L'Algérie va construire une base militaire à la frontière avec le Maroc

Alger aurait pris cette décision en réponse au projet de Rabat de construire une installation similaire à 38 kilomètres du territoire algérien
Des soldats algériens montent la garde au complexe gazier de Tiguentourine à In Amenas, à environ 1 600 km au sud-est de la capitale

AFP/RYAD KRAMDI  -   Des soldats algériens montent la garde au complexe gazier de Tiguentourine à In Amenas, à environ 1 600 km au sud-est de la capitale

Les relations entre l'Algérie et le Maroc ne sont pas au mieux de leur forme. Depuis l'expulsion du consul marocain dans la ville algérienne d'Oran le 9 juin dernier pour ses déclarations selon lesquelles « l'Algérie est un État ennemi », les accusations entre les deux pays du Maghreb sont constantes. Aujourd'hui, la tension s'est à nouveau accrue avec l'annonce par Alger de la construction d'une base militaire près de la frontière entre les deux nations, dans le but de « renforcer les mesures de sécurité aux frontières occidentales du pays ».

Toutefois, cette décision est considérée par de nombreux analystes comme une réponse au projet marocain de construction d'une grande installation similaire de 23 hectares pour l'armée alaouite dans la province de Jerada, à seulement 38 kilomètres du territoire algérien. « En fait, l'annonce par Rabat de la construction de la base très proche de la frontière a été très mal accueillie en Algérie », a déclaré le journal local ObservAlgerie « Cette décision vise à contrer les manœuvres suspectes du Royaume alaouite qui constitueraient une menace pour la sécurité nationale en Algérie », ajoutent-ils. « Cette structure sera conçue pour protéger les frontières du pays et la sécurité nationale contre les risques et les menaces directes », note le quotidien Echorouk. « Nous allons construire une base similaire ou plus grande en échange. Nous avons tout ce qu'il faut pour mettre en place un tel projet », affirme une source de TSA Algérie.

Rabat a communiqué le 24 mai dernier ses plans pour la province de Jerada, s'inscrivant dans la stratégie militaire mise en place depuis 2014 pour protéger davantage sa frontière terrestre avec Alger, selon les médias locaux. Les Forces armées royales marocaines (FAR) ont nié le 30 mai que la nouvelle base militaire, qui doit être établie dans la forêt de Beni Yaala, dans la commune de Laâouinate, poursuivait un objectif stratégique, car elle allait simplement être une « petite caserne pour abriter les troupes ». « D'autres casernes ont été établies depuis longtemps dans une situation militaire par rapport à la frontière », ont déclaré les FAR. Par ailleurs, comme l'a expliqué Le Desk depuis le milieu marocain, tant la topographie du terrain - au cœur d'une forêt - que la surface assez réduite sur laquelle il sera construit, ainsi que son emplacement, très exposé, confirmeraient l'utilisation non stratégique de la future installation militaire.

Cependant, l'Algérie a dénoncé que le Maroc a l'intention d'utiliser la future base de Jerada comme centre d'espionnage électronique, dans un projet auquel, selon Alger, Israël contribue. « Nos propres sources ajoutent que cette base, probablement opérationnelle, abrite du matériel électronique avancé fourni par l'entité sioniste », affirment Le Courrier d'Algérie. « Ce n'est un secret pour personne que les sionistes sont à la pointe de l'espionnage électronique, des attaques informatiques à grande échelle avec des logiciels malveillants, capables de causer de sérieux dommages à un État comme l'Algérie. Il est donc normal et légitime que l'Algérie se protège contre elle [la base de Jerada] », déclare l'analyste Mohamed Abdoun dans la publication. « Si le Maroc, en raison de ses actions criminelles et colonialistes, a toujours représenté un danger pour l'Algérie, ce constat amer n'a jamais été aussi vrai. Envisager d'établir une base militaire maroco-israélienne à nos frontières, qui sera remplie d'équipements ultra-sophistiqués, ne peut signifier qu'une chose : le Maroc envisage de mener des actions hostiles contre l'Algérie. Leur guerre contre notre pays a peut-être déjà commencé », prévient-il.

Dans cette ligne, la presse marocaine accuse ses homologues algériens de réchauffer l'atmosphère entre les deux Etats : « Lors de sa publication fin mai, l'information était déjà accompagnée d'articles alarmistes publiés dans la presse algérienne, alimentant ainsi les tensions persistantes entre les deux piliers du Maghreb et leur course effrénée à l'armement », critique le quotidien marocain Le Desk.