L'Algérie, un pays malade de ses dirigeants 

Les dirigeants algériens n'ont pas répondu aux demandes des citoyens exprimées dans le mouvement Hirak
Argelia, un país enfermo de sus dirigentes 

 -  

La population algérienne a manifesté son mécontentement à travers le Hirak.

L'Algérie reste confrontée à de nombreuses difficultés politiques et sociales et les autorités de ce pays d'Afrique du Nord n'ont pas réussi à remédier aux problèmes de la population, qui continue de manifester son mécontentement par des manifestations de masse dans le cadre du mouvement Hirak, réprimées par les forces de sécurité algériennes.

Introduction 2019/2020

Le gouvernement algérien s'acharne à reprendre le contrôle après le tremblement de terre du Hirak2, ignorant les demandes de la rue : État de droit, transition démocratique, souveraineté populaire et justice indépendante. Le taux de participation a été revu à la baisse à 23%, le plus bas de l'histoire de l'Algérie, toutes élections confondues. Cette abstention historique témoigne de la méfiance des Algériens envers une classe politique largement discréditée. L'électorat avait déjà massivement boudé les urnes lors de la présidentielle de 2019 et du référendum constitutionnel de 2020 (respectivement 60% et 76%). Lors des dernières élections législatives de 2017, le taux de participation avait atteint 35,7 %. Cependant, le président Abdelmadjid Tebboune1 a préféré ignorer ce faible taux de participation, "ce n'est pas important", a-t-il déclaré.

Les arrestations se multiplient alors que le mouvement populaire connu sous le nom de Hirak semble s'estomper et que les manifestations se réduisent. Mais le gouvernement d'Abdelmadjid Tebboune a donné suite à ces arrestations à un rythme accéléré, non seulement de militants du Hirak mais aussi de journalistes et d'avocats des droits de l'homme. L'homme le plus puissant d'Algérie n'est pourtant pas le président Abdelmadjid Tebboune, mal élu en décembre 2019 lors d'une élection marquée par un taux d'abstention historique de 60%. Le véritable "homme fort" du pays reste son chef d'état-major, Saïd Chengriha3, chef de facto des "décideurs" militaires qui, d'une manière ou d'une autre, ont monopolisé le pouvoir depuis des décennies. En ce même mois de décembre 2019, où Tebboune accède à la Mouradia, l'équivalent algérien de l'Élysée, Chengriha succède à Ahmed Gaïd Salah à la tête de l'armée algérienne. C'est Gaïd Salah qui a contraint le président Bouteflika à démissionner en avril 2019, dans l'espoir d'apaiser la contestation pacifiste du Hirak, avant de pousser la candidature de Tebboune pour en finir définitivement avec la contestation populaire.

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

L'histoire se répète et ce qui se passe en Algérie n'est rien d'autre que l'héritage du passé. L'Algérie peut-elle échapper à cette malédiction ? Il est certain que si ses dirigeants avaient été plus honnêtes et plus soucieux des intérêts de leur nation que des leurs propres, plus habiles à mettre en place des programmes de développement pour le pays qu'à attendre de recevoir des commissions pour ceci ou cela, l'Algérie ne souffrirait pas des maux de la politique de l'ombre corrompue. Il est nécessaire de rembobiner et de se plonger dans l'histoire de cet immense pays pour comprendre pourquoi nous revisitons aujourd'hui des scènes du passé et pas nécessairement du passé colonial.

L'année 1956

C'est l'année de la découverte du pétrole au Sahara, dans les communes d'Edjeleh4 et de Hassi Messaoud5.

Six ans plus tard, l'Algérie accède à l'indépendance. Tout laissait penser que la vie serait bien meilleure dans une nation riche de milliers de barils de pétrole et de mètres cubes de gaz qui rendraient la population heureuse. Mais hélas, il n'en fut rien. Le problème était et reste son système de gouvernement et de leadership qui donne tout le pouvoir à une seule personne et à une poignée de généraux. C'est pourquoi l'Algérie d'aujourd'hui n'est ni démocratique ni populaire, et encore moins une république.

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Avec le temps, ces hommes qui prétendaient avoir combattu le colonialisme français avec des idées patriotiques pour libérer leur peuple, et qui se disaient les défenseurs des veuves et des orphelins de guerre, sont maintenant les nouveaux colonisateurs d'une nation en totale déliquescence. Entre 1956 et juillet 1962 (indépendance de l'Algérie), il y a eu une période de guerre et de pétrole. En janvier 1956, les Français se réjouissent d'avoir découvert un important gisement de pétrole à Edjeleh, non loin de la frontière libyenne, grâce à un simple forage. La même année, l'association SN Repal/CFP6 découvre le plus grand champ pétrolier d'Algérie à Hassi Messaoud, dont les réserves sont estimées en millions de tonnes à environ 7 millions de barils. L'exploitation de ce pétrole "français" permettrait à la métropole de ne plus avoir à importer la quasi-totalité de sa consommation, ce qui explique la décision des IVe et Ve Républiques de poursuivre la guerre totale contre les indépendantistes algériens du Front de libération nationale (FLN) qui avaient déclenché l'insurrection en novembre 1954. L'indépendance énergétique vis-à-vis de la France devait être garantie par tous les moyens, et il n'était pas question de perdre le Sahara. En 1958, un cadre juridique a donc été mis en place pour permettre l'activité pétrolière par le biais d'une loi fondamentale connue sous le nom de "Code pétrolier sahraoui" (CPS), promulguée en 1958, six mois après l'arrivée au pouvoir du général de Gaulle. En vertu de ce code, l'État français avait un droit de contrôle et de surveillance sur les opérations d'exploration et d'exploitation, ainsi que sur les capitaux engagés, en particulier lorsque des capitaux étrangers étaient impliqués. Les entreprises étrangères ne pouvaient investir dans la recherche de pétrole et de gaz que si elles étaient associées à des Français qui avaient le contrôle légal de l'opération, une situation qui a perduré pendant un certain temps après les accords d'Évian7.

1962, indépendance de l'Algérie et coup d'État subséquentBibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Le 5 juillet 1962, après 132 ans de colonisation, l'Algérie est enfin indépendante. Il y avait de la joie partout, dans les villes, dans les campagnes et dans les montagnes, un haïk entier comme démonstration de victoire et de joie. Mais cette jubilation ne durera pas longtemps, car les querelles et les règlements de compte pour le pouvoir commencent. Cette situation perdure encore aujourd'hui. Deux personnages en sont les véritables protagonistes, l'un, le commandant de l'époque, Ahmed ben Bella8, et l'autre, Houari Boumediene9, qui a réalisé le coup d'État de 1965.

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Le 16 juin 1965, Ben Bella se rend dans l'ouest du pays. Il s'est rendu dans sa ville natale de Maghnia, près de la frontière marocaine, puis à Oran par la route. Il a inauguré la nouvelle route de quelque 150 kilomètres et a assisté à Oran au match de football brésilien. Ben Bella aimait le football qu'il pratiquait dans sa jeunesse et le soir, il est retourné à sa résidence de Villa Joly, d'où il a été emmené 24 heures plus tard par un commando militaire dirigé par le colonel Tahar Zbiri pour être enfermé en prison où il a passé une quinzaine d'années.

Houari Boumediene, un homme à la forte personnalité avec le mystère qui l'a accompagné toute sa vie, est celui qui a inauguré le premier régime militaire avec un aspect civil. Un système que d'autres après lui ont amélioré jusqu'à ce qu'il devienne "une dictature qui ne dit pas son nom" et qui est toujours en vigueur aujourd'hui.

Boumediene, en revanche, était un bâtisseur qui voulait délibérément utiliser l'argent du pétrole pour lancer divers programmes de développement économique dans les régions les plus pauvres d'Algérie. Sur le plan industriel, il a lancé des projets ambitieux dans le domaine des hydrocarbures et de la sidérurgie, mais il a aussi commis des erreurs, comme sa politique de révolution agraire à l'imitation de la politique soviétique. Mais le coup de maître est venu avec la nationalisation des hydrocarbures en 1971, que nous allons maintenant commenter...

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Le pétrole, le gaz et leur nationalisation

Le 24 février 1971, Alger tire un trait particulièrement symbolique sur la période coloniale en nationalisant l'exploitation de son pétrole, jusqu'alors largement contrôlé par des compagnies françaises. "Nous avons souverainement décidé de nationaliser les hydrocarbures". C'est par cette formule directe que le président algérien Houari Boumediène a annoncé le 24 février 1971, il y a cinquante ans, la décision de reprendre le contrôle de la production de pétrole et de gaz, l'une des principales sources de revenus de l'Algérie indépendante, dont une grande partie était encore sous contrôle français.Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Lors de son discours au siège de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), dont on célébrait ce jour-là le quinzième anniversaire, le président a ajouté qu'il s'agissait de "porter la révolution dans le secteur pétrolier et de concrétiser les choix fondamentaux du pays dans ce domaine". "Le 29 juillet 1965, nous avons signé avec le gouvernement français un accord qui devait tenir compte des intérêts mutuels des deux parties. La question que nous nous posons cinq ans plus tard est la suivante : cet accord a-t-il été mis en œuvre ? Nous pouvons affirmer qu'elle n'a été appliquée que par la partie algérienne et que la contrepartie française n'a pas respecté les termes de l'accord (faisant référence à la négociation du prix comme base de calcul de la taxe). Par conséquent, à partir de maintenant, la part de l'Algérie dans toutes les compagnies pétrolières françaises sera de 51% afin d'assurer un contrôle efficace, en plus de la nationalisation de tous les champs de gaz naturel et du transport terrestre. "Il serait plus équitable d'investir dans l'exploration pétrolière, poursuit-il, si les bénéfices réalisés dans notre pays étaient au moins dépensés localement.Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Les premiers pas de Sonatrach

Les années 60 sont en effet la décennie des décolonisations et aussi de la prise de conscience par les pays producteurs de pétrole de leur poids dans le système économique mondial. Cela a commencé en Iran en 1951 avec la nationalisation des champs pétroliers de l'AIOC (plus tard British Petroleum) en 1954. En Italie, l'ENI d'Enrico Mattei avait une initiative sans précédent jusqu'alors destinée aux pays du tiers monde où l'ENI opérait : créer une société dont 75% correspondrait au pays d'accueil et 25% à l'ENI dans les pays où l'ENI opérait (Egypte, Tunisie, Maroc) mais cela lui coûtera la vie le 27 octobre 1962, dans un crash de son avion privé suite à un sabotage présumé probablement par les lobbies pétroliers.

Mais l'événement le plus important de la décennie a été la création de l'OPEP, dont l'Algérie est devenue membre en 1969, et c'est dans ce contexte que Sonatrach est née. À l'époque, peu de pays producteurs de pétrole disposaient d'une compagnie pétrolière et gazière d'État, peut-être le Mexique avec PEMEX en 1938 et l'Iran avec NIOC en 1951. Belaid Abdessselam en était le promoteur et le président, un homme de confiance absolue pour Ben Bella. Homme intègre qui n'a pas profité de sa position pour s'enrichir comme d'autres l'ont fait plus tard, et nationaliste convaincu, il a pris les rênes de Sonatrach.

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Un monopole

En devenant le propriétaire exclusif des ressources du sol et du sous-sol, l'Etat algérien a abandonné le système des concessions au profit d'une prise de contrôle à 51% par les deux compagnies pétrolières françaises présentes, Elf (ex-Erap) et Total (CFP). Suite à cette décision, seul Total, qui opérait en Algérie depuis 1952, est resté.

La Société nationale de recherche, de transport, de transformation et de commercialisation des hydrocarbures (Sonatrach) a obtenu le monopole des activités pétrolières grâce à l'exclusivité des permis de recherche et des concessions d'exploitation. "Une radicalisation des choix stratégiques du pouvoir au niveau politique". (Selon Benjamin Stora) 

Après la guerre des Six Jours, en juin 1967, l'Algérie décide de nationaliser les activités de raffinage et de distribution de Mobil et Esso. Et en août 1968, Sonatrach bénéficie d'une série d'opérations qui lui confèrent le monopole de la commercialisation des produits pétroliers et le contrôle de tout le secteur pétrochimique.

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Baisse de l'investissement français

Par la suite, le 19 octobre 1968, la société algérienne a signé un accord avec la société américaine Getty Oil qui a rendu à Sonatrach 51% de ses intérêts en Algérie. Après cet accord, "les réclamations contre les entreprises françaises sont devenues plus pressantes".

D'autant qu'en 1969, le pétrole algérien représentait 20 % de la production de Total et 79 % de celle d'Elf. Près d'un tiers du pétrole utilisé par l'économie française provient des champs pétrolifères sahariens, avec 25,4 millions de tonnes, faisant de l'Algérie le premier fournisseur de la France, loin devant l'Irak et la Libye. Après l'accord Getty Oil, Alger dénonce le non-respect des accords algéro-français, chiffres à l'appui : les investissements français passent de 363 millions de dinars en 1965 à 198 millions de dinars en 1968. Le 30 janvier 1969, l'impôt sur les sociétés françaises devait être révisé mais a été reporté. Boumédiène ne manque pas de le rappeler dans son discours du 24 février 1971 : "Les Français ne veulent pas reparler des prix. Nous avons donc décidé, en tant qu'État souverain et libre, de fixer nous-mêmes les prix. A partir de ce jour, le prix du baril est passé de 2,08 à 2,85 dollars. Suite à l'annonce de la nationalisation, les entreprises étrangères, quelle que soit leur nationalité, ne peuvent plus investir dans la recherche et la production d'hydrocarbures liquides sans Sonatrach. Pour des raisons fiscales, les entreprises étaient également tenues de créer une société de droit algérien pour bénéficier de ces avantages. 

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Depuis les années 1970, la dépendance de l'Algérie vis-à-vis des hydrocarbures n'a cessé d'augmenter. La part de Sonatrach dans la production pétrolière est passée de 31% en 1970 à 56% en 1971 et 82% en 1980. Dans les années 2000, le secteur représentait 40 % du PIB de l'Algérie.

La nationalisation des hydrocarbures algériens a inspiré d'autres États. Dix mois plus tard, la Libye nationalise les actifs de British Petroleum, tandis que le 1er juin 1972, l'Irak exproprie l'Iraq Petroleum Company (un consortium étranger).

La guerre civile algérienne 1992-1998 

L'Algérie a été traumatisée par l'assassinat, le 29 juin 1992 à Annaba, du président de l'époque, Mohamed Boudiaf, alors qu'il prononçait un discours, qui a été filmé en direct par la télévision nationale. Le public s'est demandé comment cela était possible dans un pays réputé pour l'efficacité de ses services de sécurité, qui n'étaient pas prêts à empêcher l'assassinat. On suppose que l'assassinat a été planifié par certains généraux lorsque Boudiaf a commencé à enquêter sur la corruption pratiquée par ces généraux et les fortunes qu'ils avaient amassées pendant les années Chadli Bendjedid11

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05La guerre civile algérienne ou décennie noire (également appelée décennie du terrorisme, années de plomb ou années de braise) est une guerre civile qui a opposé le gouvernement algérien, notamment l'Armée nationale populaire (ANP), et divers groupes islamistes depuis 1991. Le conflit s'est terminé par la victoire des forces gouvernementales avec la reddition de l'Armée islamique du salut (AIS) et la défaite en 2002 du Groupe islamique armé (GIA). En dix ans, les violences ont fait entre 60 000 et 150 000 morts, ainsi que des milliers de disparus, un million de personnes déplacées, des dizaines de milliers d'exilés et plus de 20 milliards de dollars de dommages.

Avril 1999, le rêve d'Abdelaziz Bouteflika devient réalité
Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Abdelaziz Bouteflika (AB) a disparu après avoir refusé une offre pour devenir juge suprême en 1994. Il vivait en exil aux Émirats arabes unis depuis une quinzaine d'années, où il était conseiller de l'émir d'Abu Dhabi et président de la Fédération des Émirats, le cheikh Zayed Ibn Sultan al-Nahyan. De là, il a suivi avec intérêt les développements politiques en Algérie. C'est Larbi Belkheir12 qui, pour la deuxième fois, a proposé à Abdelaziz Bouteflika de se présenter à la présidence algérienne. Et c'est ce qui s'est passé. Bouteflika s'est présenté en tant que candidat indépendant. Les généraux lui ont tendu un autre piège : ils ont manipulé l'affaire de telle sorte que les autres candidats, réalisant que les dés étaient pipés, ont décidé de se retirer de la course à la présidence la veille du vote. Et grâce au DRS13, il a été élu sans surprise le 15 avril 1999 avec 73% des voix. Plus de 35 ans après son premier poste ministériel, Bouteflika a pris triomphalement la tête de l'Algérie en 1999, alors que le pays était déchiré par la guerre civile. Vingt ans plus tard, l'armée, pilier du régime, le limoge sans ménagement sous la pression d'un mouvement de contestation sans précédent (Hirak). " Boutef ", comme l'appellent familièrement ses compatriotes, jette l'éponge le 2 avril 2019, après une improbable tentative de briguer un cinquième mandat malgré l'accident vasculaire cérébral qui l'a cloué dans un fauteuil roulant et l'a laissé presque inerte six ans plus tôt. Cette candidature a été perçue comme une humiliation de trop par des millions d'Algériens. À l'indépendance, en 1962, à l'âge de 25 ans, il devient ministre des Sports et du Tourisme, avant d'hériter, un an plus tard, du très convoité portefeuille diplomatique, qu'il conservera jusqu'en 1979, époque où l'Algérie s'affirme comme un leader du tiers-monde. En 1965, il soutient le coup d'État mené par Houari Boumédiène, alors ministre de la défense, qui renverse le président Ahmed Ben Bella. Il se pose en successeur de Boumédiène, décédé en 1978, mais est écarté de la succession par l'armée, puis disparaît de la scène politique sur fond d'accusations de détournement de fonds. Il s'est exilé à Dubaï et à Genève. Cependant, c'est l'armée elle-même qui l'a imposé en 1999 : il a remporté l'élection présidentielle après que ses adversaires se soient retirés en invoquant la fraude. 

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Parrain de la corruption

Sa santé n'a pas empêché certains intellectuels et universitaires de réclamer justice pour la corruption qui a gangrené l'Algérie pendant ses 20 ans de présidence. Depuis sa retraite forcée, la justice algérienne a ouvert une série d'enquêtes sur la corruption et condamné et/ou emprisonné d'anciens hommes politiques et des hommes d'affaires influents accusés d'avoir bénéficié de ses liens privilégiés avec le clan Bouteflika. Dans la prison d'El Harrach croupissent deux premiers ministres, de nombreux ministres et hommes politiques, et des hommes d'affaires de premier plan, qui ont été gratifiés de marchés publics grâce à leur proximité avec le président-bis, Saïd Bouteflika (frère).Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

L'Algérie est un terrain fertile pour les corrompus

L'histoire de l'Algérie contemporaine, de la fin de l'ère Boumediene à nos jours, est émaillée d'accusations publiques - et plus rarement judiciaires - à l'encontre d'anciens dirigeants, voire de cadres d'entreprises publiques. Ces accusations coïncident souvent avec des changements de gouvernement ou des luttes de pouvoir. La mort de Houari Boumediene a mis en lumière les mécanismes de corruption sous son règne. Mais c'est avec la présidence de Bouteflika que le phénomène a pris une ampleur sans précédent. Des cas tels que Brown & Root-Condor (BCR), une joint-venture algéro-américaine associée à Sonatrach au cœur de la corruption, n'était rien d'autre qu'une courroie de transmission pour sa société mère Kellogg-Brown & Root (KBR), le bras armé de Halliburton USA en Algérie, BCR étant une source d'enrichissement pour la mafia politico-financière, qui comprenait des généraux, des personnalités politiques et des hommes d'affaires dans l'entourage du président de la République et de sa famille. Citons également l'affaire Orascom. Orascom Telecom Holding (OTH), société égyptienne de téléphonie mobile, qui après une première extension en Jordanie en 1999 a profité de l'arrivée au pouvoir de Bouteflika pour s'implanter en Algérie et ainsi accélérer le développement international de la société. Les liens passés de son homme en Algérie, Mohamed Shorafa (d'origine palestinienne), avec Abdelaziz Bouteflika ont été déterminants pour son développement dans le pays. Bénéficiant de prêts des banques publiques algériennes à des conditions très favorables grâce au traitement de faveur que Bouteflika a exigé des banques pour cette entreprise, elle a pu créer un réseau de téléphonie mobile sous la marque Djezzy qui allait rapidement devenir le numéro un du pays en termes d'abonnés et que 10 ans plus tard des investisseurs étrangers, principalement français, ont racheté pour des milliards de dollars. OTH, également avec la bénédiction de Bouteflika, est entrée dans le domaine du ciment par diverses opérations de rachat de cimentiers publics à un prix inférieur à celui proposé par Lafarge (France), et a également pénétré le secteur des hydrocarbures en s'associant à Sonatrach pour exploiter un complexe d'ammoniac et d'urée à Arzew. Les frères Bouteflika ont certainement tiré un grand profit de ce nouvel accord. Au sein de Sonatrach, ces situations de corruption étaient encore plus graves, atteignant des niveaux élevés de décrépitude, marquées par un système de gestion interne basé sur le copinage et le népotisme, avec une gestion des carrières marquée par une instabilité des postes de direction qui a contraint nombre d'entre eux à émigrer à l'étranger. Plusieurs centaines de millions de dollars auraient été vidés des caisses de Sonatrach pour financer illégalement la campagne électorale de Bouteflika en 2009. Si l'on ajoute à tout cela le manque de professionnalisme avec lequel certaines questions stratégiques du secteur de l'énergie ont été traitées dans les années 2000, la détérioration de la situation au sein de l'entreprise s'explique. Sans parler du gaz, pour lequel l'Algérie n'avait pas de politique stratégique, se contentant de vendre du gaz quand les Russes, les Iraniens et les Vénézuéliens commençaient à penser à une OPEP du gaz. Quelle était la politique de l'Algérie à cet égard ? Elle s'est contentée d'observer alors qu'elle aurait pu être un acteur majeur compte tenu de ses réserves et de ses 50 ans d'expérience dans le domaine.

Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Algérie : production, stratégie, gaz et pétrole : quelques faits...

Aujourd'hui, l'Algérie semble à la croisée des chemins : le pays a été le premier exportateur de gaz en Afrique et le troisième fournisseur de gaz de l'UE27 en 2019. Mais sa consommation d'énergie, alimentée par un généreux système de subventions publiques, a explosé en l'espace de 20 ans : la consommation finale d'électricité (produite à plus de 99 % à partir de gaz) a augmenté de 231 % entre 2000 et 2019. La croissance des besoins intérieurs a réduit les volumes de gaz disponibles pour l'exportation. 75% de la production de gaz du pays était exportée en 2000, contre 50% aujourd'hui. En l'absence d'un développement ambitieux des énergies renouvelables et d'une réduction des subventions à la consommation (politiquement explosive à l'heure où le Hirak fait déjà pression sur l'immobilisme du gouvernement), cette tendance à la baisse risque de se poursuivre à moyen terme, alors que le déclin de la production algérienne de gaz naturel semble avoir commencé. La relance des activités d'exploration est actuellement l'une des priorités stratégiques du gouvernement, mais la dispersion des ressources dans le sud du pays ne permet pas le développement de champs isolés, éloignés des infrastructures de transport et difficiles à protéger en cas d'attaque (ex : prise d'otages à Amenas14 janvier 2013). Une nouvelle loi sur les hydrocarbures (loi 19-13) a été adoptée à la fin de 2019. Cette disposition législative est beaucoup plus favorable que la précédente pour les entreprises étrangères. Elle permet à l'Algérie d'avoir une fiscalité relativement similaire à celle des autres pays producteurs de pétrole équivalents. L'objectif est d'attirer les investissements étrangers, indispensables pour relancer l'exploration et la production de pétrole et de gaz dans le pays. Entre-temps, Sonatrach est incapable de financer les investissements nécessaires, même pour maintenir la production. Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Quatorze entreprises internationales ont signé un protocole d'accord avec Sonatrach depuis 2020, notamment les russes Lukoil et Zarubzhneft, les entreprises américaines Chevron et ExxoMobil, la turque TPAO et la chinoise Sinopec. Mais deux autres obstacles au soutien des investissements étrangers dans le secteur pétrolier et gazier algérien doivent être levés : 1. l'impossibilité pour les entreprises étrangères de détenir plus de 49 % des parts d'une coentreprise avec Sonatrach, et 2. les difficultés liées au climat des affaires.Bibliografía  •	Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat •	Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui •	André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure •	Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien •	La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962) Pierre Montagnon •	Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora  (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations) •	Coface risque pays •	Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ? 29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat •	Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien 24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05

Conclusion de cette chronique

Y a-t-il un remède à ce "mal hollandais "15 algérien ? Quelles autres souffrances attendent la population algérienne ? Y a-t-il quelque chose de plus horrible qu'une guerre civile qui a coûté la vie à plus de 200 000 de ses enfants ? Les jeunes Algériens ont bien compris que la richesse en hydrocarbures de leur pays ne leur appartient pas et ils ne rêvent que d'une chose : émigrer à l'étranger, quitte à risquer leur vie en haute mer, "mieux vaut être mangé par les poissons de la Méditerranée que par les vers d'Algérie". Le changement est un mot difficile à prononcer en Algérie et dans un régime machiavélique comme le leur. Des régimes à vie surtout pour ceux qui sont dans l'ombre du pouvoir et dans certains cas pour ceux qui l'exercent, ce qui explique qu'en Algérie plus de la moitié de la population de moins de 25 ans est depuis longtemps dirigée par des septuagénaires. 

"Ce n'est que lorsque la parole reviendra au peuple et qu'il pourra choisir ses dirigeants librement et sans fraude que le pétrole sera une bénédiction et que seule la démocratie pourra guérir l'Algérie de son mal hollandais" (Hocine Malti15). (Hocine Malti16)

Notes

1.    Abdelmajid Tebboune (né à Méchria le 17 novembre 1945) est un homme politique algérien, depuis le 19 décembre 2019 président de l'Algérie et ministre de la Défense. Il a été Premier ministre de l'Algérie de mai 2017 à août 2017. Il a précédemment occupé le poste de ministre du Logement de 2001 à 2002, puis de 2012 à 2017.
2.    Hirak est un mot arabe qui signifie "mouvement". Mouvement politique ou social : haraka. Ainsi, en Algérie, si l'on évoque le mouvement national qui a conduit à l'indépendance, on utilisera l'expression haraka wataniya (mouvement national). Il est considéré comme une innovation linguistique, provenant de la racine h-r-k. Depuis quelques mois, les mouvements qui s'affirment dans le monde arabe sont appelés hirak. Un néologisme qui prouve que la langue arabe, comme le monde du même nom, vit, se manifeste, se transforme, et fait référence en l'occurrence à une série de manifestations sporadiques qui ont eu lieu depuis le 16 février 2019 en Algérie pour protester d'abord contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat présidentiel, puis contre son projet, également contesté par l'armée, de rester au pouvoir après son quatrième mandat dans le cadre d'une transition et de la mise en œuvre de réformes. Par la suite, les manifestants ont exigé l'instauration d'une deuxième république et le départ des dignitaires du régime, d'autant plus que ce dernier a organisé les prochaines élections avec les candidatures des chefs de l'ancien régime, ce qui a conduit à l'élection de l'ancien Premier ministre Abdelmadjid Tebboune, contestée par les manifestants.
3.    Il est nommé chef d'état-major par intérim de l'Armée nationale populaire le 23 décembre 2019 par le président Abdelmadjid Tebboune, succédant au général Ahmed Gaïd Salah, décédé le même jour.
4.    Edjeleh est un village de la commune d'En Amenas, dans le district d'Amenas, province d'Illizi, Algérie, situé près de la frontière libyenne.
5.    Hassi Messaoud est une commune (baladiyah) de la province ou valiato de Ouargla en Algérie. 
6.    Elle est située dans le sud-est du pays, dans le désert du Sahara, près de la frontière avec la Tunisie.
7.    La Société nationale de recherche et d'exploitation de pétrole en Algérie (ou SN REPAL) a été créée en 1946, en partenariat avec le gouvernement général algérien, par le Bureau de recherche de pétrole (BRP, devenu Elf Aquitaine en 1976) basé à Hydra, sur les hauteurs d'Alger.
8.    Accords d'Évian, pactes signés le 18 mars 1962 entre le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la République d'Algérie, qui mettent fin à la guerre d'indépendance algérienne. Les négociations, qui ont débuté le 18 mai 1961 et repris le 7 mars 1962 à Evian, en France, se sont terminées par la signature des accords et un cessez-le-feu. L'Algérie est désormais un État souverain et indépendant. Un régime provisoire est installé en attendant le vote d'autodétermination, les Européens (plus d'un million) sont autorisés à rester en Algérie avec certaines garanties, et une coopération entre l'Algérie et la France est prévue.
9.    Dans l'espoir d'une reprise de la guerre, l'Organisation de l'armée secrète (OAS), un mouvement clandestin qui tente de s'opposer par la violence à l'indépendance de l'Algérie, redouble ses actions terroristes, ce qui compromet l'avenir des Européens en Algérie.
10.    Les citoyens français, par référendum le 8 avril 1962, et les Algériens, par référendum le 1er juillet 1962, ont approuvé ces accords.
11.    Il a fondé le FLN (Front de libération nationale) à la mi-1950. En mars 1962, il devient le premier président de l'Algérie, dont la constitution prévoit un système de parti unique, en septembre de la même année. Dès lors, Ben Bella a commencé à œuvrer pour la nationalisation des services et la modernisation du pays. Cependant, le mécontentement au sein du FLN, le personnalisme du système et les pressions extérieures - problèmes de frontières - conduisent à un coup d'État en 1965, au cours duquel il est renversé par son ministre de la Défense, le colonel Houari Boumediene, et qui met fin au mandat du premier président de l'Algérie indépendante.
12.    Houari Boumédiène devient le nouveau président de l'Algérie après avoir renversé Ben Bella lors d'un coup d'État militaire. Boumédiène s'est engagé dans une politique visant à mettre fin aux puissants leviers néocolonialistes maintenus par la France, ancienne puissance colonisatrice après l'indépendance. Sa politique vise à mettre fin au contrôle exclusif de la France sur l'exploitation des riches gisements d'hydrocarbures du pays et au retrait des bases militaires que la France maintient dans le pays. Sur le plan économique, sa référence sera le modèle socialiste, qui servira également à justifier la nationalisation des hydrocarbures en 1971, qui portera un grave préjudice aux intérêts français. 
13.    Benjamin Stora, né le 2 décembre 1950 à Constantine, en Algérie, est un historien français, ancien professeur à l'université de Paris-XIII.
14.    Chadli Bendjedid (arabe : شاذلي بن جدديد) (Bouteldja, 14 avril 1929 - Alger, 6 octobre 2012) a été président de l'Algérie entre le 9 février 1979 et le 11 janvier 1992.12 Il a été officier dans l'armée française avant de faire défection et de rejoindre le Front de libération nationale (FLN) au début de la guerre d'indépendance. Ministre de la défense de novembre 1978 à février 1979, il est nommé président du pays à la mort de Houari Boumédiène.
15.    En 1999, Larbi Belkheir a confirmé qu'il était toujours actif. C'est lui qui a promu la candidature d'Abdelaziz Bouteflika auprès de ses pairs généraux. Et il devient le chef de cabinet du nouveau président ; il sert de tampon entre le nouvel élu et l'armée. Mais les choses tournent mal. Larbi Belkheir ne s'entend pas avec Saïd Bouteflika, le frère du président, et tombe rapidement en disgrâce.
16.    "Exilé" dans son poste marocain, se sentant inutile, Larbi Belkheir est devenu dépressif. Malade de ses poumons, il finit par retourner à Alger, mais pour y mourir.
17.    Département du Renseignement et de la Sécurité / Algerian Department of Security
18.    La crise des otages d'In Amenas, également connue sous le nom de crise des otages de Tiguentourine, est une prise d'otages massive menée du 16 janvier 2013 au 19 janvier 2013 par "Les Signataires du sang", un groupe islamiste armé dissident d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, sur le site d'exploitation gazière de Tiguentourine, situé à 45 km à l'ouest d'In Amenas, dans la région saharienne du sud de l'Algérie. Cette opération préparée de longue date a permis aux auteurs des attentats de demander, entre autres, la fin de l'intervention militaire française au Mali, qui avait débuté cinq jours plus tôt.
19.    Le syndrome hollandais, ou maladie hollandaise, est un terme qui est apparu dans les années 1960, lorsque les recettes en devises des Pays-Bas ont fortement augmenté en raison de la découverte de grands gisements de gaz naturel près de la mer du Nord. L'exportation de ce gaz a entraîné une augmentation des recettes en devises. La monnaie néerlandaise s'est appréciée, ce qui a nui à la compétitivité des exportations. Tout événement économique qui génère d'importantes entrées de devises, s'il n'est pas stérilisé, aura de telles conséquences.
20.    Hocine Malti était ingénieur pétrolier et a participé à la création de Sonatrach. Cette chronique est basée sur certaines sections de ses mémoires sur le pétrole algérien et son histoire secrète.

Bibliographie

•    Bouteflika l’histoire secrete. Farid Alilat
•    Bouteflika ses parrins et ses larbins. Mohamed Sifahoui
•    André-Paul Weber, 1830-1930, La France en Algérie : une malheureuse aventure
•    Hocine Malti, Histoire secrète du pétrole algérien
•    La Guerre d’Algérie : Genèse et engrenage d'une tragédie (1954-1962)
Pierre Montagnon
•    Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.  Benjamin Stora (Auteur), Sebastien Vassant (Illustrations)
•    Coface risque pays
•    Algérie : la répression sous Tebboune est-elle plus sévère que sous Bouteflika ?
29 juin 2021 à 14h46 | Par Farid Alilat
•    Il y a cinquante ans, la nationalisation du pétrole algérien
24 février 2021 à 10h13 | Par Olivier Marbot
Mis à jour le 20 mai 2021 à 15h05