PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Algérie noie sa crise interne en rompant ses relations diplomatiques avec le Maroc

Le pas franchi par le pouvoir algérien laisse présager un avenir incertain pour le Maghreb
Ministro de Asuntos Exteriores de Argelia

 -   Ministro de Asuntos Exteriores de Argelia, Ratmane Lamamra

Le gouvernement algérien a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc "en raison des actes hostiles perpétrés par ce dernier et qui se poursuivent à ce jour", a déclaré aujourd'hui le ministre des Affaires étrangères Ratmane Lamamra. Sans aucune preuve, le gouvernement algérien accuse son voisin marocain d'être à l'origine des incendies meurtriers qui ont ravagé plusieurs régions du pays, notamment la Kabylie, et de soutenir le mouvement autoproclamé Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK), qu'Alger qualifie d'organisation terroriste.

 
Curieusement, le procès de plus de 90 personnes impliquées dans l'assassinat du jeune Algérien Ben Smail, lynché par une foule manipulée par des membres des services de police, comme l'a dénoncé Algérie Part, s'est ouvert hier à la cour d'Alger, mais la cour n'a pas encore statué sur cette affaire. Le gouvernement tient déjà pour acquise sa thèse selon laquelle le Maroc est derrière les incendies et le meurtre de Ben Smail, sans attendre le verdict.

BEN ISMAIL
Djamel Ben Ismail

La mesure prise par le gouvernement algérien laisse présager un avenir incertain pour le Maghreb. Les tentatives des grands médiateurs internationaux, tels que l'Arabie saoudite et les États-Unis, ainsi que la France, pour rapprocher les deux rivaux géopolitiques nord-africains ont été vaines. 


La réaction algérienne, que certains milieux considèrent comme désespérée, intervient après l'échec de l'"opération" montée par les services algériens pour faire pression sur le lobby hispanique pro-algérien afin que le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, soit admis dans un hôpital de Logroño. Le roi Mohammed VI lui-même, dans son discours du 20 août, a déclaré que chaque nuage a un bon côté et a appelé à une relation nouvelle, plus audacieuse et plus innovante avec l'Espagne. 


Le royaume alaouite a clairement profité de la récente crise entre le Maroc et l'Espagne, qui englobe toute la zone du détroit de Gibraltar. Non seulement elle a reçu le soutien répété de l'administration américaine, de la CIA et du Pentagone, mais elle a aussi gagné de nouveaux partenaires, comme Israël - en établissant des relations avec son État -, la Grande-Bretagne, avec laquelle elle effectuera des manœuvres militaires cette année, le Portugal, avec lequel elle a lancé d'ambitieux projets de transport et de communication, et Gibraltar, avec lequel elle négocie d'importants accords politico-financiers. 


Le gouvernement espagnol de Pedro Sánchez, bien qu'absent de la nouvelle reformulation stratégique dans le détroit de Gibraltar, a adhéré in extremis au changement et promet d'être à la hauteur des nouvelles relations offertes par Rabat. 

Presidente de Argelia
Presidente de Argelia, Abdelmadjid Tebboune

Le perdant de l'équation ouest-méditerranéenne est l'Algérie, qui s'est retrouvée avec son seul allié permanent, la Russie, désireuse d'entrer dans le jeu stratégique du détroit. Cependant, Alger détient encore d'importantes cartes à jouer, en grande partie avec ses hydrocarbures de moins en moins rentables, comme en témoignent les pressions exercées sur le gouvernement espagnol, d'abord avec l'affaire du Ghali, et il y a quelques jours avec l'affaire Mohamed Abdallah. 


Le youtuber Mohamed Abdallah, ancien membre de la gendarmerie algérienne, connu pour ses dénonciations de la corruption dans le secteur de la sécurité de la frontière algéro-tunisienne où il était stationné, a été remis aux autorités algériennes, refusant la demande d'asile politique qu'il avait demandée en Espagne à l'époque. Et ce, même s'il sait qu'il sera jugé par un tribunal militaire à Alger, où il risque la peine de mort. Le ministère espagnol de l'intérieur l'a inclus dans un paquet d'"immigrants illégaux" dont les permis de séjour dans le pays avaient expiré, et l'a envoyé en Algérie, en violation de toutes les règles du droit international des réfugiés et de l'asile. 


Le cas de Mohamed Abdallah n'a pas encore été conclu. L'Algérie a demandé son extradition, l'accusant d'appartenir à un groupe islamiste et terroriste, et de menacer la sécurité de l'État. Dans un pays où trois anciens premiers ministres et plus de quinze autres ministres sont en prison, ainsi qu'une vingtaine de généraux et la crème de la classe d'affaires algérienne, accusés de corruption, la remise du jeune Abdellah à Alger a mis à nu la honte du gouvernement espagnol et a ébranlé les médias spécialisés dans les droits de l'homme. 


Le mouvement Rachad, auquel appartiendrait le jeune Mohamed Abdallah, n'est ni islamiste ni terroriste ; il milite pour la transformation pacifique du pays, par des moyens politiques, conformément à ses statuts, comme l'a déclaré à ATALAYAR l'avocat Rachid Mesli, qui dirige une organisation internationale de défense des droits de l'homme basée à Genève et reconnue par les organes compétents des Nations unies.