L'Amérique latine commence à donner son feu vert au vaccin avec une immunité encore lointaine

Le Chili et l'Équateur ont approuvé le vaccin Pfizer dans les dernières heures
Atalayar_AmericaLatinaVacuna

REUTERS/DADO RUVIC  -   Le Chili et l'Équateur ont approuvé dans les dernières heures l'utilisation du vaccin Pfizer

L'Amérique latine est encore loin d'injecter les premiers vaccins contre le COVID-19, mais cette semaine, le Chili, le Mexique, l'Équateur, le Panama et le Costa Rica ont ouvert la voie en donnant le feu vert au vaccin de Pfizer et de BioNTech.

Alors que les efforts pour obtenir le vaccin, que les États-Unis et le Canada ont commencé à fournir cette semaine, s'accélèrent, l'Amérique continue d'être plongée dans une tragédie quotidienne, avec près de 31 millions de positifs au COVID et 786 000 décès accumulés, a rapporté mercredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les alertes sont imminentes au Canada, au Panama, au Brésil, en Colombie et au Belize, la courbe étant ascendante, a averti la directrice de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), Carissa Etienne. Les États-Unis continuent sur une voie d'infection non contrôlée avec la marque désastreuse d'avoir dépassé le seuil des 300 000 morts. 

Au niveau mondial, le nombre de cas positifs  au COVID-19 a atteint 71,9 millions aujourd'hui, après que près d'un demi-million de nouveaux cas aient été signalés, et le nombre de décès s'élève toujours à 1,6 million, dont 8 400 au cours de la dernière journée.

Plus proche de l'immunité

Le Chili et l'Équateur ont approuvé dans les dernières heures l'utilisation du vaccin Pfizer, devenant ainsi les deux seuls en Amérique du Sud à l'admettre pour arrêter le virus. Cela s'ajoute aux décisions du Mexique, du Costa Rica et du Panama, qui ont déjà autorisé le plan de vaccination. 

Atalayar_ChileCovid
AP/ESTEBAN FELIX - Des toilettes devant l'Institut chilien de santé publique à Santiago du Chili

En outre, les pays d'Amérique latine continuent de conclure des accords avec des entreprises pharmaceutiques, malgré le marché concurrentiel. La situation est différente de celle des États-Unis, qui se sont vantés mercredi de leurs stocks importants, qui leur permettraient même de partager leurs "excédents" avec leurs "alliés" dans le monde.

"Actuellement, nous avons 900 millions de doses de vaccin sous contrat pour la livraison, et nous avons des options qui augmentent ce chiffre à un total de 3 milliards de doses", a déclaré le secrétaire américain à la santé, Alex Azar, lors d'une conférence de presse.

"Nous pensons que nous aurons, en fait, un excédent dans notre approvisionnement en vaccins, et le président (Donald Trump) a donc signé un décret par lequel il s'engage à prendre ces excédents, de vaccins et de capacité de fabrication" et à les utiliser "au profit de la communauté mondiale", a ajouté Azar.

Mais la générosité de Trump contraste avec ses craintes quant à la signature d'un autre décret qui empêche l'utilisation à l'étranger des vaccins produits localement et qui a suscité des inquiétudes au Canada quant à la possibilité que le médicament soit détenu dans le pays voisin.

Le Canada a reçu environ 30 000 doses du vaccin de Pfizer, dont l'utilisation a été approuvée au milieu de la semaine dernière, et s'attend à recevoir un total de 249 000 doses du sérum d'ici la fin décembre. En outre, elle poursuit ses négociations avec Moderna pour obtenir davantage de doses de son vaccin, qu'elle espère approuver la semaine prochaine.

Le multilatéralisme, l'espoir de l'Amérique latine

Face aux images des premières injections dans le nord du continent, l'Amérique latine accélère les accords avec les entreprises pharmaceutiques et fait confiance aux organisations multilatérales pour assurer l'accès à l'antidote dans le plus tôt possible.

L'une de ces impulsions est donnée par l'OPS, le bureau régional de l'OMS, qui a déclaré ce mercredi qu'elle est en dialogue avec Moderna et Pfizer pour garantir l'accès universel au vaccin dans les Amériques. 

Atalayar_Covid19Ecuador
REUTERS/VICENTE GAIBOR - Des personnes masquées marchent dans une rue de Guayaquil, en Équateur

"Nous avons déjà deux producteurs qui ont signé des accords pour offrir une quantité de vaccins d'ici 2021 et nous avons deux producteurs en cours de négociation", a déclaré le directeur adjoint de l'agence, Jarbas Barbosa, lors de la dernière conférence de presse de l'année.

En outre, au moins 27 pays américains ont signé des accords avec COVAX - la plate-forme mondiale de recherche sur les vaccins - pour acquérir des doses auprès des sociétés pharmaceutiques, tandis que neuf autres pays en recevront sous forme de don en raison de ses conditions financières, bien que l'on ne sache pas encore quand.

Ces accords représentent une avancée importante si l'on considère que près d'un quart de la population mondiale n'aura pas accès au vaccin avant au moins 2022, selon une étude publiée cette semaine dans The BMJ.

Le danger des vacances de Noël

L'accès à un vaccin est devenu plus important à mesure que la maladie frappait plus fort le continent et avec les vacances de Noël qui suivent les autorités, qui envisagent d'imposer de nouvelles restrictions.

Le Colegio Médico del perú - avec 987 675 cas détectés et 36 817 décès - a annoncé qu'elle envisageait de demander au gouvernement une nouvelle quarantaine pour tenter d'empêcher une recrudescence de l'épidémie pendant la période des fêtes.

D'autre part, le gouvernement de la République dominicaine va renforcer les restrictions après une augmentation des cas et Rio de Janeiro a définitivement annulé son traditionnel "Réveillon" en raison de la résurgence de la pandémie. 

Atalayar_PanamáCovid
PHOTO/AFP - Tests COVID-19 dans le district de San Miguelito, à Panama City

En Colombie, où la pression sur les Unités de soins intensifs (USI) augmentent, le président colombien Ivan Duque a exclu une nouvelle quarantaine générale obligatoire, mais les associations médicales ont averti que les soins individuels ne peuvent pas toujours être demandés.

À Bogota, qui compte avec 411 689 infections est la région la plus touchée par la pandémie en Colombie, la mairie a ordonné mardi la suspension jusqu'au 15 janvier 2021 des interventions chirurgicales non urgentes de complexité moyenne ou élevée, ainsi que celles de complexité intermédiaire qui nécessitent une hospitalisation.

D'autre part, le président uruguayen Luis Lacalle Pou a appelé l'ensemble de son cabinet à analyser avec ses ministres les mesures qu'il annoncera dans les prochaines heures pour réduire le nombre de cas, qui ont explosé ces dernières semaines et qui soutiennent déjà la théorie d'une "première vague" dans le pays.