L'Algérie fait un pas sur l'échiquier libyen

Le président algérien s'engage à apporter un "soutien total" à la Libye et exclut toute "ambition" dans le pays
El presidente argelino Abdelmadjid Tebboune AFP/ RYAD KRAMDI

AFP/ RYAD KRAMDI  -   Le président algérien Abdelmadjid Tebboune

La Libye est devenue une guerre de légitimité et une guerre pour contrôler les ressources naturelles du pays, en particulier le pétrole. L'or noir a toujours été la richesse convoitée du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Ce combustible très prisé a façonné l'évolution de certains des conflits les plus sanglants du XXIe siècle, comme celui de la Libye. Les intérêts géopolitiques et le mépris des complexités du pays ont conduit la nation nord-africaine au bord du gouffre. Le conflit qui sévit dans le pays est une source d'inquiétude pour des pays comme l'Algérie.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a réaffirmé la volonté de son pays d'apporter aide et assistance à la Libye dans "la résolution de certains problèmes soulevés" excluant toute "ambition ou vision" dans ce pays voisin. "L'Algérie est à la disposition de la Libye. Nous n'avons pas d'ambitions ni de vision autres que celles que les frères libyens ont pour leur pays", a déclaré aujourd'hui le président lors d'une conférence de presse conjointe avec le chef du Conseil présidentiel de transition en Libye, Mohamad al-Menfi, arrivé ce matin dans la capitale Alger dans le cadre d'une visite officielle de deux jours.

Soldados argelinos hacen guardia, en las montañas de Ain Defla, al oeste de la capital Argel REUTERS/ABDELAZIZ BOUMZ
REUTERS/ABDELAZIZ BOUMZ-Des soldats algériens montent la garde dans les montagnes de Ain Defla, à l'ouest de la capitale Alger.

Dans le même temps, le président Tebboune a rappelé la position initiale de l'Algérie sur la situation dans le pays voisin, rappelant que sa position est "actuellement acceptée au niveau international" et qu'elle constitue une avancée vers les élections législatives et présidentielles prévues le 24 décembre. "La solution définitive à la crise en Libye est la tenue d'élections qui donneront plus de légitimité au Conseil national et au président à travers une double élection parlementaire et présidentielle en même temps", a déclaré le président algérien, avant de réaffirmer la disponibilité de l'Algérie à aider les Libyens "à faire entendre la voix de leur pays".

Le président Tebboune confirme ainsi le changement de la doctrine de défense de l'Algérie. La réforme constitutionnelle, souhaitée par le chef de l'État et adoptée par référendum le 1er novembre 2020, ouvre la voie à un éventuel déploiement de l'armée algérienne à l'étranger. Jusqu'à présent, l'Algérie avait exclu toute intervention militaire hors de ses frontières au nom de l'anti-impérialisme. Toutefois, elle autorise désormais son armée à participer à des opérations de maintien de la paix dans le cadre du respect des principes et des objectifs des Nations unies, de l'Union africaine et de la Ligue arabe. La nouvelle constitution donne au président, commandant suprême des forces armées et ministre de la défense, le droit de mobiliser des troupes, avec l'approbation des deux tiers du parlement. 

AFP/GREGORIO BORGIA  -   El primer ministro libio Abdul Hamid Dbeibeh
AFP/GREGORIO BORGIA - Le Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibeh

L'Algérie a renforcé ses relations bilatérales pour faire face à l'insécurité causée par le conflit libyen et le Sahel. Outre les troupes loyales à Haftar et Sarraj, un certain nombre d'acteurs tels que des réseaux de criminalité organisée et des milices armées ont été impliqués dans le conflit. Cette situation est exacerbée par la porosité des frontières et l'insécurité structurelle de la région. Tout cela a favorisé l'émergence d'une économie de guerre dont bénéficient de larges secteurs de la population, des groupes de criminalité organisée et des réseaux terroristes. 

La pauvreté et l'insécurité alimentaire, le sous-développement et la corruption ont pris racine aux portes de ces deux pays. À ces évolutions s'ajoutent les crises multidimensionnelles provoquées par le terrorisme et le crime organisé transnational. L'Algérie craint que ce conflit n'accroisse les fragilités et les tensions présentes dans la région et que ces menaces ne soient multipliées par la présence de puissances étrangères. Pour cette raison, elle a cherché à reprendre sa place sur l'échiquier libyen en insistant sur le fait que l'avenir de la nation nord-africaine ne peut être décidé que par les Libyens eux-mêmes. 

AFP/GREGORIO BORGIA  -   El primer ministro libio Abdul Hamid Dbeibeh
PHOTO/AFP - Des membres des forces spéciales de l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée de l'Est se sont rassemblés dans la ville de Benghazi, en Libye.

Cependant, malgré les progrès réalisés en vue d'une solution politique pour la Libye après une décennie de violence et de chaos, la majeure partie du pays est toujours contrôlée par des groupes armés, la corruption est endémique et les puissances extérieures impliquées dans le conflit ne se sont pas retirées. Depuis mars dernier, le pouvoir est entre les mains du gouvernement d'unité nationale (GNU), élu par le Forum pour le dialogue politique en Libye (FDPL), un organe non élu créé par l'ONU en dehors des gouvernements qui s'affrontaient jusqu'alors et qui doit unifier le pays, maintenir le cessez-le-feu et le diriger jusqu'aux prochaines élections. 

Pour sa part, le responsable libyen, Al Manfi, a déclaré que la réunion était l'occasion d'aborder d'autres questions d'intérêt commun, notamment "la sécurité dans le sud de la Libye, qui fait également partie de la sécurité commune des deux pays". "La réunion a porté sur les réalisations accomplies jusqu'à présent, telles que la réunification des institutions, en particulier l'institution militaire et le cessez-le-feu", a-t-il déclaré. La réunion a permis, entre autres, d'aborder les "aspects techniques" liés à l'ouverture des points de passage frontaliers, soulignant "l'importance de cette question pour les Libyens", a-t-il ajouté.

El mariscal Haftar reuniéndose con el ministro de Asuntos Exteriores de Argelia, Sabri Boukadoum, en la ciudad de Bengasi, en el este de Libia AFP/ LNA War Information Division
AFP/ Division de l'information de guerre de la LNA - Le maréchal Haftar rencontre l'ancien ministre algérien des Affaires étrangères Sabri Boukadoum dans la ville de Benghazi, dans l'est de la Libye.

Au cours des cinq dernières années, la Libye est devenue un immense hypermarché de la contrebande et le moteur d'une économie circulaire corsaire en Afrique du Nord et au Sahel, qui prospère grâce à la vente illégale de carburant, d'armes et de nourriture, fournit du travail à des milliers de personnes et a fait de ses côtes le principal tremplin de la migration irrégulière en Méditerranée centrale, la route migratoire la plus meurtrière au monde. 

La situation compliquée en Libye a contraint une multitude d'acteurs, des pays aux organisations internationales, à déployer un maximum d'efforts dans la médiation et le développement de forums de toutes sortes pour tenter d'avancer vers une solution pour mettre fin au conflit. Des pays comme le Maroc, la Tunisie et l'Égypte ont accueilli des réunions à différents niveaux ces derniers mois, principalement au niveau militaire et politique. En Libye, l'enchevêtrement des intérêts, des dynamiques et des mouvements rend très difficile le développement des pourparlers.