PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Algérie dément l'annulation du blocus commercial de l'Espagne

L'État algérien a désavoué l'Association des banques et institutions financières, qui a annoncé la cessation des restrictions bancaires sur le commerce extérieur avec l'Espagne
argelia-españa-comercio

REUTERS/RAMZI BOUDINA  -   Port commercial d'Alger

L'Algérie a désavoué l'Association des banques et établissements financiers (ABEF) qui, il y a un peu plus d'une journée, a annoncé le retour à la normale des échanges avec l'Espagne, estimant que les mesures de précaution prises à l'encontre de la nation espagnole étaient inutiles. 

L'État algérien a déclaré samedi que les liens commerciaux avec l'Espagne "sont la prérogative exclusive de l'État et non des organisations professionnelles, telles que l'Association des banques et établissements financiers (ABEF)", selon un communiqué publié par l'agence de presse officielle APS.

Le 9 juin, l'Algérie a décrété la suspension des domiciliations liées au commerce extérieur entre le pays nord-africain et l'Espagne, ce qui a signifié un blocage total des transactions, affectant pleinement les opérations commerciales entre les deux nations, qui sont étroitement liées à cet égard, affectant de nombreux entrepreneurs et commerçants qui ont d'importantes affaires dérivées de l'activité commerciale établie entre les deux pays. Cette décision, qui a été un coup dur pour le secteur commercial, est le résultat de la décision du gouvernement espagnol de reconnaître la proposition du Maroc pour une solution au conflit du Sahara Occidental comme la "plus sérieuse, crédible et réaliste" parmi les postulats de l'ONU. Cette position a provoqué une grande colère en Algérie, rival politique du royaume alaouite au Maghreb et principal allié du Front Polisario, qui préconise l'organisation d'un référendum sur l'indépendance du peuple sahraoui, lequel bénéficie d'un soutien international moindre que la proposition marocaine, qui prône une large autonomie de la région sahraouie sous la souveraineté du Royaume et a été soutenue par des pays aussi importants que les États-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Émirats arabes unis. 

tebboune-argelia
PHOTO/Ministère russe des Affaires étrangères via REUTERS - Le président algérien Abdelmadjid Tebboune

Par la suite, le 28 juillet, l'association des employeurs du secteur bancaire (ABEF) a annoncé la levée des restrictions, mais l'État algérien les a maintenant désavouées, ce qui constitue un revers majeur pour les relations bilatérales. 

L'annonce de la levée des restrictions avait été accueillie favorablement en Algérie et en Espagne car elle constituait un pas vers la reprise des opérations commerciales. Djamel Eddine Bouabdallah, président du Cercle algéro-espagnol du commerce et de l'industrie, a qualifié cette mesure de "pas très important" et s'est félicité du retour "à la normale des échanges". 

Ce supposé retour à la normale était attendu en raison des importantes relations économiques et commerciales entre l'Espagne et l'Algérie. Mais voilà qu'arrive ce revers avec le maintien d'une position fermée de la part de l'Etat algérien. 

españa-argelia-relaciones-comerciales-economia
REUTERS/RAMZI BOUDINA - Banque d'Algérie à Alger

Il semble que l'administration algérienne ne tienne pas compte de l'aspect économique et commercial, et que la question politique dérivée du conflit avec le Maroc, qui dans ce cas affecte l'Espagne, continue de peser plus lourd. 

L'ABEF (qui regroupe une trentaine de banques et établissements financiers opérant en Algérie) "est une association professionnelle et défend les intérêts de ses membres", selon une note de l'agence officielle APS, également rapportée par l'agence EFE. 

Le communiqué souligne également que "les allégations faites pour l'instant par certains médias sur un prétendu retour en arrière de l'Algérie sur ses relations commerciales avec l'Espagne sont erronées, car aucune information officielle n'a été rendue publique à cet égard par les autorités ou institutions compétentes".

argelia-españa-comercio
REUTERS/NACHO DOCE - Conteneurs d'expédition dans le port de Barcelone

"Les décisions sur les questions financières et commerciales qui impliquent l'État sont prises par le Conseil des ministres, le ministère des Finances ou la Banque d'Algérie et sont annoncées par les voies officielles", précise la note officielle.