L'Amérique latine connaîtra la pire récession de son histoire en 2020

La CEPALC prévoit un déclin de 5,3% de l'économie latino-américaine
Vente de produits sanitaires à Guayaquil (Équateur), une des villes les plus touchées par le COVID-19 en Amérique latine

AFP/JOSÉ SÁNCHEZ  -   Vente de produits sanitaires à Guayaquil (Équateur), une des villes les plus touchées par le COVID-19 en Amérique latine

De nouveaux nuages, très noirs cette fois, se profilent sur l'économie latino-américaine. En 2020, le sous-continent connaîtra la pire récession de son histoire, avec une contraction régionale moyenne de 5,3 %, selon un rapport de la CEPALC, la branche économique des Nations unies pour le développement de l'Amérique latine et des Caraïbes, présenté mardi par le biais d'une viodéclaration. Les économies de tous les pays vont passer dans le rouge, à l'exception de la République dominicaine, qui va stagner. De tels chiffres négatifs n'ont pas été atteints depuis le début du XXe siècle ; il faut remonter à 1914 (-4,9%) ou 1930 (-5%) pour en trouver de semblables.  

Le document indique que la crise du coronavirus touchera l'Amérique latine et les Caraïbes par cinq canaux, principalement : réduction du commerce international, baisse des prix des produits primaires, intensification de l'aversion au risque et détérioration des conditions financières mondiales, baisse de la demande de services touristiques et réduction des envois de fonds. Avant la pandémie, la région avait déjà accumulé près de sept années de faible croissance à la suite de la dernière crise mondiale en 2008.

Aeropuertos Santiago de Chile
AFP/MARTIN BERNETTI - Vue de l'aéroport international de Santiago du Chili, vide en raison de la crise du coronavirus

"La Chine sera le seul pays qui n'enregistrera pas de croissance négative cette année, mais les États-Unis et la zone euro, nos principaux partenaires, subiront une forte récession", a déclaré Alicia Bárcena, secrétaire exécutive de l'agence, lors de la présentation du document. La baisse de 13 à 32% du commerce mondial, selon les données traitées par l'OMC (Organisation mondiale du commerce), est également un facteur très négatif pour la région, qui est très dépendante des exportations de matières premières. L'Amérique latine est confrontée à la plus grande récession de son histoire, à un moment où la région connaît une grande faiblesse macroéconomique. "Nous avons des niveaux élevés de dette publique, la politique monétaire et fiscale a peu de marge de manœuvre après la crise de 2008 et les recettes fiscales sont insuffisantes", a déclaré le secrétaire général de la CEPALC lors de la présentation du rapport.  
 
L'Amérique latine a une dette publique de 44,8 % du PIB et les Caraïbes de 68,5 %. "C'est trop, même si les pays ont fait des efforts importants ces dernières années pour le réduire", a déclaré M. Bárcena. La conséquence de cet endettement élevé est que les pays doivent payer des taux d'intérêt très élevés pour accéder au financement sur les marchés, jusqu'à 2,6 % du PIB, ce qui est supérieur à ce qui est investi annuellement dans la santé (2,3 % du PIB en moyenne).  
 
La chute des prix des produits primaires, la réduction du commerce international, le coup dur porté au tourisme et la diminution des envois de fonds sont d'autres facteurs de vulnérabilité pour la région. "Le Mexique, l'Uruguay, le Panama et l'Amérique centrale seront les régions les plus touchées par la chute du tourisme", a déclaré M. Bárcena. La CEPALC estime que la baisse des exportations pourrait atteindre 15 % et que le chômage, actuellement de 8,1 %, s'envolera à 11,5 %. L'agence estime que la crise du coronavirus va entraîner la pauvreté, c'est-à-dire un revenu inférieur à trois dollars par jour, pour 30 millions de personnes.

Jubilado argentino
AFP/ JUAN MABROMATA - Un retraité fait la queue devant une banque pour recevoir sa pension lors de l'épidémie de coronavirus à Buenos Aires

Le secrétaire exécutif de la CEPALC a expliqué que de nombreux pays d'Amérique latine devront recourir à des financements extérieurs pour faire face à la pandémie de coronavirus. "Les pays vont avoir besoin d'un soutien financier plus important. Une suspension du service de la dette et même une remise de dette seraient souhaitables", a déclaré M. Bárcena, en référence à la remise de dette annoncée par le G20 pour les nations les plus pauvres du monde.  
 
"La crise du coronavirus nous oblige à repenser la mondialisation. Les chaînes de valeur sont devenues très fragmentées et les importations doivent faire des trajets de plus en plus longs entre l'usine et les consommateurs", a expliqué M. Bárcena. Le coronavirus a été concentré dans les pays développés et s'est ensuite propagé au reste du monde, selon le secrétaire général de la CEPALC. "L'arrêt des usines chinoises a provoqué des pénuries dans d'autres parties du monde", a déclaré M. Bárcena.
 
Le secrétaire exécutif de la CEPALC a déclaré que pendant cette crise, les gouvernements et les banques centrales d'Amérique latine commencent à coopérer davantage pour financer des plans de relance pour les familles et les entreprises. "La coopération est la seule façon d'avancer dans cette situation", a expliqué M. Bárcena.  
 
Le secrétaire exécutif a averti que l'économie mondiale ne reviendra pas à la "normale" après la fin de la pandémie. "Nous devons diversifier les fournisseurs, donner la priorité aux producteurs qui sont proches de nous", a-t-elle déclaré. Bárcena a prédit que la mondialisation ne disparaîtra pas, mais qu'elle changera. "Cette pandémie exige une plus grande intégration régionale qui nous rende moins dépendants des produits manufacturés importés. Si nous parvenons à nous intégrer, nous ne serons pas aussi vulnérables aux crises mondiales", a conclu M. Bárcena.