopo, en Afrique du Sud

La conclusion de cette 2020 ne pouvait pas manquer une touche finale pour caractériser cette année à oublier. Une nouvelle variante du coronavirus a été détectée en Afrique du Sud et provoque une deuxième vague d'infections. Quelques jours après que le Royaume-Uni ait confirmé la détection d'une nouvelle souche du virus, le ministre sud-africain de la santé a confirmé vendredi l'emplacement de la variante du virus dans la région.

L'Afrique du Sud connaît une augmentation du nombre de cas et d'hospitalisations, ainsi que de décès. Cela a été causé par l'émergence d'une variante du coronavirus. La nouvelle variante est appelée 501.V2 et a été détectée lors de récentes infections en Afrique du Sud. Le professeur Ian Sanne, membre du comité consultatif ministériel sur COVID-19, affirme qu'il s'agit d'une nouvelle variante et non d'une nouvelle souche.

Les médecins sud-africains ont remarqué qu'un plus grand nombre de jeunes patients développaient une maladie grave sans souffrir d'autres pathologies antérieures. Il est plus transmissible et a une charge virale plus forte. Ils notent également que la nouvelle variante est susceptible de se répandre rapidement par rapport à la précédente. Mais on pense encore qu'il est trop tôt pour savoir à quel point c'est grave.

Des scientifiques sud-africains étudient si cette variante peut être traitée avec les vaccins COVID-19 récemment découverts. Selon le président du comité ministériel du conseil du gouvernement, le professeur Salim Abdool Karim, le nouveau type de virus est le plus dominant dans la nouvelle vague d'infections.

Zweli Mkhize, le ministre sud-africain de la santé, a rapporté sur Twiter qu'"une variante du SARS-COV-2, actuellement appelée 501.V2, a été identifiée par nos génomistes ici en Afrique du Sud". Elle est à l'origine de la deuxième vague que connaît le pays.

De nouvelles restrictions ont été décrétées le 14 décembre pour tenter de contrôler la propagation de la deuxième vague de COV-19. Un grand nombre d'infections se sont produites dans les provinces du Cap-Occidental, du Cap-Est, du Gauteng et du KwaZulu Natal.

L'Afrique du Sud est le cinquième pays le plus touché par le virus, mais elle maîtrise l'agent pathogène depuis le mois d'août. Elle compte actuellement plus de 8 500 personnes hospitalisées.

Au Royaume-Uni, une souche du virus a été détectée, différente de celle de l'Afrique du Sud. Le ministre britannique de la santé, Matt Hancock, a déclaré que la situation est hors de contrôle. La nouvelle variante se propage 70 % plus vite que le virus que nous connaissons déjà. Mais il n'y a pas de confirmation qu'il soit plus mortel et qu'il ait un impact sur les vaccins déjà développés.

La variante découverte au Royaume-Uni est connue sous le nom de VUI 202012/01 et pourrait provenir de Londres ou du Kent en septembre. Selon Patrick Vallance, directeur scientifique du gouvernement britannique, "non seulement elle progresse plus vite, mais elle devient la variante dominante".

Pour empêcher la propagation de cette nouvelle variante, la Suisse a annoncé qu'elle interdirait l'entrée aux personnes en provenance du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud. Il prévoit également une quarantaine de dix jours pour les personnes arrivées de ces destinations à partir du 14 décembre. Et il a interdit les voyages touristiques dans les deux pays, avec des exceptions spécifiques.

De même, l'interdiction d'entrée des passagers en provenance de ces pays sera donnée en Allemagne, en Turquie, au Danemark, en Espagne - décidée aujourd'hui, lundi, en même temps que le Portugal - entre autres.