PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Algérie déploie ses forces militaires à l'occasion du 60e anniversaire de son indépendance

Les autorités algériennes envoient un message de force au milieu de la crise avec le Maroc et l'Espagne
Ejército Argelia

AP/TOUFIK DOUDOU  -   L'Algérie célèbre le 60e anniversaire de son indépendance de la France par des cérémonies dans tout le pays

L'Algérie a réussi à se débarrasser de l'occupation française en mars 1962, après sept années de guerre qui ont mis fin à 132 autres années de régime colonial et fait plus d'un million de morts des deux côtés. Mais ce n'est que le 5 juillet que les autorités ont officiellement proclamé l'indépendance après la victoire éclatante du "oui" au référendum d'autodétermination, avec plus de 99 % des voix. La nation algérienne a commencé son voyage seule en pleine décolonisation. 

Depuis lors, il est de coutume que les autorités commémorent la fête nationale par un défilé militaire. L'éclatement de la guerre civile sanglante de 1991, déclenchée par la menace islamiste, a suspendu la tradition et plongé l'Algérie dans une impasse qui dure depuis plus de trois décennies. Elle revient aujourd'hui dans un contexte marqué par des tensions accrues avec le Maroc et la suspension des relations commerciales avec l'Espagne, en réponse à la volte-face du gouvernement de Pedro Sánchez sur la question du Sahara occidental. 

La principale avenue de la capitale, Alger, a été le théâtre mardi d'un déploiement de forces sans précédent sur le continent africain. Pendant deux heures, les hauts gradés du régime algérien ont passé en revue les milliers de membres de l'armée, qui ont montré leur vaste arsenal d'armes, notamment des chars T-72 modernisés de fabrication soviétique, des chasseurs-bombardiers russes Sukhoi et des chars de combat russes BMPT-62. Les navires de guerre et deux sous-marins attendaient dans le port d'Alger. Tout cela était accompagné de l'hymne national, de chants patriotiques et d'une mer de drapeaux verts et blancs.

Argelia
AP/TOUFIK DOUDOU  -   Des avions de guerre volent pour afficher le nombre 60 lors d'un défilé militaire pour commémorer le 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, mardi 5 juillet 2022 à Alger

Le blog spécialisé Menadefensa critique les absences du défilé : "Pas de missiles balistiques Iskander, pas de missiles supersoniques YJ-21, pas de véhicules blindés Boxer, pas de drones Seeker, pas de Yabhon United 40 et Flash, pas de CH-3 et pas de CH-5. Tous ces équipements et d'autres encore, l'Armée nationale populaire algérienne a jugé bon de les stocker dans ses hangars. 

Le Président algérien Abdelmadjid Tebboune a ouvert la cérémonie en déposant une gerbe au Monument des Martyrs de l'Indépendance. Ensuite, l'ancien Premier ministre d'Abdelaziz Bouteflika et vainqueur des élections controversées de 2019, organisées en pleine contestation du gouvernement, est monté dans une Mercedes décapotable dans laquelle attendait le chef d'état-major de l'armée, Saïd Chengriha, véritable homme fort du pays. La proximité entre les deux symbolise les retrouvailles entre les ailes politiques et militaires de l'Algérie. L'unité au sein du régime. 

"Ces moments ont une signification profonde, et le peuple algérien voit aujourd'hui le professionnalisme et la maîtrise de la technologie et de la science militaire qu'a atteint notre estimée armée", a déclaré Tebboune. Les forces armées algériennes sont classées 31e sur 142 armées nationales en termes de capacité de guerre, selon le dernier classement de GlobalFirepower. Ces derniers mois, le pays d'Afrique du Nord s'est lancé dans une course à l'armement avec le Maroc, avec lequel il est en concurrence pour l'hégémonie au Maghreb.

Des centaines de personnes ont suivi le défilé dans les rues, s'alignant des deux côtés des avenues. Toutefois, les scènes les plus marquantes se sont déroulées sur la tribune réservée aux autorités, où le président palestinien Mahmoud Abbas et le chef du bureau politique du Hamas, Ismael Haniye, se sont affrontés sur des différences d'approche de la question palestinienne. Tebboune se vantera plus tard de les avoir réunis des années plus tard pour aplanir les différences. Aux yeux de la galerie, les retrouvailles ont été l'un des trophées de la journée. 

Étaient également présents à la parade le président tunisien Kaïs Saied, qui s'est lancé dans un processus controversé de rédaction de la Constitution, le président nigérian Mohamed Bazoum, la ministre libyenne des affaires étrangères par intérim Najla Mangoush et le chef du Front Polisario Brahim Ghali. La principale autorité européenne était la présidente du Sénat italien, Maria Elisabetta Casellati, dont la présence répondait à l'amélioration des relations bilatérales entre Rome et Alger, notamment en matière énergétique. Le diplomate Fernando Morán, ambassadeur à Alger, représentait l'Espagne. 

Desfile Argelia
AFP PHOTO / HO / PPO  -   Le président palestinien Mahmoud Abbas, accompagné à gauche et à droite du président tunisien Kais Saied et du chef du Front Polisario Brahim Ghali. Kais Saied, et le chef du Front Polisario, Brahim Ghali

"C'était un rappel de la lutte anticoloniale que l'Algérie a menée et cultivée à travers le continent africain, cela ressortait clairement de la liste des invités", a déclaré l'analyste politique Zine Labidine Ghebouli à Atalayar. "Quant au matériel lui-même, l'armée n'a fait que démontrer ses capacités défensives, dans un message aux partenaires internationaux sur la capacité de l'Algérie à se défendre et à défendre son voisinage immédiat contre les menaces traditionnelles et émergentes. "L'accord entre le président Tebboune et la direction militaire était clair et encourageait de nouvelles hypothèses sur un second mandat pour le président actuel. Les dirigeants actuels de l'armée semblent soutenir Tebboune et appuient son programme depuis son arrivée au pouvoir", ajoute l'analyste. 

Dans un exercice de magnanimité, la gérontocratie algérienne a prétendu gracier 14 000 prisonniers pour calmer les esprits à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance, selon les autorités. Mais en réalité, les peines n'ont pas été levées, mais réduites de 24 mois. Le président a laissé échapper que les personnes libérées comprendraient des prisonniers de droit commun et des manifestants du Hirak (Mouvement), des manifestations de masse qui ont éclaté en 2019, même si tout "est flou pour le moment", souligne Zine Labidine Ghebouli à ce média. 

Palestina
AFP/HO/PPO  -   Le président palestinien Mahmoud Abbas (C) rencontre le président algérien Abdelmajid Tebboune (C-R) et le chef du Hamas palestinien Ismail Haniyeh (2e-R) lors de la visite de Abbas pour assister au 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie dans la capitale Alger

L'opposition est descendue dans la rue contre le défunt ex-président Abdelaziz Bouteflika, qui entendait se présenter pour la cinquième fois consécutive aux élections de 2019 après 20 ans de pouvoir. Lors de ces élections, le parti pro-gouvernemental Tebboune a fini par l'emporter, plombé dès le départ par un manque de légitimité populaire dû à une forte abstention des électeurs et au boycott en bloc de l'opposition. Un président qui est devenu la cible des critiques de l'opposition pro-démocratique. 

"Six décennies après l'indépendance, nous constatons plus de déceptions que de promesses tenues. Nous sommes confrontés aux mêmes problèmes d'instabilité politique et de fragilité économique", a déclaré dans un communiqué le Front des Forces Socialistes (FFS), principale force d'opposition au régime, qui n'a pas été invité à la cérémonie. Certains dans la rue interprètent le défilé comme une manœuvre visant à détourner l'attention des vrais problèmes. L'Algérie est un pays accablé par un taux de chômage élevé, l'inflation, l'augmentation du coût de la vie et le manque de produits de base. Mais elle est militairement solvable.