L'Amérique latine et l'Europe ne pourront pas faire face à la crise sans une collaboration mutuelle

Le rapport « Amérique latine : un programme pour la relance » présente différentes lignes d'action pour la relance économique en Amérique latine avec le soutien de l'Union européenne
Rebeca Grynspan

SEGIB  -   Rebeca Grynspan, économiste et ancienne vice-présidente du Costa Rica, aujourd'hui secrétaire générale de l'Organisation ibéro-américaine

La pandémie de coronavirus fait des ravages économiques dans le monde entier. La région de l'Amérique latine et des Caraïbes traversait une longue récession qui sera aggravée par la pandémie. C'est pourquoi la Fondation des entreprises ibéro-américaines, la Fondation Euroamerica, la CAF (Banque latino-américaine de développement) et le Secrétariat commercial ibéro-américain ont présenté un rapport exposant les stratégies de sortie de crise.

Le rapport « Amérique latine : un programme de redressement » ne tente pas d'expliquer les conséquences de la pandémie, mais plutôt les lignes stratégiques à suivre par les régions d'Amérique latine, des Caraïbes et d'Espagne. Il souligne l'importance de l'Union européenne dans la promotion de la coopération économique et des mesures de développement. Ce rapport sera présenté lors du prochain sommet ibéro-américain des chefs d'État et de gouvernement qui se tiendra à Andorre en 2021.


La troisième vice-présidente du gouvernement et ministre espagnole de l'économie et de la transformation numérique, Nadia Calviño, a assisté à la présentation du rapport et a souligné l'importance de renforcer les cadres juridiques pour promouvoir les partenariats public-privé. « Nous devons corriger l'écart entre les sexes, c'est un élément essentiel dans la région, nous devons également nous concentrer sur la transition numérique et écologique ». 

Si la pandémie fait quelque chose, c'est bien d'accélérer le processus de numérisation, et le vice-président a voulu illustrer le processus de numérisation de la justice en Colombie, qui a été soutenu par des ressources espagnoles. Face à tant de données pessimistes, Calviño a voulu envoyer un message d'espoir : « L'avenir n'est pas écrit, l'incertitude nous entoure, mais tout dépendra de ce que nous ferons maintenant ».

Le rapport se concentre sur la Communauté ibéro-américaine et le programme mondial du G-20. Au cours de la présentation, les personnes présentes ont souligné l'importance d'équilibrer les politiques à l'ordre du jour du G-20 afin d'accroître la présence mondiale de la région en tant que puissance économique indépendante. C'est pourquoi les filets de sécurité contre la vulnérabilité financière de l'Amérique latine ont été analysés, en mettant l'accent sur le rôle du FMI et des banques multilatérales à la suite de l'impact de la pandémie.  

Informe América Latina

 

Cristina Gallach Figueras, secrétaire d'État aux affaires étrangères et à l'Amérique latine et aux Caraïbes, a tenu à souligner l'importance de l'Amérique latine pour la région ibérique. « Notre politique étrangère n'a de sens que lorsque nous avons l'Amérique latine et les Caraïbes au centre ». La secrétaire a averti que « l'Espagne devient plus petite sans l'Amérique latine » et a expliqué que c'est l'idée qu'elle veut porter au gouvernement et au ministère de l'Intérieur.  

Figueras a offert une perspective intéressante pour garder le moral : l'idée de la crise comme une opportunité. « C'est dans le cas de l'Amérique latine et des Caraïbes que nous devons le plus répéter ce message. Cette crise est une opportunité de sortir de l'auto-absorption et de l'isolement et d'entrer dans une collaboration internationale », a-t-elle expliqué.

Le rôle des banques centrales sera crucial et fournira les éléments de base d'un programme de relance. Ces piliers reposent sur l'intégration régionale des marchés latino-américains, le financement d'investissements dans les futurs dans des espaces fiscaux réduits, la numérisation pour rompre la boucle entre l'informalité et la rigidité du travail, la nécessité de créer un cadre juridique adéquat pour sortir de la crise et l'encouragement des activités visant à promouvoir l'investissement social et l'économie d'impact. 

Les auteurs du rapport se sont engagés à promouvoir une économie inclusive. Selon des données récentes de l'OCDE et du CAF, la pauvreté augmentera de 4,4 % cette année en Amérique latine. Les pertes en termes de revenu par habitant seront telles qu'elles reviendront aux niveaux d'il y a dix ans.  

L'impact de ces deux phénomènes devrait être inégal, beaucoup plus important pour les 40 % de travailleurs qui n'ont pas accès à la protection sociale ou à l'aide mise en place dans la plupart des économies pour contenir l'impact de la crise pandémique.  

En outre, on estime que 2,7 millions d'entreprises, pour la plupart de petite taille, sont déjà menacées de fermeture, ce qui pourrait entraîner la perte de plus de 8,5 millions d'emplois.

Ramón Jáuregui, président de la Fondation Euroamerica, a voulu donner une touche à l'Union européenne et aux grandes puissances telles que la Chine et les États-Unis. « Le multilatéralisme est totalement blessé, l'UE est bloquée par les États-Unis et la Chine, les organismes internationaux n'ont pas de réponse adéquate à ce qui se passe dans le monde », a averti le président. 

C'est pourquoi cette étude vise à mobiliser les grandes institutions financières, en particulier le FMI et les banques de développement. Jáuregui a également voulu mentionner les banques centrales aux gouvernements européens : « L'Union européenne a une vision apathique de l'Amérique latine. Nous n'avons pas encore trouvé ce regard sympathique et affectueux. C'est une erreur, surtout en raison des avantages géostratégiques et économiques qu'elle peut nous apporter », a-t-il voulu rappeler. 

Pour renforcer cette idée, Josep Piqué, président de la Fondation des entreprises ibéro-américaines, a expliqué que « ce rapport tente de transmettre un ensemble de mesures concrètes afin que les institutions multilatérales prennent au sérieux le fait que l'Amérique latine ne peut rester indifférente. L'Union européenne doit apporter un soutien fondamental », a déclaré Piqué.

Les gouvernements de la région épuisent, s'ils ne l'ont pas déjà fait, la marge de manœuvre fiscale limitée dont ils disposent pour les investissements nécessaires à la sauvegarde du tissu productif, des emplois et du bien-être des familles, notamment les plus vulnérables.  

Les mesures budgétaires mises en place dans ce but, qui représentent en moyenne environ 4 % du PIB de la région, et les niveaux de recouvrement plus faibles résultant de la crise ont considérablement accru (environ 5 % en moyenne) les déficits primaires des économies d'Amérique latine. Ces déficits sont à leur tour financés par des niveaux d'endettement plus élevés, qui devraient augmenter, en moyenne, d'environ 10 points de PIB d'ici la fin de l'année. 
 

Presentación del informe de América Latina
Présentation du rapport "L'Amérique latine, un programme pour la relance
Propositions d'action des gouvernements pour atténuer les conséquences de la crise imminente 

Le document vise à fournir un point de vue indépendant, multidisciplinaire et expert sur les aspects qui devraient être présents dans la stratégie de relance économique de la région après la crise provoquée pour le COVID-19. Les principales recommandations aux autorités ont été les suivantes.

1. renforcer l'influence de la Communauté ibéro-américaine sur l'agenda mondial, en invitant à une plus grande coordination des quatre pays de la Communauté participant au G-20. 

2. Utiliser pleinement la capacité de prêt du FMI et émettre jusqu'à 1 000 milliards de DTS supplémentaires, afin que la liquidité créée par les politiques de crédit-bail quantitatif dans les pays centraux soit également étendue à toutes les économies émergentes, et en particulier à l'Amérique latine.  

3. Entreprendre rapidement une augmentation de capital de toutes les banques multilatérales opérant en Amérique latine, en particulier la BID et la CAF.  

4. Utiliser les mesures d'expansion quantitatives des banques centrales nationales qui en ont la capacité pour répondre à la baisse de la demande provoquée par la crise sanitaire, sous réserve de la création de crédits aux entreprises.  

5. Étendre le réseau de swap et de repo de la BCE et du FED aux banques centrales de la région, en utilisant l'intermédiation du FMI, dans le but de leur donner accès à des financements en devises à des conditions préférentielles et de leur permettre de les répercuter sur l'économie productive. Il est également recommandé d'évaluer d'autres canaux contribuant à la stabilisation de la zone. 

6. Faire des progrès décisifs vers une plus grande intégration économique et commerciale comme meilleur moyen de tirer parti d'une croissance soutenue dans le temps et de tirer parti et d'optimiser le poids réel de la région dans l'agenda mondial.  

7. Relever les défis en suspens et améliorer les cadres politiques et réglementaires, la gouvernance institutionnelle, le climat d'investissement et les nouvelles formules de financement afin de renforcer et de généraliser le développement des PPP, facilitant ainsi la transition vers une économie verte.  

8. Investir dans la création et le renforcement des écosystèmes numériques. C'est la seule façon de réduire la fracture numérique, tout en attirant la plupart des citoyens d'Amérique latine dans le monde de l'inclusion économique et sociale, condition préalable à la résilience et au progrès.

9. Entreprendre une réforme de l'entreprise de la « seconde chance ». La suspension temporaire de l'obligation légale de demander l'ouverture d'une procédure de faillite dans les pays de la zone ibéro-américaine où elle existe et de mettre en œuvre - au moins temporairement - des règles spécifiques pour un traitement rapide et simplifié des procédures de faillite dans les pays où elles n'existent pas encore.  

10. Promouvoir l'investissement social et l'économie d'impact, l'entrepreneuriat social et la responsabilité sociale des entreprises pour tenter d'atténuer les effets de la pandémie sur l'inégalité, l'égalité des chances et la pauvreté. 

Pour conclure la présentation du rapport, Rebeca Grynspan, secrétaire générale ibéro-américaine, a souligné l'importance de la complémentarité de l'Amérique latine, des Caraïbes et de l'Amérique latine. « L'importance d'un contrat social pour l'avenir est cruciale », a souligné Grynspan. 

« Cette crise a revalorisé le public (l'importance de la santé, les défis de l'éducation et de la protection sociale), mais le public n'est pas seulement l'État, mais ce que nous construisons en tant que collectif et a un rôle social. Ici, le rôle du secteur privé est également très important », a-t-elle voulu souligner.

Toutes les personnes présentes lors de la présentation du rapport s'accordent à dire que « l'Amérique latine ne pourra pas sortir seule de cette crise » et que le soutien international sera fondamental pour que les économies d'Amérique latine, des Caraïbes et d'Amérique latine puissent se maintenir à flot dans les prochaines décennies.