L'Algérie organise des manœuvres militaires près de la frontière avec le Maroc

Les exercices militaires ont coïncidé avec la présence d'unités navales militaires russes dans le pays
Atalayar_Said Chengriha

PHOTO/AP  -   Said Chengriha supervise les exercices militaires de l'armée algérienne à Tindouf

L'Algérie a cherché à démontrer sa puissance militaire, à travers une série de manœuvres militaires terrestres et aériennes effectuées par l'armée algérienne, dans la zone frontalière de Tindouf. Il s'agit d'un avertissement clair à son voisin le Maroc, alors qu'il se trouve au milieu d'une escalade de la tension au Sahara occidental suite à la crise de Guerguerat et au retour du Front Polisario à l'action armée.

Le chef de l'armée algérienne, le général Said Chengriha, a effectué une visite dans la 3ème région militaire de Bechar. Au cours de cette visite, Chengriha a présidé un exercice tactique à balles réelles, appelé "Al-Hazm 2021", près de la frontière avec le Maroc.

Le général a également souligné que l'Algérie "mérite que son armée soit constamment à la hauteur des défis auxquels elle est confrontée aujourd'hui, et qu'elle reste éternellement libre, souveraine et tenace face aux ennemis d'hier et d'aujourd'hui. ".

Pour sa part, le ministère algérien de la Défense nationale a expliqué que ces manœuvres militaires, qui ont été effectuées à l'aide de munitions réelles et diffusées pendant 15 minutes sur la télévision publique algérienne, "s'inscrivent dans le cadre de l'évaluation de la première phase du programme de préparation au combat pour l'année 2020-2021".

Les manœuvres militaires ont coïncidé avec la présence d'unités navales militaires russes en Algérie. Ces unités navales étaient composées d'une frégate, d'une locomotive et d'un navire de ravitaillement. Selon le ministère de la défense, elles ont effectué une escale technique de trois jours dans le cadre des "activités de coopération militaire entre les deux pays dans le domaine de la défense afin de renforcer l'échange de connaissances entre nos forces navales et la marine russe".

Le Maroc et l'Algérie sont engagés dans une lutte de pouvoir constante sur le Sahara occidental. Bien que l'option d'une guerre ouverte semble assez lointaine en raison de l'énorme inégalité des armements entre les Marocains et le Front Polisario - soutenu par l'Algérie - le pays africain n'a pas voulu perdre l'occasion de montrer sa capacité militaire.