PUBLICIDAD

Iberdrola

L'agriculture biologique en plein essor au Maroc

Le pays alaouite a connu un essor de l'agriculture biologique pour ses produits frais, tant dans la région elle-même que pour l'exportation
PHOTO/PIXABAY – Agricultura orgánica

PHOTO/PIXABAY  -   Agriculture biologique

L'engagement du Maroc en faveur de l'utilisation de l'agriculture biologique est en plein essor. L'année dernière, le pays maghrébin comptait déjà 10 300 hectares consacrés à la culture de produits biologiques, une activité qui a connu une forte croissance au fil des décennies puisqu'en 2011, on ne comptait que 4 000 hectares dédiés à ce type d'agriculture. Reda Tahiri, président de l'Union des agriculteurs marocains, a accordé une interview à l'agence de presse AFP, dans laquelle il a reconnu le travail et les efforts des agriculteurs de son pays pour la croissance, mais a admis que le niveau d'importance accordé à ce type d'agriculture doit encore augmenter. "Cela reste bien en deçà du potentiel d'un pays agricole comme le Maroc", a-t-il déclaré dans l'interview.

Depuis 1986, le Maroc se consacre essentiellement à la production d'olives, mais l'environnementalisme s'est développé très rapidement ces dernières années et la production a dû être divisée en huit régions principales, qui se consacrent exclusivement à l'agriculture biologique. Il s'agit de Rabat, qui représente 14% de la production biologique totale et constitue 80% du territoire biologique, Azzemour, Fès, Taza, Beni Mellal, Marrakech, Agadir et Taroudant. Le Royaume compte également 300 000 hectares de plantes aromatiques et médicinales cultivées, telles que l'arganier et le cèdre, qui se trouvent dans presque toutes les régions et dont la plupart sont cultivées spontanément. Marrakech se distingue comme le principal lieu de culture de ces herbes. Le safran fleurit à Taroudant et le câpre pousse davantage à Fès que dans les autres régions. La production de fruits provient de Marrakech et d'Agadir, où les conditions climatiques font de ces régions du pays un endroit propice à la culture des arbres fruitiers

agricultura marruecos
PHOTO/PIXABAY - Agriculture biologique

Ces dernières années, le secteur a enregistré de très bons résultats. En 2019, 120 000 tonnes de produits biologiques ont été collectées, ce qui est plus que les 40 000 tonnes seulement collectées en 2010. Et avec ce boom, de très bonnes données ont également été collectées dans les importations et exportations locales. Selon le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement, en 2020, le royaume alaouite a exporté environ 130 tonnes de légumes biologiques vers l'Union européenne, le Canada, la Suisse et les États-Unis. Au sein même du pays, la croissance est très importante puisqu'en 2013, il n'y avait que 81 hectares sur 1 200 consacrés à la production d'aliments biologiques. Selon Tahiri, cela est dû au fait que "la sensibilisation des consommateurs et l'augmentation des marges bénéficiaires des producteurs doivent s'accélérer".

PHOTO/PIXABAY - Agricultura orgánica
PHOTO/PIXABAY - Agriculture biologique

Le secteur agroalimentaire marocain connaît un essor ces dernières années, grâce au plan Le Maroc Vert, lancé en 2008 par le gouvernement et toujours en vigueur aujourd'hui. Dès le départ, cette idée était axée sur la modernisation du secteur pour obtenir une plus grande productivité et sur la recherche de meilleures conditions pour les agriculteurs, surtout les plus petits, avec le lancement de subventions et de coopératives pour renforcer leur travail. Ces dernières années, ces subventions sont allées d'un taux d'aide de 90 % pour les surfaces égales ou supérieures à 0,5 hectare, avec 10 000 dirhams prévus à cet effet. En revanche, les superficies les plus importantes, qui dépassent 20 hectares et atteignent un taux de 70%, se verront attribuer 40 000 dirhams chacune, pendant un an, respectivement pour les deux modèles expliqués ci-dessus.