PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Algérie en tant que nation dans le cadre du Maghreb

Au Maghreb, le Maroc a été le premier à se constituer en nation au sens de l'unité politique
bandera-argelia

 -  

Les aspirations du peuple algérien ont été trahies par le régime militaire.

Le 1er novembre de chaque année, l'Algérie commémore le Manifeste par lequel le peuple algérien a annoncé sa révolution en 1954 pour mettre fin au colonialisme français imposé depuis 1830. Le 66e anniversaire de cette proclamation coïncide avec une crise interne marquée par des protestations ou le "hirak" contre le régime militaire, une autre déjà chronique avec son voisin marocain et une autre avec la France, son ancien colonisateur, suite aux déclarations du président français, Emmanuel Macron, dans lesquelles il s'est demandé si l'Algérie existait en tant que nation avant le colonialisme français. 

boutelfika-argelia

Il a rappelé, selon le quotidien Le Monde, qu'avant la France en Algérie, il y avait des précédents de colonisation, faisant allusion à la Turquie, s'exclamant fasciné par la capacité de cette dernière à faire oublier le rôle qu'elle a joué en Algérie durant l'Empire ottoman.

Il a déclaré : "Je suis fasciné par la capacité de la Turquie à nous faire totalement oublier le rôle qu'elle a joué en Algérie et la domination qu'elle a exercée".

Il a également accusé le régime algérien de réécrire une histoire officielle qui n'est pas basée sur la vérité et que le "système politico-militaire a été construit sur cette rente commémorative". Ces déclarations ont provoqué la colère des dirigeants algériens, qui les ont jugées offensantes et fausses. En conséquence, ils ont rappelé leur ambassadeur à Paris pour des consultations et ont interdit aux avions militaires français de survoler le territoire algérien. 

hirak-argelia

La commémoration du 66e anniversaire du Manifeste du 1er novembre est l'occasion d'aborder ces déclarations du dirigeant français, qui ne sont certainement pas anodines, en soulignant ce qui peut être faux et ce qui est probablement vrai.

Tout d'abord, il convient de noter que la majorité des Algériens et du reste du Maghreb considèrent que l'Algérie a toujours été une nation. Mais une nation à l'intérieur de l'espace maghrébin, gouvernée par les mêmes tribus qui ont gouverné le reste du Maghreb et qui se sont relayées au pouvoir à l'exception de l'époque ottomane, qui a sa propre explication.

Cependant, le régime militaire qui s'est emparé du pouvoir en 1962, afin de se légitimer, a créé une histoire adaptée à ses intérêts. Donc, si c'est vrai, comme le dit justement le président Macron, ce "système politico-militaire s'est construit sur ce loyer commémoratif". Une histoire officielle du pouvoir militaire et policier pleine d'incohérences et de contradictions majeures aux conséquences graves.  

expresidente-argelia

A titre préliminaire, il convient de noter que le terme "nation", qui en arabe est "Umma", a un concept et une évolution complètement différents en Europe et dans le monde islamique. Son processus aboutissant à l'émergence d'une identité nationale a connu une évolution différente en Europe et dans le monde islamique. En Europe, elle est relativement récente, suite au traité de Westphalie, où le concept de souveraineté nationale et le principe d'intégrité territoriale ont été établis comme fondements des États. Dans le monde islamique, le terme "Ummah" est un concept beaucoup plus ancien qui remonte au 7e siècle et trouve son origine dans le Coran. Son sens étymologique est "communauté", notamment la "communauté des croyants". Elle se fonde sur le principe du Dar al-Islam, selon lequel "la terre de l'Islam est la terre de chaque musulman". Dans cet espace, le musulman avait la liberté de circuler, de travailler et de s'installer, quelle que soit son origine. De même, en terre d'islam, la conquête d'un territoire par une autre puissance islamique n'était considérée ni comme une occupation ni comme du colonialisme.  

 L'Algérie dans le contexte du Maghreb

Au Maghreb, le Maroc a été le premier à former une nation, au sens d'une unité politique qui s'est séparée du califat abbasside de Bagdad. C'est au VIIIe siècle que la dynastie des Idrisides est proclamée et fait de Fès sa capitale, qui s'étend bientôt à l'Algérie et au reste du grand Maghreb. La dynastie suivante, les Almoravides, fondée au XIe siècle par la tribu berbère nomade de Sanhaya, originaire de l'actuel Sahara occidental, qui a fait de la ville de Marrakech sa capitale en 1062, s'est également répandue dans toute l'Afrique du Nord, consolidant l'unification du grand Maghreb, et il en a été de même au XIIe siècle avec la dynastie des Almohades, fondée par la tribu berbère de Masmuda, originaire de l'Atlas, qui a étendu son pouvoir à l'Algérie et au reste du Maghreb.

expresidente-argelia

Après la bataille de Navas de Tolosa en juillet 1212, au cours de laquelle le roi almohade Mohammed Annasser a perdu la bataille contre une armée chrétienne dirigée par les troupes d'Alphonse VIII de Castille, le processus de désintégration décadente et dispersive a commencé dans le Grand Maghreb, tandis que le processus d'incorporation a commencé dans le Royaume de Catilla, pour aboutir à la naissance de l'Espagne catholique. Dans le cadre de ce processus de désintégration, la dynastie des Almohades a disparu. Dans la partie orientale du Grand Maghreb, les Hafsides créent leur royaume indépendant qui englobe la Tunisie et l'est de l'Algérie avec Tunis comme capitale. D'autre part, les tribus zianides ont établi leur pouvoir dans la partie occidentale de l'Algérie avec Oran comme capitale, laissant l'actuelle Algérie divisée en deux. Au Maroc, pendant ce temps, la tribu berbère des Zenata s'empare de Marrakech, proclamant la dynastie des Méridiennes, et annexe bientôt l'ouest de l'Algérie.

Cette situation n'a pas changé jusqu'au XVIe siècle, lorsque l'Espagne a conquis un certain nombre d'endroits sur la côte nord-africaine, dont Oran et Alger. Les Zianides affaiblis demandent de l'aide au sultan ottoman, qui expulse rapidement les Espagnols. Dans le même temps, cependant, il annexe ces territoires algériens à son empire et nomme un régent ottoman qui rend compte à la Sublime Porte à Istanbul.

En 1827, à la suite d'un incident diplomatique entre le consul de France et le souverain ottoman à Alger, Hussein Day, la France envoie son armée pour conquérir l'eyalat. En 1830, elle parvient à atteindre cet objectif et l'Algérie cesse d'être une province ottomane ou eyalat et devient une province française.

La France coloniale, en annexant l'Algérie comme province française, en supposant qu'elle le serait à perpétuité, et dans cet esprit colonialiste, a incorporé de vastes territoires qui n'ont jamais appartenu à l'Algérie, y compris des territoires marocains. Elle a également annexé d'autres territoires, notamment dans le grand Sahara.
 

mapa-frances-algeria
Carte de l'Algérie en 1830 et des acquisitions territoriales françaises en 1839 et 1870. Source :: https://www.axl.cefan.ulaval.ca/afrique/algerie-2Histoire.htm
 L'assaut du régime militaire sur le pouvoir

qui réprime le peuple algérien, décident à la dernière minute de rejoindre l'Armée de libération. Aujourd'hui, ce sont eux qui mènent la barque en Algérie - ils constituent le noyau dur du système politico-militaire actuel auquel le président Macron fait référence. La plupart d'entre eux n'ont pas combattu pour la libération de l'Algérie, mais ont rejoint l'Armée de libération algérienne au Maroc et en Tunisie en tant qu'armée d'arrière-garde sous le commandement du colonel Boumedien.

Lorsque l'indépendance de l'Algérie est proclamée, cette armée de l'arrière, composée de près de 40 000 soldats, dirigée par les officiers de l'armée française nouvellement arrivés et l'aide précieuse de l'Égypte de Nasser et de l'Union soviétique, envahit l'Algérie. Lorsqu'ils ont pris Alger, ils ont renversé le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) légitime et ont installé Ben Bella comme président, profitant de son image de leader historique pour donner à l'assaut du pouvoir une légitimité de façade. Trois ans plus tard, le colonel Boumedien, un étudiant de l'université Azhar du Caire qui n'avait pas terminé ses études, a renversé Ben Bella, l'emprisonnant pendant des années sans procès et se proclamant président de la République algérienne démocratique et populaire.  

autodeterminacion-argelia

Depuis lors, les aspirations du peuple algérien ont été trahies et sa liberté confisquée par le régime militaire. Depuis lors, le système politico-militaire n'a pas ménagé ses efforts pour réprimer les véritables combattants par l'assassinat, l'exil et l'emprisonnement. Dans le même temps, il s'est arrogé la légitimité émanant du Manifeste du 1er novembre. Pour ce faire, il a écrit une "histoire" déformée pour servir ses propres intérêts. C'est pourquoi le président Macron a raison de dire qu'en Algérie le "système politico-militaire s'est construit sur cette rente commémorative".

Le président français est conscient de la portée de ses propos, car il sait que lorsque la France a décolonisé l'Algérie, elle a tenté de transformer son colonialisme en néocolonialisme pour sauvegarder ses intérêts. L'objectif était que les nouveaux dirigeants soient, autant que possible, les héritiers de l'administration coloniale, ce qui a été réalisé avec excellence ; ils étaient magnifiques. Magnifiques et excellents héritiers sur le plan de la politique, de l'administration, de la mentalité et de la répression même du peuple algérien. A tel point que le système installé en Algérie n'a jamais conçu l'indépendance algérienne comme une rupture avec le passé colonial. Les manières et les comportements coloniaux ont continué à être exercés à la perfection. Il n'y a eu que le transfert du territoire à de nouveaux visages, avec des noms différents. L'essentiel est resté intact.

 independencia-argelia

 Le manifeste du 1er novembre

Il convient de rappeler que lorsque les véritables pères de la révolution algérienne ont rédigé le manifeste du Premier novembre, considéré comme une pièce maîtresse et une référence historique, il est frappant de constater qu'ils n'envisageaient pas l'Algérie comme une nation indépendante du reste du Maghreb, mais comme une partie intégrante et inséparable de celui-ci. Il était donc clair que cette volonté était le résultat d'une connaissance profonde de l'histoire du Maghreb, tenant compte de l'interconnexion et de la similitude des peuples et des familles qui composent le Maghreb. Ils avaient également une vision prospective selon laquelle un avenir prospère pour l'Algérie, comme pour les autres pays d'Afrique du Nord, ne peut être séparé et séparé d'un Maghreb uni.

Le premier paragraphe du Manifeste indique que "le sens de notre action, son fondement et son objectif sont l'indépendance nationale dans le cadre nord-africain". En d'autres termes, le concept d'indépendance et de nation est envisagé dans le cadre d'un Maghreb uni et non en dehors de celui-ci. Ce n'est pas seulement une question d'indépendance, point final. Il s'agit de réaliser la décolonisation par la France pour permettre à l'Algérie et à son peuple d'intégrer immédiatement le cadre maghrébin et de le construire. Dans ce sens, la phrase suivante du Manifeste cite le Maroc et la Tunisie comme des pays du Maghreb qui marquent profondément le processus de la lutte de libération en Afrique du Nord. La Déclaration, dans un autre passage, cite à nouveau l'Afrique du Nord dans son ensemble, saluant comme "l'objectif de la révolution algérienne la construction de l'unité nord-africaine dans le cadre naturel arabo-musulman".

puerto-oran-argelia

L'indépendance en dehors du Maghreb n'était pas concevable, pas plus qu'une nation non intégrée au Maghreb. L'espace maghrébin, les peuples qui le composent et l'histoire partagée rendent cette unité indispensable pour construire ensemble un avenir commun. Cette vision pertinente et aiguë était présente bien avant l'émergence de la mondialisation, des grands espaces économiques et des espaces sans frontières qui rendent aujourd'hui ces unions indispensables au profit de la coopération internationale, donnant lieu à la naissance de l'Organisation mondiale du commerce à Marrakech en 1995, à laquelle, paradoxalement, l'Algérie, pays central du Maghreb, n'a pas encore réussi à adhérer.

Le système installé à Alger, en ne concevant pas l'indépendance de l'Algérie comme une rupture avec le passé colonial pour construire immédiatement un Maghreb uni, a transformé le Manifeste - après en avoir dénaturé le noble contenu - en lettre morte. Elle n'était commémorée chaque année que de manière folklorique, uniquement pour des raisons de protocole et de forme. Il a été complètement éloigné de l'essence de son contenu, pourtant d'une importance capitale, étant la feuille de route de ce que devait être la configuration de l'Algérie en tant que nation dans le cadre d'un Maghreb Uni. Il ne s'agit pas seulement d'obtenir l'indépendance, mais une indépendance inséparable du cadre du grand Maghreb. Sans elle, il n'y a pas de véritable indépendance.

argelia-independencia

En conséquence, le système politico-militaire installé à Alger est pris dans des contradictions majeures et emprisonné par ses propres incohérences. D'une part, elle affirme que l'Algérie est une nation ancestrale. Cela signifie que son espace et ses frontières doivent être conformes à l'espace et aux frontières qui existaient avant la colonisation. Mais d'autre part, elle s'accroche aux frontières héritées du colonialisme au lieu de les répudier. La succession des territoires hérités du colonialisme s'applique à la nation qui est née d'une sition, ou dans le cas d'une "terra nullius" qui n'existait pas avant sa colonisation. Il s'agit d'entités qui ne sont devenues une nation que récemment, dans le contexte de la succession d'un État à un autre. Nations dont la date de naissance commence au moment de la décolonisation.

Il est compréhensible et légitime que l'on demande à la France de s'excuser d'avoir accaparé et colonisé les terres algériennes, mais il est incompréhensible de ne pas la remercier pour les immenses territoires hérités illégitimement, et en même temps il est incompréhensible de ne pas s'excuser auprès des pays auxquels ces territoires appartenaient en procédant à un retour en bonne et due forme ou à une solution alternative au sein d'un Grand Maghreb.

L'autre contradiction majeure concerne la présence du pouvoir turc en Algérie depuis trois siècles. Cette présence, contrairement à celle des Français, n'est pas considérée comme une occupation ou une présence coloniale, conformément à la loi islamique internationale, qui stipule que la terre de l'Islam est la terre de chaque musulman. Il est compréhensible, respectable, voire acceptable de considérer la présence de la Turquie en Algérie comme n'étant ni du colonialisme ni de l'occupation. Mais face à cela, le manque de cohérence et la censurabilité de ce principe respecté par le régime militaire algérien dans ses rapports avec le Maroc est totalement incompréhensible lorsqu'il considère la récupération de son Sahara occidental comme une occupation et un colonialisme. Sachant qu'en l'espèce, non seulement le droit international islamique auquel s'accroche l'Algérie des militaires est applicable, mais aussi, contrairement à la Turquie, il s'agit d'un espace maghrébin, où les normes du droit international public - celui de la continuité territoriale et de la culture commune - s'appliquent en sa faveur. Même la ville de Marrakech, l'une des principales capitales du Maroc, a été fondée par des tribus du Sahara actuel.

argelia-magreb-francia

 Conclusion

En résumé, au vu de ce qui précède, on peut affirmer que l'Algérie est sans doute en train de devenir une nation, mais dans le cadre du Maghreb, conformément à son passé historique et à l'aspiration exprimée dans le Manifeste du 1er novembre 1954.

D'ailleurs, Emmanuel Macron a raison d'affirmer qu'en Algérie le "système politico-militaire s'est construit sur ce revenu commémoratif". Mais il convient également de noter qu'il s'agit d'un système militaire qui non seulement a écrit son "histoire" à sa convenance, mais utilise également un double critère surprenant où les contradictions et les incohérences sont palpables.

S'agissant d'un régime militaire et policier - avec un président et un gouvernement civil de façade - sa logique repose sur l'exercice de la raison de la force plutôt que de la force de la raison. En conséquence, le dialogue brille par son absence au niveau national et maghrébin. Cette situation est aggravée par l'âge avancé de leurs véritables dirigeants qui ne sont pas renouvelés, certains étant même octogénaires. Cela favorise une marge d'erreur élevée dans la prise de décision, car les décisions sont le résultat du tempérament et des émotions plutôt que de l'utilisation de la raison et de l'objectivité. Cela expose le peuple algérien à de graves risques, ainsi que ses voisins immédiats et la paix internationale.

Références 

(1) – España Invertebrada. Ortega y Gasset. 

(2) – Droit international Public- Ch. Rousseau. Tome III pag330 y sig, y también Tratado de Internacional Público – L. Oppenheim. Tomo I- Vol.I Paz pag. 165 y sig.