PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Algérie et l'Italie signent un accord énergétique pour réduire la dépendance de l'Italie envers la Russie

Mario Draghi rapproche les positions stratégiques d'Alger à la suite de la crise espagnole
El primer ministro italiano, Mario Draghi, ha asegurado un acuerdo para aumentar las importaciones de gas natural a través de un gasoducto mediterráneo desde Argelia, lo que supone el último impulso de un país de la Unión Europea para reducir la dependencia de la energía rusa tras su invasión de Ucrania PHOTO/ Presidencia argelina vía AP

PHOTO/ Présidence algérienne via AP  -   Le Premier ministre italien Mario Draghi a conclu un accord visant à augmenter les importations de gaz naturel d'Algérie par un gazoduc méditerranéen. Il s'agit de la dernière initiative en date d'un pays de l'Union européenne visant à réduire sa dépendance à l'égard de l'énergie russe après l'invasion de l'Ukraine.

L'Italie fait un pas sur l'échiquier énergétique avec l'accord conclu avec l'Algérie après sa visite éclair dans la capitale du pays maghrébin. Le Premier ministre italien, Mario Draghi, a annoncé une alliance stratégique avec Alger qui prévoit d'augmenter les exportations de gaz vers l'Italie, notamment avec des volumes de gaz allant jusqu'à 9 milliards de mètres cubes supplémentaires par an via le gazoduc Transamed, comme convenu par la compagnie énergétique italienne ENI et la compagnie nationale algérienne d'hydrocarbures Sonatrach.

Pour sa part, dans cet accord bilatéral, l'Italie s'engage à collaborer à des projets communs pour développer " les énergies renouvelables et l'hydrogène vert ", une politique développée par Alger qui pourrait dépasser le Maroc comme premier pays de la région MENA dans l'utilisation des énergies renouvelables.

El primer ministro italiano, Mario Draghi (izq.), habla con el primer ministro argelino y ministro de Finanzas, Aymen Benabderrahmane (der.), durante su reunión en la capital, Argel, el 11 de abril de 2022 AFP PHOTO / PALAZZO CHIGI PRESS OFFICE / HANDOUT
AFP PHOTO / PALAZZO CHIGI PRESS OFFICE / HANDOUT - Le Premier ministre italien Mario Draghi (G) s'entretient avec le Premier ministre et ministre des Finances algérien Aymen Benabderrahmane (D) lors de leur rencontre dans la capitale Alger, le 11 avril 2022.

La rencontre entre Draghi et son homologue algérien, le président Abdelmadjid Tebboune, s'est terminée par un accord préliminaire sur cette coopération énergétique en pleine crise gazière due aux sanctions contre Moscou. Cette situation a incité l'Occident à trouver d'autres moyens d'importer du gaz en raison de sa grande dépendance à l'égard du géant russe. L'Italie importe 90 % de son gaz et environ 40 % provient de Russie, des chiffres qui ont incité Rome à intensifier sa recherche de sources alternatives en Algérie. "Immédiatement après l'invasion de l'Ukraine, j'ai annoncé que l'Italie s'organiserait rapidement pour réduire sa dépendance au gaz russe", a déclaré Draghi.

Par ailleurs, lors d'une brève conférence de presse donnée par le Premier ministre italien après la réunion, il a déclaré que son gouvernement "veut défendre ses citoyens et ses entreprises des conséquences du conflit russo-ukrainien". Ce faisant, il a également rappelé que l'Italie poursuivra les sanctions contre la Russie dans la mesure dictée par l'Union européenne.

Planta de tratamiento de gas de Krechba PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS - Usine de traitement des gaz de Krechba

Cette importation de gaz algérien en Italie n'est toutefois pas nouvelle : le pays du Maghreb a exporté des quantités importantes de quelque 6,4 milliards de mètres cubes de gaz algérien au cours du premier trimestre 2021, soit 109% de plus que l'année précédente. A tel point que le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi di Maio, avait déjà fait le même voyage que le Premier ministre quelques semaines plus tôt, en déclarant que l'Italie était "engagée à augmenter les approvisionnements énergétiques, en particulier en gaz" et que l'Algérie "a toujours été un fournisseur fiable".

Pour sa part, Sonatrach a déclaré qu'elle était prête à augmenter ces livraisons à l'Italie par le biais du pipeline Transmed. Son directeur général, Toufik Hakkar, a déclaré que l'Europe est "le marché naturel de choix" pour le gaz algérien, mais que cette exportation dépendra toujours de la satisfaction des besoins internes croissants de la politique algérienne : le Sahara occidental.

Sede de la empresa estatal de energía Sonatrach en Argel PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS - Siège de la société publique d'énergie Sonatrach à Alger.

C'est précisément cet aspect qui a distingué l'Italie des autres pays dans ses relations avec l'Algérie et ses accords énergétiques. Draghi maintient sa politique du Sahara occidental en dehors de la reconnaissance de la souveraineté marocaine, ce que d'autres pays comme les Etats-Unis, l'Allemagne et plus récemment l'Espagne, avec la visite officielle de Pedro Sánchez à Rabat la semaine dernière, ont fait.

C'est pour cette raison que l'Algérie, plus précisément Sonatrach, a annoncé qu'elle allait augmenter le prix du gaz vers l'Espagne, ce que la ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, a également reconnu. La ministre est également convaincue que cette augmentation sera "modérée".