L'agitation sociale en Tunisie éclate face à la crise économique

Les protestations s'intensifient dans la région de Tataouine, où le chômage avoisine les 30 %
Des manifestants tunisiens affrontent les forces de sécurité dans la ville de Tataouine, au sud du pays, le 22 juin 2020

AFP/FATHI NASRI  -   Des manifestants tunisiens affrontent les forces de sécurité dans la ville de Tataouine, au sud du pays, le 22 juin 2020

Dans la ville de Tataouine, située à 500 kilomètres au sud de la capitale, Tunis, la principale activité économique de la région où elle se trouve est l'agriculture, puisqu'elle dispose d'importants champs d'oliviers, de légumes et d'asperges, entre autres. Elle produit également de la viande rouge et du lait. L'industrie est naissante. Actuellement, le gouvernement compte 11 entreprises industrielles, qui emploient 10 personnes ou plus, dans les secteurs de la construction, du textile et de l'alimentation. Dans la région, il existe également un champ pétrolier, El Borma, qui a une capacité de production de 14 millions de barils.

Cependant, parmi sa population - quelque 150 000 personnes - elle compte près de 30 % de chômage, soit le double de la moyenne nationale. L'Institut Tunisien de Compétitivité et d'Economie Quantitative (ITCEQ), dans un rapport publié en 2018, avait déjà averti que Tataouine était la région du pays ayant le plus faible niveau d'attractivité économique, se démarquant également négativement en raison de son incapacité à absorber l'offre d'emploi.  

Aujourd'hui, l'apparition de la pandémie de coronavirus a encore aggravé la crise économique à laquelle est confronté le pays - jusqu'à 20 % des PME pourraient faire faillite - et, en particulier, cette zone du sud. La dernière étude d'Oxfam Tunisie, publiée le 17 juin, montre comment les inégalités au sein du pays se sont aggravées en raison de l'apparition du COVID-19. « Les écarts observés en matière d'éducation, de santé, de pauvreté et d'infrastructures, voire d'accès à l'emploi, ne cessent de s'accroître entre les régions côtières, où se concentrent les opportunités économiques, et les régions intérieures, peu industrialisées, qui accumulent les difficultés », prévient l'organisation. « Un habitant de Tataouine, la région la plus touchée par le chômage (28,7 %), a quatre fois plus de chances d'être au chômage qu'un habitant de Monastir [une zone côtière privilégiée] », indique le rapport.  

Los tunecinos exigen la liberación de los manifestantes detenidos frente al tribunal local de Tataouine, el 23 de junio de 2020
AFP/ FATHI NASRI - Les Tunisiens demandent la libération des manifestants arrêtés devant le tribunal local de Tataouine le 23 juin 2020

Pendant plusieurs semaines, les manifestants avaient bloqué les routes autour de la station de pompage isolée d'El-Kamour pour empêcher les camions-citernes d'entrer dans l'installation dans le cadre d'une manifestation pacifique. Cependant, dimanche, les manifestations se sont intensifiées avec la combustion de pneus dans la ville et des affrontements avec les forces de sécurité, qui ont reçu des jets de pierres, auxquels elles ont répondu par des gaz lacrymogènes. Les manifestants exigeaient la libération du militant Tarek Haddad, une figure clé du mouvement, qui avait été arrêté la veille dans le cadre des manifestations. Selon le gouverneur de Tataouine, Adel Werghi, Haddad était « recherché » par les autorités, et son avocat a rapporté qu'il est accusé d'« outrage à un fonctionnaire », de « participation à une réunion susceptible de troubler la paix publique », d'« outrage à travers les réseaux sociaux » et d'« entrave à la circulation sur les routes par la force ». Sa première audition aura lieu le 2 juillet, a appris l'AFP. Le ministère de l'intérieur a également annoncé l'arrestation de 10 personnes ce jour-là, accusées d'avoir tenté d'attaquer des postes de police avec des cocktails Molotov. « La situation est dangereuse dans notre région. De la fenêtre de ma maison, je vois les forces de police lancer des gaz lacrymogènes au hasard et poursuivre de jeunes hommes », a déclaré un habitant, Ismail Smida, dans Reuters. 

En réponse, lundi, la Confédération syndicale tunisienne UGTT a appelé à une grève générale dans le bureau du gouverneur pour « usage excessif et injustifié » de la force contre les manifestants. Les services publics et les institutions de l'État ont été fermés, tandis que les magasins sont restés ouverts. La tension s'est tellement accrue cette semaine que le ministère de la défense du pays a autorisé le déploiement de l'armée pour tenter de mettre fin à la rébellion sociale. Il convient de mentionner à ce stade que de nouvelles grèves ont déjà été appelées pour les 6 et 7 juillet dans le gouvernorat de Sousse, sur la côte tunisienne.  

Sede de la Unión General de Trabajadores Tunecinos (UGTT) en Túnez
REUTERS/ZOUBEIR SOUISSI - Siège de l'Union Générale des Travailleurs Tunisiens (UGTT) à Tunis
Que demandent les manifestants ? 

Les Tunisiens de Tataouine exigent la mise en œuvre des accords conclus en 2017 avec le gouvernement, qui prévoyaient un investissement de 80 millions de dinars tunisiens par an - environ 28 millions de dollars - pour relancer l'économie locale et créer des emplois afin de réduire le taux de chômage élevé. Les manifestants ont obtenu ce pacte après trois mois de sit-in à El-Kamour, qui ont bloqué les vannes des oléoducs en interrompant le pompage du pétrole. Le ministre de l'emploi, Imed Hammami, a ensuite déclaré que l'accord serait « bénéfique pour tous, pour la région de Tataouine et pour la Tunisie en général ». « Les demandes des jeunes seront satisfaites », s'est engagé le politicien.

Cependant, trois ans plus tard, l'UGTT affirme que l'accord n'a jamais été respecté. « Une partie seulement des milliers d'emplois promis ont été créés, dans les compagnies pétrolières ou les structures de maintenance environnementale », rapporte France TV Info. « Face à une infrastructure détériorée qui consacre l'isolement et la marginalisation, les jeunes du bureau du gouverneur ont fait campagne pendant des années pour obtenir la priorité dans la passation de contrats avec les entreprises extractives opérant dans la région et avec les sous-traitants sur le terrain. Plusieurs accords ont été signés à cet égard, mais tout cela n'était qu'un mirage », ajoute l'analyste Mohamed Ben Abderrazek de Tunisie Numérique.  

Vista general de la estación de petróleo y gas de El Kamour, en el estado meridional de Tatatouine, en Túnez, el 24 de mayo de 2017
AFP/ KHALED EL HOUCH - Vue générale de la station pétrolière et gazière d'El Kamour dans l'État de Tatatouine, au sud de la Tunisie, le 24 mai 2017
Lacune dans le gouvernement tunisien 

Les protestations ont éclaté à un moment sensible de la vie politique du pays. Le président Kais Saied, qui était en visite à Paris, la capitale française, lundi, a été approché par des partisans des manifestants tunisiens qui appelaient « Tataouine, n'abandonne pas ». Selon un témoin, consulté par France 24, le président a proposé de recevoir à son retour au palais présidentiel des représentants des protestations de la région sud. Dans une interview accordée à la publication, le président tunisien a également demandé aux manifestants de lui présenter des « projets de développement ». Cependant, il a également utilisé son discours pour attaquer le gouvernement, en disant que les manifestations « sont le résultat d'un manque d'écoute des autorités » et que la réponse de la police, avec l'utilisation de la force, « n'était pas la solution ».  

El presidente de Túnez, Kais Saied
PHOTO/REUTERS - Le Président de la Tunisie, Kais Saied

Le Premier ministre Elyes Fakhfakh, qui est soutenu par le parti islamiste Ennahdha, considéré comme le bras politique des Frères musulmans dans le pays, a été largement critiqué pour sa gestion de la pandémie et maintenant aussi pour un scandale impliquant un conflit d'intérêts entre l'État et une société privée qu'il possède, à laquelle il aurait attribué deux appels d'offres publics.  

Le groupe Ennahdha est également actuellement au centre de la controverse à travers la figure de Rached Ghannouchi, le leader du parti et président du parlement du pays, qui a été accusé de permettre l'ingérence extérieure d'autres acteurs tels que la Turquie et le Qatar dans la politique tunisienne, notamment dans la crise qui touche son voisin, la Libye, plongé dans une guerre civile depuis 2011.

« Ennahdha cherche à influencer certaines décisions et je n'aime pas être piétiné », a prévenu Saied dans son interview sur la chaîne française. « Il y a un État, il y a un chef d'État, et il n'y a qu'une seule diplomatie tunisienne dirigée par le chef d'État », a-t-il déclaré alors que Ghannouchi félicitait publiquement le Premier ministre libyen Fayez Sarraj, chef du gouvernement d'unité nationale (GNA, par son acronyme en anglais), pour sa victoire militaire à Tripoli sur l'Armée de libération nationale (LNA, par son acronyme en anglais).